Le personnage balzacien - Maxicours

#entraideCovid19

#entraideCovid19

#entraideCovid19

#entraideCovid19

Le personnage balzacien

Objectif : définir le personnage chez Balzac.

Constituée, à partir de 1842, en système à la fois clos et dynamisée par le principe du retour des personnages, La Comédie humaine témoigne d'une volonté aussi bien explicative que descriptive. Influencé par les naturalistes de l'époque, Balzac veut classer les espèces humaines en se fondant sur l'hypothèse d'un corps social identique à la faune naturelle. Pour Balzac, l'œuvre ne doit pas être seulement reproduction du monde, mais elle doit en fournir l'explication.
Or seule la fiction peut permettre à Balzac d'adopter ce point de vue transcendant qui avait été celui de Dante avec La Divine Comédie. D'où, en 1842, le choix du titre de La Comédie humaine, qui dénonce l'hypocrisie, le jeu de rôles gouvernant la société, mais qui surtout désigne l'œuvre grâce à laquelle le romancier analyse les mécanismes l'inhumaine condition.

1. La construction du personnage
a- Le personnage comme « type »

Un « personnage qui résume en lui-même les traits caractéristiques de tous ceux qui lui ressemblent », c’est ce qu’écrit Balzac dans la préface d’Une ténébreuse affaire. Voici donc l’entreprise, rassembler le foisonnement de millions de figures humaines en quelques caractères symboliques.
Le personnage devient donc en quelque sorte collectif et désigne une classe, un ensemble :  Chabert symbolise l’armée napoléonienne, Goriot, le vieillard abandonné, ses filles, l'échec de l'éducation. Tous les « types » sont présents dans La Comédie humaine.

b- Un personnage qui fasse « concurrence à l'état-civil »

 Balzac souhaitait « faire concurrence à l'état-civil ».  Dans l’univers balzacien, un personnage « existe » grâce à des indices explicites comme le nom : le nom est en effet porteur de sens. Le nom Eugène de Rastignac indique un jeune aristocrate, Esther dit la Torpille, une prostituée, Trompe la mort, un bagnard.

c- Balzac présent en chacun d’eux

Les personnages principaux de La Comédie humaine ne semblent vivre que des envies ou des répulsions de celui qui les invente : en Rastignac et en Vautrin, Balzac a fondu tous ses rêves jamais complètement apaisés de gloire et de pouvoir ; en Nucingen il a compensé son insatiable besoin d'argent ; en Birotteau il a exorcisé sa hantise de la faillite ; avec Lucien et Esther il a assouvi son trouble et sensuel désir de la femme de chair.

2. Rendre « l’esprit d’une époque »
a- La pension Vauquer : description et portraits

La description des lieux et le portrait des personnages figurent le plus souvent au début du roman. C'est une manière de faire connaissance avec les personnages et leur univers.
La pension Vauquer au début du Père Goriot plante le décor et présente les personnages en faisant leur portrait. Mais cette description a une portée plus large : sa fonction est symbolique. La crasse ambiante renvoie à la noirceur des âmes de ceux qui vivent.

Cette description a alors pour fonction de permettre au narrateur de donner son avis, de juger et au lecteur de l'informer sur les personnages et leur condition.

b- Une chronique sociale

Dans La Comédie humaine, la chronique sociale fait partie intégrante du récit. C'est pour Balzac le moyen de mettre en lumière les vices les plus cachés de la société.
Les personnages phares de La Comédie humaine sont alors des témoins privilégiés de leur temps d’un point de vue historique d’abord et social ensuite.

Historique
, lorsque Hyacinthe Chabert dans Le Colonel Chabert se fait le témoin de la bataille d'Eylau aux côtés de Murat ou encore Marie de Verneuil dans Chouans. Marie de Verneuil figure la lutte contre l’oppresseur que constitue la République.

Social
avec Rastignac dans Le Père Goriot qui découvre la vénalité et l’égoïsme de deux filles face à leur père. De même, Jacques Colin dans Splendeurs et misères des courtisanes, qui retourne le système judiciaire à son avantage, et en montre la fragilité.

Il en est de même dans l’analyse des passions humaines qui sont la source des grands fléaux du siècle, passion contre laquelle va tenter de lutter Esther ou encore Grandet en voulant éloigner Charles de sa fille Eugénie.

Balzac en dressant cette chronique sociale dénonce les travers qui viennent souiller la société et œuvre afin que ses contemporains en tirent les leçons qui s’imposent socialement (l’éducation des filles, la prostitution), économiquement (la révolution industrielle) et politiquement (la corruption, l’instabilité politique).

L'essentiel

Le personnage balzacien est non seulement un individu ayant un nom, une personnalité, un univers social et familial, mais aussi un type (le type du financier, de l'ambitieux ou encore de la femme entretenue).
Avec ses personnages, Balzac cherche à rendre compte de son époque.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.