Le lourd bilan de la Seconde Guerre mondiale - Cours d'Histoire 3eme avec Maxicours - Collège

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le lourd bilan de la Seconde Guerre mondiale

Quel est le bilan de la Seconde Guerre mondiale ?
1. Le Bilan politique
a. La préparation de la paix
Bien avant que le conflit ne se termine, les belligérants préparent la paix par le biais de réunions, bipartites (Roosevelt, Churchill) ou tripartites (les deux mêmes et Staline), réunions qui aboutissent parfois à la signature d’accords :

- la charte de l'Atlantique d’août 1941 : déclaration solennelle du président américain Franklin D. Roosevelt et le Premier ministre britannique Winston Churchill ; elle jette les fondements d'une nouvelle politique internationale et sert de base à la charte des Nations Unis ;

- la conférence de Yalta : elle réunit Roosevelt, Staline et Churchill en février 1945 et fixe trois objectifs fondamentaux : terminer le conflit, régler le sort du IIIe Reich et de l’Europe occupée et enfin garantir pour l’avenir la stabilité du monde ;

- la conférence de Potsdam réunit Truman, Staline et Attlee en juillet-août 1945 dans le but de fixer le sort à réserver aux puissances de l’Axe. À chacune de ces rencontres, les Alliés se sont évertués à réaffirmer le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, la volonté de créer un organisme chargé de garantir la paix et de désarmer les puissances ennemies.
b. Une nouvelle carte du monde
Après les capitulations japonaise et allemande une nouvelle carte du monde se dessine et l'ONU doit garantir les nouveaux tracés de frontières. L'Allemagne subit d’importantes amputations territoriales, au bénéfice des pays voisins ou vainqueurs. Elle retrouve ses frontières de 1937 et est partagée en quatre zones d'occupation, contrôlées par les vainqueurs.

Le Japon subit le même sort, il perd toutes ses conquêtes et se retrouve placé sous la tutelle des États-Unis. Quant au dernier membre de l’Axe, l'Italie subit peu de pertes territoriales en raison de la chute précoce de Mussolini.
2. Le bilan humain
a. La guerre la plus meurtrière de tous les temps
Le bilan humain de la seconde guerre mondiale est lourd et dramatique. Elle a fait près de 60 millions de morts à travers le monde, particulièrement en Europe et en Asie. Le nombre de victimes civiles est plus élevé que celui des victimes militaires.

Les bombardements comme par exemple celui de Dresde du 13 février 1945 avec 135 000 victimes, les famines comme celle qui fait 25 000 morts aux Pays Bas, les épidémies qui font leur retour et surtout le génocide dont le nombre de victimes se chiffre en millions, expliquent cette différence.

C’est donc une véritable hécatombe démographique que subit l’ensemble de la planète.
b. Des populations traumatisées et déplacées
À cette hécatombe démographique s’ajoute également le traumatisme moral lié à la découverte des camps et du génocide. Les populations civiles subissent également le phénomène de transferts d’un territoire à l’autre en raison des nouveaux tracés de frontières.

Ainsi en Europe Orientale, région fortement touchée par les modifications de frontières, on assiste à un véritable chassé-croisé entre plusieurs millions d’Allemands chassés de l’Est et le retour de prisonniers est-européens vers leur pays.
3. Le Bilan économique
a. La fin de l'hégémonie européenne
La deuxième guerre mondiale confirme le déclin de l'Europe déjà fortement ébranlée par le Première Guerre mondiale. En 1945, les pays d’Europe, vaincus et vainqueurs confondus, se retrouvent avec une économie complètement désorganisée. Certaines régions sont entièrement dévastées.

Les infrastructures industrielles, ferroviaires et routières sont fortement endommagées. Et la pénurie oblige à maintenir les tickets de rationnement jusqu'en 1949.
b. Les grands bénéficiaires
En revanche, les États-Unis s’imposent comme le grand vainqueur de ce conflit, leur économie a été fortement stimulée par la guerre. En fait avant même la fin du conflit les accords de Bretton Woods signés en juillet 1944 consacrent la suprématie du dollar qui devient dès lors la devise de référence.

Le plan Marshall aide destinée à la reconstruction économique de certains pays européens, confirme leur domination tout en plaçant l’Europe en situation de dépendance économique et politique.

De son côté, l’URSS, bien que fortement touchée, joue également un rôle non négligeable après la Seconde Guerre mondiale. Son prestige est surtout politique. Mais en dépit de difficultés économiques importantes, l’URSS se fait un devoir d'aider économiquement certains pays d'Europe afin d'affirmer sa puissance politique.
L'essentiel
Le bilan de la guerre est sur tous les plans très lourds pour le continent européen avec à la fois un recul démographique lié à l’hécatombe humaine et un déclin politique et économique.

Les deux grands vainqueurs sont l’URSS qui tire un prestige politique considérable et surtout les États-Unis dont l’économie a été dopée par la guerre et que la participation à l’élimination de l’Axe pose en sauveur du monde.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents