Mumbai, une ville à deux vitesses - Maxicours

Mumbai, une ville à deux vitesses

L'importance économique et culturelle de Bombay, sa modernité, son étendue, font de la ville une mégalopole hyperactive qui attire un grand nombre de personnes chaque jour. Mais son développement ne profite pas à tous dans cette métropole surpeuplée (22 millions d'habitants) et, plus que partout ailleurs dans le pays, les signes extérieurs de richesse et d'extrême pauvreté alternent constamment.
1. L'envers du décor
a. Un accès limité à l'éducation pour des millions d'enfants
Les écoles primaires publiques de Mumbai sont submergées par le nombre d’enfants, à tel point que, dans les quartiers les plus pauvres, certains ne peuvent profiter de l’école qu’à mi-temps. Les classes dotées d'effectifs de plus de 65 élèves sont communs et les enseignants épuisés sont obligés de scinder leurs effectifs en deux groupes : le premier assiste à la classe le matin, et l'autre l'après-midi.
Il existe en Inde une sorte de course acharnée à la réussite scolaire, à laquelle les pauvres ne peuvent pas participer.

Si parmi la classe moyenne, les parents sont capables d'aider leurs enfants dans leur scolarité ou les envoyer prendre des cours complémentaires dans des établissements privés, les familles des bidonvilles, elles, sont le plus souvent analphabètes et dans l'incapacité de financer le moindre soutien scolaire. Toutefois, grâce aux nombreuses actions éducatives menées par des associations indiennes ou par des ONG, de nombreuses écoles gratuites s'ouvrent, y compris dans les bidonvilles.
b. L'urbanisation informelle
« Parmi les tours modernes et les enseignes lumineuses des centres commerciaux, Dharavi se loge, telle une tumeur cancéreuse au cœur de Mumbai. Et la ville refuse de le reconnaître. Ses habitants vivent donc dans des maisons illégales, utilisent de l'électricité illégale, boivent de l'eau illégale et regardent une télé illégale par câble. Ils travaillent dans les innombrables fabriques et boutiques illégales de Dharavi. La moitié des habitants de Mumbai vivent dans ce genre de bidonvilles, dans ce genre de vie illégal ». Extrait de Slumdog Millionaire, de Vikas Swarup, Belfond, 2006.

Par jour, plus de 200 familles viennent à Mumbai, la plupart provenant d'un exode rural effréné. Ces familles quittent les campagnes les plus pauvres où la vie est souvent extrêmement dure et, leurrées par l'image idyllique véhiculée par les films de Bollywood, viennent à Mumbai dans l'espoir d'y trouver de meilleures conditions d'existence. Espoir bien souvent déçu, Mumbai, surpeuplée, ne parvient pas à fournir du travail et un logement à tout le monde. C'est pourquoi plus de 10 millions de personnes (soit environ 55% de la population) vivent dans la rue ou dans des bidonvilles (slums en anglais).

Les bidonvilles sont des quartiers informels qui n'apparaissent sur aucun plan d'urbanisme et n'ont aucune existence légale alors qu'ils abritent des millions de personnes. Le terme de slums fait référence à des regroupements d'habitats précaires construits en matériaux de récupération. À Mumbai, bidonvilles et quartiers d'affaires se succèdent sans transition dans le paysage.

Doc. 1. Bidonville de Mumbai, à Bombay en Inde.

Les familles qui habitent les bidonvilles sont le plus souvent séparées de leur groupe familial d’origine, de leur caste, de leur métier traditionnel et, pour certaines d’entre elles, de leur dialecte ou de leur groupe linguistique. Ajoutée à la grande pauvreté matérielle et à la promiscuité, cette situation rend l’intégration encore plus difficile et génère une déstructuration des liens familiaux et sociaux qui facilite le développement de la délinquance, de la prostitution et de la drogue.

Dharavi, au cœur de Bombay, est le plus grand et l'un des plus anciens bidonvilles d'Asie. Au moins 1 million d'individus (soit plus de 100 000 familles) y vivent, pour une densité de population moyenne de 17 000 habitants/km2.
2. Une ville qui peine à gérer ses problèmes
D'une manière générale, les services publics de la métropole n'ont pas pu suivre le rythme de l'urbanisation. La vie, pour les plus pauvres est extrêmement dure à Mumbai.
a. Pollution et embouteillages
Mumbai est une jungle urbaine et figure parmi les plus bruyantes du monde : les embouteillages y sont terribles et semblent ne jamais devoir s'arrêter, les rues sont saturées de voitures et de rickshaws. La ville offre un bus pour 1 250 voyageurs. L'air y est 25 fois plus pollué par la circulation automobile et par les industries que ne le recommandent les normes internationales. On a tenté de déplacer les industries, de les repousser hors de l’île, mais la pollution continue à poser de graves problèmes.

Rickshaw : c'est un véhicule tricycle à propulsion humaine ou mécanique, destiné au transport de personnes ou de marchandises.
b. Le manque d'eau
L'eau
La municipalité peine à gérer le problème crucial de l'approvisionnement en eau. La demande est tellement supérieure à l’offre que la consommation est limitée et atteint des proportions alarmantes quand les pluies de la mousson sont insuffisantes. La Compagnie municipale des eaux n'alimente pas les quartiers pauvres, ce qui fait que des millions de personnes n'ont pas d'alimentation d'eau chez elles. Les femmes, et parfois les enfants, doivent aller chaque jour faire la queue aux robinets ou aux lieux de distribution les plus proches pour s'approvisionner. Cela peut leur prendre plusieurs heures et le retour se fait avec un seau de 40 kg sur la tête. Au point de distribution, l'approvisionnement au robinet n'est assuré qu'entre 8h et 14h. Les habitants des bidonvilles doivent payer très cher une eau qui leur est vendue par des intermédiaires qui s'approvisionnent illégalement et pratiquent des prix prohibitifs : elle leur coûte 30 fois plus cher que s'ils avaient la possibilité de l'acheter au tarif municipal.

Les sanitaires

Dans les bidonvilles ou dans les quartier les plus pauvres, les sanitaires manquent cruellement. On estime que 40% à 50% des citoyens de Mumbai n'ont pas d'installations sanitaires chez eux. À Dharavi, par exemple, on compte 400 toilettes pour 600 000 habitants, soit un toilette pour 1 500 personnes. Les gens n'ont pas d'autre choix que de se soulager dans les rues, le long des voies de chemins de fer, etc. En mars 2009, la municipalité de Mumbai a reconnu qu’il manquait 64 157 toilettes dans les bidonvilles, qui n’en comptent pour l’heure que 77 526. Notons que même lorsqu’elles existent, il n’y a souvent ni eau ni électricité, ce qui les rend inutilisables.

Les eaux usées (2800 millions de litres par jour à Mumbai) sont quant à elles, le plus souvent déversées sans traitement (ou après un traitement partiel), dans les ruisseaux ou sur certaines zones côtières, ce qui engendre des taux de pollution hydrique très inquiétants.

Doc. 2. Les habitants d'une bidonville sur un chemin de fer à Bangladesh, Inde

c. La gestion des déchets
En 2009, Mumbai produisait en moyenne 11,209 millions de tonnes de déchets par jour alors qu'elle n'est équipée que pour en traiter 6 000. En théorie, des compagnies rémunérées par la municipalité sont tenues de collecter les ordures de la métropole, de les trier et de jeter ce qui ne peut être recyclé dans les décharges. En réalité, 40% à 50% de ces ordures ne sont pas collectés par les camions poubelles et celles qui le sont s'entassent dans des décharges sans tri préalable, ou s'accumulent dans les rues. Enfin, Mumbai ne disposant que d'un seul centre de traitement, seule une partie des déchets collectés est transformée (en engrais organique et en pastilles de combustible).
3. Une ville de marchés parallèles et informels
Le secteur de l'emploi informel constitue l'un des éléments clés de la structure industrielle de Mumbai. C'est un secteur qui absorbe une grande part de l'immense nombre de migrants issus du milieu rural qui y arrive chaque année. Il s'agit de petites entreprises, ou bien d'unités familiales de travail à domicile qui n'ont aucune existence légale et sur lesquelles aucune législation, faute de statut officiel, ne parvient à s'appliquer.

Une source de revenus pour les habitants des bidonvilles
Le secteur informel est la principale source de revenus pour les habitants des rues ou des bidonvilles. C'est, par exemple, le secteur informel qui se charge de ramasser et de recycler une part non négligeable des déchets qui ne sont pas pris en charge par la municipalité. En dépit des risques sanitaires et physiques encourus par ceux qui vivent de cette activité d'extraction et de tri dans les décharges, on estime qu'à Mumbai, quelque 100 000 personnes, au moins, en vivent. Les matériaux recyclables (papier, carton, verre, etc.) sont revendus à des grossistes.
 
Dharavi, capitale de la débrouillardise informelle
Le bidonville de Dharavi compte à lui seul plus de 1 400 unités de recyclage, toutes informelles. Mais là ne s'arrête pas son dynamisme économique. Dharavi se distingue par la forte activité informelle qui s’y déploie, tant dans la petite industrie que dans l’artisanat. De nombreux artisans venus des quatre coins de l'Inde pauvre y cohabitent et y travaillent : potiers, tisserands, menuisiers, brodeurs, fabricants de savons, de sacs et de bougies font vivre près de 5 000 unités industrielles dont le chiffre d’affaire global est évalué à 400 millions d’euros et dont la production est vendue sur les marchés du pays ou bien, pour ceux qui ont le plus de chance, s'exporte dans le monde entier.
L'essentiel
Mumbai est une mégalopole surpeuplée, moderne, certes, riche et industrialisée, mais dont la moitié de la population vit dans des bidonvilles avec des conditions d'hygiène et de confort très éloignées de celles des classes moyennes aisées (accès à l'eau très limité, manque d'électricité, pas de ramassage d'ordures). Dharavi, où Danny Boyle a tourné son film Slumdog Millionaire, est le plus grand bidonville de Bombay, mais également le plus grand d'Asie. Les autorités municipales gèrent très mal les problèmes d'extrême pollution qui pèsent sur la ville, l'hygiène déplorable et les embouteillages qui la paralysent. Dans les quartiers d'habitat précaire, le secteur informel permet à des millions d'hommes et de femmes d'avoir un emploi qui leur permet de survivre.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.