Le temps des cohabitations - Cours d'Histoire Terminale pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le temps des cohabitations

1. Le premier septennat de François Mitterrand (1981-1988)
a. L'alternance : l'expérience socialiste
Le 10 mai 1981, François Mitterrand est élu président de la République, et les élections législatives de juin 1981 donnent aux socialistes la majorité absolue. C'est la première fois depuis 1958 que la gauche parvient au pouvoir. Le socialiste Pierre Mauroy est nommé Premier ministre, et fait entrer dans son gouvernement quatre ministres communistes.
Le nouveau gouvernement se lance dans un plan de relance, qui se traduit notamment par la baisse du temps de travail de 40 à 39 heures et par la hausse des salaires. Des réformes de grande envergure sont lancées : nationalisations de grandes entreprises et de banques, décentralisation administrative, abolition de la peine de mort, création d'un impôt sur les grandes fortunes, réforme de l'enseignement supérieur.

Les résultats économiques de cette politique sont rapidement décevants. Le gouvernement choisit alors de changer de politique : c'est le tournant vers la rigueur économique. Mais les Français se montrent de plus en plus opposés à la politique suivie ; cette hostilité culmine en 1984, quand la gauche lance une réforme de l'enseignement privé. Le gouvernement Mauroy démissionne, et un nouveau Premier ministre socialiste, Laurent Fabius, arrive à Matignon. Il ne parvient pas à éviter la défaite de la gauche aux élections législatives de 1986.

b. La première cohabitation
Les élections législatives voient la victoire de la droite ; le président François Mitterrand nomme Jacques Chirac Premier ministre. C'est le début d'une nouvelle expérience : la cohabitation entre un président de gauche et un gouvernement de droite. Dans ce cas de figure, le président garde un rôle important dans le domaine de la politique extérieure et de la défense, mais l'essentiel de la politique intérieure est de la responsabilité du Premier ministre.
Le gouvernement Chirac mène une politique économique nettement libérale, qui prend le contre-pied de l'expérience socialiste : privatisations, suppression de l'impôt sur les grandes fortunes.
Le gouvernement est bientôt confronté à des difficultés économiques et à l'agitation étudiante.
D'autre part, la situation se dégrade rapidement en Nouvelle-Calédonie, territoire français du Pacifique, où des indépendantistes sèment le trouble.
Les élections présidentielles de 1988 voient s'affronter le président sortant, François Mitterrand, et son Premier ministre Jacques Chirac. François Mitterrand est réélu avec 54 % des voix.
2. Le second septennat de François Mitterrand (1988-1995)
a. Un difficile climat politique
Les élections présidentielles de 1988 ont montré la montée en puissance de l'extrême droite : le candidat du Front national, Jean-Marie Le Pen, a rassemblé 14,4 % des suffrages au premier tour. Ses thèmes de campagne (combattre le chômage et l'insécurité par le renvoi des immigrés, freiner la construction européenne et la mondialisation, dénoncer la corruption des élus) rencontrent une réelle audience dans un pays désorienté par les affaires politico-judiciaires. En effet, de nombreux scandales éclaboussent des élus et des hommes proches du pouvoir. L'image du milieu politique est très mauvaise dans l'opinion.
Trois Premiers ministres socialistes se succèdent entre 1988 et 1993 : Michel Rocard, Edith Cresson puis Pierre Bérégovoy. L'impopularité d'Edith Cresson et le discrédit qui pèse sur ces gouvernements conduisent la gauche à perdre les élections législatives de 1993.
b. Cohabitation et consensus
La victoire de la droite ouvre une nouvelle période de cohabitation : François Mitterrand nomme le RPR Edouard Balladur Premier ministre.
Ces moments de cohabitation sont rendus possibles par le consensus général qui règne entre les partis sur plusieurs grands sujets. La plupart des partis politiques sont d'accord pour maintenir l'économie de marché, pour sauvegarder le système de protection sociale, pour maintenir les équilibres économiques et pour garder les institutions de la Cinquième République. Ce manque de diversité dans les choix proposés aux Français favorise les partis extrêmes comme le Front national.
Cette seconde cohabitation est marquée par la rivalité au sein du RPR entre Edouard Balladur et Jacques Chirac, tous deux candidats aux élections présidentielles de 1995.
Devançant son rival du RPR de peu au premier tour, Jacques Chirac affronte au second tour Lionel Jospin, candidat de la gauche. C'est Jacques Chirac qui l'emporte avec 52,6 % des voix.
3. Nouvelles alternances : le septennat de Jacques Chirac (1995-2002)
a. Des débuts difficiles
Le nouveau gouvernement formé par le RPR Alain Juppé est très vite impopulaire. Le chômage atteint des niveaux très élevés (trois millions de chômeurs). La fonction publique se dresse contre le plan de réforme de la protection sociale et du système des retraites. Le gouvernement doit affronter des grèves massives : grèves des routiers, de la SNCF, des médecins...
b. L'échec de la dissolution et la nouvelle cohabitation
Tentant de retrouver un nouvel élan, le président Jacques Chirac décide de dissoudre l'Assemblée nationale qui comportait pourtant une très forte majorité d'élus de droite. Cette dissolution prend de court la classe politique. Les électeurs se montrent méfiants, et un certain nombre d'entre eux choisissent de voter pour des partis minoritaires, comme le Front national qui remporte 15,4 % des voix. Cette dissolution s'avère être un échec, car la droite perd les élections. Le nouveau Premier ministre Lionel Jospin prend la tête d'un gouvernement de « gauche plurielle », composé de communistes, de socialiste et d'écologistes. C'est la troisième cohabitation à la tête de l'Etat.
L'essentiel

Entre 1981 et 2002, la France connaît une vie politique mouvementée, marquée par une série d'alternances et de cohabitations. Gauche et droite se succèdent au pouvoir sans parvenir à résorber le chômage. Le climat politique est alourdi par la multiplication des « affaires » tandis que l'extrême droite se développe.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents