Le continent africain face au développement - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le continent africain face au développement

En 2010, de nombreux États de l'Afrique subsaharienne ont commémoré leur Indépendance, qui a eu lieu aux alentours des années 1960. En Afrique, le nombre de pauvres augmente du fait de l'accroissement démographique, bien que le taux de pauvreté, lui, ait tendance à reculer. 
En 2016, le rapport de suivi mondial publié par la Banque mondiale faisait état de 347 millions de personnes vivant dans une situation de pauvreté extrême en Afrique subsaharienne, où se situent les États d'Afrique les plus en difficulté. En effet, L'Afrique du Nord et l'Afrique du Sud tirent mieux leur épingle du jeu. 
L'un des premiers objectifs du Millénaire pour le Développement de l'ONU était de réduire de moitié la pauvreté en Afrique d'ici à 2015. Cet objectif n'a pas été atteint. Depuis, l'ONU a relancé un programme, pour l'après-2015 : Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l'horizon 2030.
1. Un retard considérable du développement humain
a. Des défis immenses en terme d'éducation
Le rapport mondial 2011 de l'UNESCO sur « l'éducation pour tous » rappelle qu'au cours des 10 dernières années des progrès importants ont été réalisés en Afrique en ce qui concerne la scolarisation des enfants et des jeunes.

En 1960, 39 % des enfants d'Afrique francophone étaient scolarisés en primaire. Entre 1999 et 2008, les États africains ont réussi à faire passer à 77 % le taux de scolarisation dans le primaire. Les changements les plus impressionnants ont été constatés au Burundi, en Éthiopie, à Madagascar, au Mali et en Tanzanie. En faisant le choix de la gratuité, des pays comme le Bénin, le Sénégal, la Tanzanie, le Kenya ont réussi à accroître fortement leurs taux de scolarisation des petits.

Cependant, même si la scolarisation progresse, les défis liés à l'éducation, fondamentaux pour le développement des États du continent, demeurent immenses. Les classes sont surchargées (60 élèves en moyenne en ville et jusqu'à 100 en milieu rural). Les établissements scolaires manquent cruellement de matériel (manuels, bibliothèques, etc.) et les filles restent sous représentées à toutes les étapes de la scolarité.

Doc. 1. Bibliothèque à l'École Gbonvie, Togo

Les apprentissages, toujours selon l'UNESCO, demeurent « d'une faiblesse désespérante » dans beaucoup de pays. Le nombre d'adultes analphabètes continue d'augmenter, la parité entre les sexes recule dans l'enseignement secondaire, l'enseignement supérieur reste inaccessible à la majorité des jeunes. En Afrique subsaharienne, le taux de scolarisation dans le supérieur s'élevait à 6% en 2008 alors que la moyenne mondiale était à 26%.
b. Un continent où une grande partie de la population ne mange pas à sa faim
Manger à sa faim et équilibré est le fondement de la survie et du développement. Pourtant, alors que 70% de la population active travaille dans l'agriculture, tout le monde ne mange pas à sa faim sur le continent africain, loin de là : 1/3 de la population africaine souffre de malnutrition.

Prenons l'exemple du Sahel (région au sud du Sahara comprenant le Niger, le Tchad, la Mauritanie, le Burkina Fasso, le Mali, le Sénégal) qui fait face, en moyenne, à une sècheresse importante tous les 4 ou 5 ans : 1,4 millions d'enfants de moins de 5 ans y souffrent de malnutrition. Cette dernière est responsable de 60% de la mortalité des enfants de moins de 5 ans. Dans la Corne de l'Afrique (Éthiopie, Somalie, Kenya), qui subit la pire sécheresse qu'elle ait connu depuis 60 ans, des millions de personnes, dont 2 millions d'enfants, traversent une crise nutritionnelle aigüe. En plus des enfants, les adolescents, les femmes enceintes ou qui allaitent, les personnes âgées et les malades chroniques (notamment ceux atteints du VIH/sida et de la tuberculose) sont également vulnérables.

Doc. 2. Centre d'alimentation de Matola à la périphérie de la Cité Maputo, Mozambique

c. Un continent où l'encadrement sanitaire est dramatiquement limité
L'État de santé est un observatoire privilégié du niveau de développement d'une région. À l'échelle du continent africain, l'encadrement sanitaire et de santé est déficient : il n'existe pas de réel réseau d'hôpitaux, de dispensaires, ceux qui existent sont mal équipés et peu approvisionnés. Les virus du sida, du paludisme et la tuberculose ravagent l'Afrique. Pauvreté et ignorance sont deux facteurs de la propagation de la maladie, mais la prévention, les soins, les traitements aux victimes dépendent essentiellement des mesures politiques et sociales qui ne figurent pas en tête des priorités des différents gouvernements ou de la communauté internationale. Pour l'essentiel des pays, les indicateurs de santé restent donc catastrophiques.

En République Démocratique du Congo, un enfant sur 5 meurt avant d'avoir atteint l'âge de 5 ans. Un africain vit 30 à 40 ans de moins qu'un européen. Mais que peut faire un seul médecin chargé de veiller à la santé de plusieurs milliers de personnes sans réels moyens ? Le nombre de médecins pour 10 000 habitants est inférieur à 1 au Mali, à 7 en Tunisie et en Afrique du Sud (il est de 30 en France). La population doit acheter des médicaments vendus sans prescriptions d'un médecin sur les marchés, médicaments qui sont sans aucune garantie de qualité et d'efficacité.

Doc. 3. Le nombre de médecins pour 100 000 habitants dans le monde en 2001

2. Afrique des bidonvilles et Afrique des champs : une population laissée sur le bord de la route du développement
a. Une croissance urbaine non maîtrisée
La population africaine s'urbanise très rapidement. Les villes s'agrandissent de façon spectaculaire du fait d'un important exode rural et d'un accroissement naturel particulièrement dynamique (taux de natalité du Niger : 7 enfants/femme, du Mali 6,4, du Burkina Fasso 5,8. Ce n'est pas le cas de l'Afrique du Nord qui maîtrise de plus en plus sa natalité). Aujourd'hui, le continent compte plus de 30 villes d'au moins 1 million d'habitants. Le Caire et le Lagos sont les plus gigantesques. L'Afrique est passée d'une population de 250 millions d'habitants au milieu du 20e siècle, à 1 milliard en 2012 (et on prévoit qu'elle doublera sa population d'ici 2050), cette croissance urbaine s'est faite très rapidement et les moyens investis dans la ville (construire des logements et développer les infrastructures sanitaires, de gestion des ordures, des eaux usées, etc.) n'ont pas suivi. De ce fait, des millions de personnes ne trouvent pas de logements et s'installent dans les bidonvilles qui ont poussé comme des champignons à la périphérie des villes. Kibera, au Kenya, est le plus grand bidonville d'Afrique. Près d'un million de personnes y vivent entassées. 

En 15 ans, la population ayant accès à l'électricité est passée de 20 à 30% seulement. Ce qui signifie que 70% de la population vit actuellement sans électricité en Afrique. L'accès à d'autres services de base comme l'eau et les sanitaires n'a pratiquement pas progressé. L'accès à Internet reste très marginal (moins de 2% en moyenne).
b. Des campagnes miséreuses et laissées pour compte
Fuite de problèmes économiques
En Afrique, les techniques agricoles sont demeurées simples et la productivité est faible. Aux cultures vivrières de base, on associe souvent une monoculture de rente (cacao, coton, etc.). Mais les prix sont fixés par les autorités gouvernementales à un niveau très bas au profit des populations urbaines. Les ruraux ont donc le plus souvent des revenus misérables. À cela s'ajoute le fait que les prix des produits manufacturés dont ils ont besoin, augmentent régulièrement. Dans ce contexte, on assiste à une paupérisation (= appauvrissement) continue du monde rural. C'est pourquoi, ces 15 dernières années, l’exode rural qui n’est pas un phénomène nouveau en Afrique, a pris de l’ampleur.

L'espoir d'une meilleure éducation
Bien d’autres facteurs poussent les ruraux à partir. On constate par exemple que l'effort éducatif est surtout concentré dans les villes, la population des campagnes est défavorisée. Le plus souvent, les zones rurales ne bénéficient que de structures assurant l’enseignement de niveau primaire. Les établissements d’enseignement secondaire, supérieur, technique et professionnel sont concentrés en milieu urbain. Or, l’enseignement joue un rôle important par l’accès aux connaissances qu’il procure et les possibilités d'évolution sociale qu'il génère. Les ruraux en sont conscients, eux qui envoient leurs enfants poursuivre des études supérieures dans les centres urbains.

Autres facteurs qui expliquent cette ruée vers le milieu urbain
D'autres facteurs font qu'une bonne partie des habitants de la campagne décident de partir vivre en ville :
-  La proportion de la population rurale ayant accès aux services de santé est inférieure à 50%.
- Dans de nombreuses régions, des sècheresses récurrentes privent les populations rurales de récoltes et donc de nourriture.
- Les conflits armés ravagent les campagnes.
3. Les obstacles au développement
Les causes qui entravent le développement du continent africain sont nombreuses. Nous n'en citerons ici que quelques-unes :

- Impactée par la crise mondiale depuis 2008, l'Aide au développement a considérablement diminué. Les transferts d'argent vers l'Afrique de la diaspora africaine, pour la même raison, se sont amenuisés. Quand le pouvoir d'achat diminue en Europe, les émigrés envoient moins d'argent dans leurs pays pour soutenir leurs familles. De plus, les prix des aliments de première nécessité ont très fortement augmenté. De nombreuses familles africaines se sont donc retrouvées, du jour au lendemain, en situation d'extrême précarité. Les transferts d'argent de la diaspora constituaient des soutiens importants pour des secteurs tels que le bâtiment et les micro-entreprise qui ont basculé dans le marasme. Cependant, l'Afrique n'a pas attendu 2008 pour souffrir d'un réel retard de développement. 

- Longtemps, le continent a souffert d'une importante faiblesse de la démocratie. Pays à parti unique, les dictatures ont laissé en héritage des dettes étrangères colossales (qui n'ont jamais profité aux populations locales au nom desquelles elles étaient contractées). Nombre d'États connaissent aujourd'hui encore des tensions politiques ou ethniques graves. Cependant, ces dernières années, la démocratie a progressé en Afrique dans de nombreux pays. Les syndicats, les médias, la presse y ont retrouvé une liberté qui leur permet de contribuer au progrès et aux débats.

- De très nombreuses guerres freinent le développement. Depuis 1989, 20 États africains ont été touchés par des conflits, ce qui constitue un frein considérable au développement.

- La corruption y a été érigée en système. L'aide internationale a longtemps été détournée. Une partie des élites s'approprie l'argent des États pour leurs propres « nécessités ». Cet argent n'est donc pas réinjecté dans l'économie nationale ou dans l'amélioration des conditions de vie des populations. Il est déposé dans des banques, hors du territoire national.
L'essentiel
En 2010, de nombreux États africains ont fêté le cinquantenaire de leur indépendance. Pourtant, la plupart d'entre eux ont un IDH (Indice de développement humain) très faible et présentent les caractéristiques des PMA (Pays les moins avancés) : taux de fécondité élevé, espérance de vie faible, taux de mortalité infantile important. Cependant, on constate des écarts de développement à l'échelle du continent. Il y a plusieurs Afrique :
- une Afrique qui se développe assez rapidement, proche des pays émergents (Afrique du Nord et Afrique du Sud) ;
- une Afrique « en panne », en crise profonde, qui cumule les difficultés (l'Afrique subsaharienne). Dans cette partie du monde, l'accès aux soins de santé et à l'éducation sont lacunaires. Des millions de personnes ne mangent pas à leur faim. En 2012, les pays du Sahel souffrent d'une grave sècheresse et des millions de personnes vont être gravement sous-alimentées.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents