Le toyotisme - Maxicours

Le toyotisme

Objectif

Connaitre les objectifs et principes du toyotisme.

Points clés
  • Le toyotisme est une organisation du travail et de la production qui privilégie l’absence de défauts et de stock.
  • Pour atteindre ces objectifs, l’organisation va abandonner la spécialisation du travail pour s'orienter vers la polyvalence de ses salariés et accroitre leur autonomie et leur degré de responsabilité. Le travail en équipe est aussi privilégié.
Pour bien comprendre
  • Les cinq zéros
  • Cercles qualité
1. Qu’est-ce que le toyotisme ?
a. Définition
Le toyotisme est une forme d’organisation de la production définie par l’ingénieur japonais Taiichi Ono et mise en place dans l’entreprise automobile Toyota au début des années 1960.

Cette nouvelle méthode est née au Japon pour répondre à certaines difficultés de transport notamment. En assurant une production en juste-à-temps et en réduisant les délais, Toyota réduisait les impacts liés à ces difficultés géographiques.
De plus, au Japon les salariés étaient attachés et fidèles à leur organisation. Ils sont impliqués et ceci constitue un socle pour le toyotisme qui privilégie la responsabilisation des ressources humaines.

Cette forme d’organisation du travail qui s’est ensuite répandue dans le monde et notamment le secteur automobile a permis au Japon de renforcer sa place dans le commerce mondial grâce à la réactivité de ses entreprises.

b. Les cinq objectifs du toyotisme

On définit le toyotisme par ses cinq objectifs ou cinq zéros :

  • Zéro stock : l’entreprise fonctionne en flux tendus sans stocks.
  • Zéro défaut : les produits sortent de la chaine de production sans défaut et il n’y a pas eu de rebuts en production. Le contrôle qualité est le pivot de cet objectif.
  • Zéro papier : la dématérialisation et l’usage des systèmes de gestion facilitent la mise en œuvre du processus productifs sans papier.
  • Zéro panne : pas d'arrêt dans la production grâce à la maintenance et la gestion des outils de production.
  • Zéro délai : les délais de livraison aux clients sont réduits tout comme ceux des approvisionnements.

Ces objectifs permettent une réduction des couts de production tout en constituant les bases du schéma productif. Ils doivent faciliter l’absence de gaspillages.

2. Quelles sont les conséquences du toyotisme sur l'organisation ?
a. La mise en œuvre en termes de ressources humaines

Le toyotisme est fondé sur une responsabilisation des salariés et leur polyvalence. Pour produire en juste-à-temps, avec peu de stocks et de défauts, les salariés participent activement au contrôle qualité et de leurs tâches. Ils sont en ce sens responsabilisés. Ils doivent notamment alerter en cas de dysfonctionnements tout en participant activement à une amélioration du processus productif. Le management s’appuie sur leur implication et capacité de réaction.
Le toyotisme doit permettre d'accroitre l’agilité de l’entreprise.
Les salariés doivent donc être polyvalents, c’est-à-dire capables d’intervenir sur l'ensemble du processus productif pour optimiser celui-ci.
Le travail en équipe est privilégié ainsi que la flexibilité organisationnelle. Ces deux facteurs doivent permettre une plus grande productivité et une réactivité du processus productif.

b. La mise en œuvre en termes d'organisation de la production

Le toyotisme privilégie une production à la demande qui doit permettre le zéro stock et diminuer le gaspillage. Elle fonctionne en flux tendus ou juste à temps. Les étapes du processus productifs sont réduites pour gagner du temps. Les progiciels de gestion sont utilisés pour accroitre la flexibilité et assurer une gestion de la production sans gaspillage et en réduisant les délais. L’automatisation et l’utilisation de machines de plus en plus performantes et autonomes permettent de fiabiliser la production et diminuer les gaspillages.

La recherche de la qualité est privilégiée tout au long de la chaine de production. Le contrôle qualité doit permettre l’absence d’erreurs dans la production et de défauts du produits. Il y a donc une recherche de réduction des couts de non-qualité. Des cercles qualité sont mis en place, c’est-à-dire des équipes réduites en nombre de personnes destinées à échanger pour améliorer régulièrement le processus productif.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Fiches de cours les plus recherchées

Management, sciences de gestion et numérique

Diagramme de flux

Management, sciences de gestion et numérique

Organisation du travail souple pour plus de flexibilité

Management, sciences de gestion et numérique

Économie de la fonctionnalité

Management, sciences de gestion et numérique

Les effets des écosystèmes

Management, sciences de gestion et numérique

Administration électronique

Management, sciences de gestion et numérique

Le contrôle des coûts

Management, sciences de gestion et numérique

E-réputation

Management, sciences de gestion et numérique

Indicateurs de mesure de la performance

Management, sciences de gestion et numérique

Traces numériques

Découvrir le reste du programme

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.