Le symbolisme- Première- Français - Maxicours

Le symbolisme

Objectif
  • Découvrir le courant littéraire du symbolisme.
  • Connaitre les principes de ce courant.
  • Connaitre les poètes appartenant à ce courant.
Points clés
  • Le symbolisme est un courant littéraire de la seconde moitié du XIXe siècle.
  • Il s’oppose aux courants du naturalisme et du Parnasse.
  • Il est fondé sur l’idée que le monde réel n’est que le reflet d’une réalité supérieure que le poète peut transposer par des analogies suggestives.
Pour bien comprendre
  • La poésie du XIXe siècle
  • Le romantisme
  • Le Parnasse
1. Mouvance symboliste et école symboliste

La mouvance artistique symboliste a pour précurseur Baudelaire et pour disciples Verlaine, Rimbaud, Mallarmé.

L'école symboliste nait officiellement en 1886 avec la publication dans Le Figaro du « manifeste littéraire » de Jean Moréas et la parution du journal Le symboliste.

Dans ce manifeste, Moréas expose les principes du courant : « La poésie symbolique cherche à vêtir l’Idée d’une forme sensible qui, néanmoins, ne serait pas son but à elle-même, mais qui, tout en servant à exprimer l’Idée, demeurerait sujette ».

Baudelaire est donc considéré comme un précurseur sans pour autant appartenir au courant symboliste. Rimbaud, lui, est au cœur du courant avec sa célèbre formule, illustrant la fonction du poète : « Je est un autre ».

Verlaine publie de nombreux recueils dont Poèmes saturniens (1866) et Fêtes galantes (1869).

Mallarmé s’inscrit également dans le courant en l’orientant vers une poésie plus hermétique, difficile d’accès aux lecteurs qui doivent à leur tour en déchiffrer le sens.

2. Les principes symbolistes
a. En réaction face au naturalisme et au Parnasse

Le symbolisme nait avant tout en réaction au matérialisme positiviste triomphant de l'époque, et son application en littérature : le naturalisme. 

À la suite de Baudelaire, les artistes symbolistes refusent de voir le monde comme rationnel : la vérité n'est pas dans la matière mais se cache derrière des symboles.

Certains poètes ont également reproché au Parnasse de pratiquer une poésie froide, très éloignée de l'être humain et enfermée dans le cadre classique ; ils proposent par conséquent de libérer la poésie, le vers et l'inspiration.

b. L’idéal symboliste : mystère et suggestion

Pour les poètes symbolistes, la mission de l'artiste consiste à déchiffrer les signes, à traduire en termes concrets les réalités d'un monde spirituel qui s'expriment analogiquement dans celui-ci.

C'est ainsi que la poésie symboliste est non pas descriptive, mais suggestive et musicale. Elle se fait l'écho de l'intériorité mélancolique de l'artiste méditant sur son pouvoir créateur, pour qui seul le poète est capable de déchiffrer les mystères, d'accéder à une réalité cachée.

Dans son poème « Correspondances », Baudelaire expose cette fonction du poète, être à part, élu qui a le pouvoir de déchiffrer les « forêts de symboles ».

Les thèmes développés dans les poèmes symbolistes sont la mort, le rêve, l’ailleurs (le voyage), les références à l’Antiquité, la mythologie, etc.

c. Vers un renouvellement formel

D'un point de vue formel, les poètes accordent une importance particulière à la musicalité. Les métaphores et comparaisons sont des figures privilégiées, car elles permettent de créer des images et des analogies suggestives.

L'utilisation du vers libre se développe, traduisant l’affranchissement des contraintes de la poésie classique afin de créer des effets de musicalité nouveaux par l'effacement de la rime et par l'irrégularité des vers.

Enfin, les symbolistes travaillent au renouvellement des formes poétiques avec le développement du poème en prose. Depuis Baudelaire, la prose peut en effet être une forme poétique à part entière. La description est importante, les sonorités créent la musicalité et, enfin, comparaisons et métaphores envahissent le poème qui se prête au jeu sur les mots. et libère le langage de ses contraintes habituelles.

3. Le symbolisme : un art total

Richard Wagner (1813-1883), compositeur, chef d'orchestre et théoricien allemand, a tenté dans différents essais de définir un art total qui serait la fusion de tous les arts (poésie, musique, théâtre, danse).

Le symbolisme doit beaucoup à l'idéal wagnérien de l'art total : il s'épanouit dans le théâtre, en lien avec la musique. C'est notamment le cas du drame en prose Pelléas et Mélisande (1892) de Maurice Maeterlinck, mis en musique et transformé en opéra en 1902 par Claude Debussy.

Par ailleurs, le symbolisme littéraire exprime ce que l'impressionnisme a cherché à traduire en peinture : à la fin du XIXe siècle, ce mouvement (entre autres représenté par Monet, Cézanne et Renoir) a tenté de traduire les impressions fugitives et les sensations de l'artiste.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Découvrir le reste du programme

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.