Le renouveau de la vie politique en France (1944-1947) - Cours d'Histoire Terminale pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le renouveau de la vie politique en France (1944-1947)

1. Les bouleversements politiques à la Libération
a. Restaurer l'Etat, juger Vichy
Le 25 août 1944 le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), formé à Alger le 3 juin 1944 et présidé par le général de Gaulle, s'installe à Paris. Ce gouvernement dispose de trois atouts. Il s'est organisé avant le débarquement et est donc prêt à prendre le pouvoir. Constitué de résistants et des chefs des principaux partis, il n'est pas contesté. Enfin, la poursuite de la guerre ne permet pas aux Alliés de prendre le risque d'une révolution en France.
Il faut donc restaurer l'autorité de l'Etat et récupérer le contrôle de la justice. Dans les régions qui se sont libérées seules, comme le Massif central, des pouvoirs locaux mis en place par la résistance intérieure tels que les Comités départementaux de Libération (CDL), ou les Forces françaises de l'intérieur (FFI), refusent l'autorité des préfets. Ils organisent l'épuration par l'intermédiaire de tribunaux populaires pour les premiers, et de cours martiales pour les seconds. Aussi, pour reprendre le contrôle de la justice, le gouvernement crée le 15 septembre des « cours spéciales de justice » et des « chambres civiques ».
La réorganisation de l'Etat passe aussi par l'image qu'en ont les autres pays. Enfin, pour redonner à la France un rôle international, le général de Gaulle fait participer l'armée aux combats contre l'Allemagne. Mais ce n'est que le 23 octobre 1944 que les Alliés reconnaissent le GPRF.
b. Une nouvelle vie politique
Le paysage politique change puisque les anciens partis (PCF, SFIO, Parti radical) se reconstituent en excluant ceux qui ont voté les pleins pouvoirs à Pétain en juillet 1940. Et en novembre 1944, un nouveau parti apparaît : le Mouvement républicain populaire (MRP) regroupant les résistants d'inspiration chrétienne.
Le jeu de la démocratie a évolué : depuis l'ordonnance du 22 avril 1944, les femmes ont le droit de vote et les journaux se multiplient. Outre ceux hérités de la Résistance (Combat, Libération), de nouveaux quotidiens apparaissent, comme Le Monde.
2. Elaborer une nouvelle constitution
a. Les élections de 1945
Par le référendum du 21 octobre 1945, en acceptant d'élire une Assemblée constituante, 96 % des Français refusent un retour à la IIIe République. Les communistes, socialistes et MRP sortent triomphants de ce scrutin. Le 13 novembre, l'Assemblée désigne De Gaulle comme chef du gouvernement.
Mais ce dernier refuse de donner des ministères-clés aux communistes. Sa politique est de plus en plus critiquée par les partis qui souhaitent écarter le gouvernement de l'élaboration d'une constitution. De Gaulle finit par démissionner le 20 janvier 1946.
b. Le problème des partis
Les trois principaux partis décident de gouverner ensemble – c'est le tripartisme – et élaborent deux textes constitutionnels. Le premier est refusé par 53 % des Français le 5 mai 1946. Il confiait l'essentiel du pouvoir à une seule assemblée et le MRP avait préconisé de le rejeter. Le 2 juin 1946, une nouvelle constituante est élue et confirme le succès du MRP qui devient le parti dominant (169 députés).
Le second texte élaboré est accepté de justesse au référendum du 13 octobre (36,1 % de oui, 31,2 % de non, 31,4 % d'abstention). Il instaure une IVe République différant peu de la IIIe si ce n'est par la création de l'Union française regroupant en une fédération la France et son empire. Le projet fut dénoncé, le 16 juin 1946, par De Gaulle dans son discours de Bayeux prônant un « chef de l'Etat, placé au-dessus des partis ».
La IVe République se met en place avec les élections de l'Assemblée nationale, le 10 novembre, du Conseil de la République et du président de la République, le socialiste Vincent Auriol, le 16 janvier 1947.
L'essentiel

La France est progressivement libérée à partir de l'été 1944. Mais cette France est ruinée, affamée et politiquement désorganisée. Le gouvernement de De Gaulle, revenu d'Alger, doit à la fois régler le passé immédiat du gouvernement de Vichy, refonder politiquement la France et la replacer sur une scène internationale. Or, la cohérence de ce gouvernement disparaît face au problème d'une nouvelle constitution.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents