La philosophie - Cours de Philosophie avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le terme philosophie, se compose du grec philein, « aimer », et de sophia, qui possède le double sens de « sagesse » et de « savoir ». La philosophie se fonde donc sur la quête d'un savoir et n'a pas la prétention de dire le vrai. Le terme reviendrait au présocratique Pythagore, qui aurait, par modestie, renoncé à se dire « sage » pour se contenter d'être « ami de la sagesse ». Philosopher, c'est penser par soi-même en interrogeant librement le monde pour se construire un savoir et une sagesse.
1. L'origine de la philosophie
On date la naissance de la philosophie à la figure de Socrate qui, le premier, au IVe siècle av. J.-C. à Athènes, s'est détaché des mythes pour mettre en valeur la notion de logos (« l'ordre », « la raison » mais aussi « le langage ») pour comprendre le monde.

Autrui tient une place fondamentale dans la construction de la démarche philosophique qui ne peut alors se penser sans une réflexion pédagogique. Socrate fondait sa démarche sur la rencontre et le dialogue pour aider son interlocuteur à prendre conscience par lui-même de ses illusions et à construire par la suite une connaissance plus juste. S'inspirant de sa mère, sage-femme, il reprend l'idée d'accouchement mais pour l'esprit et non pour les corps : c'est la maïeutique. Cet art nécessite de la part de Socrate de feindre l'ignorance, d'user d'ironie pour que l'interlocuteur fasse par lui-même, dans un jeu de questions-réponses, un parcours dialectique vers la connaissance.

2. Pourquoi philosopher ?
La philosophie apparaît avoir pour ambition de rechercher l'unité, l'universalité, au-delà du fatras des visions partielles et plurielles du monde. Ainsi Epictète, dans ses Entretiens, nous présente-t-il la philosophie comme la recherche d'une norme commune. Cette norme qui peut être entendue comme les concepts et l'accord des esprits permet d'éviter la « folie des gens qui se servent en tout d'une seule mesure, l'opinion » et de s'appuyer sur une pensée légitime et critique, capable de construire le vrai.

Comme le met en évidence Aristote, l'étonnement est essentiel pour questionner le monde, soi et autrui. Sans lui, on risque d'être dans l'illusion d'un savoir, illusion dangereuse qui mène au dogmatisme. La philosophie interroge les fondements même de l'acte de connaître et cherche à construire des réponses aussi complexes que le réel. Ainsi la philosophie ne s'apprend pas ; on ne peut qu'apprendre à philosopher. Kant, dans la Logique, formule ainsi les grandes questions qui guident cette recherche : Que puis-je savoir ? Que dois-je faire ? Que m'est-il permis d'espérer ? Qu'est-ce que l'homme ?

3. Qu'est-ce que philosopher ?
Dogmatisme et scepticisme semblent être deux attitudes qui établissent un rapport au vrai ; mais sont-elles philosophiques ?

Le dogmatisme, sommeil de la raison, est l'attitude de l'esprit qui rejette le doute et la critique et qui affirme posséder la Vérité, une et absolue. Ce moment, premier, est celui des maîtres à penser et peut tendre dangereusement vers une aliénation de l'esprit. A l'opposé se situe le scepticisme qui érige le doute en système et conteste à l'esprit la possibilité d'atteindre avec certitude la connaissance.

L'attitude critique (du grec crinein, « passer au crible », « tamiser ») seule permet la philosophie. Ainsi Descartes s'oppose aux autorités religieuses et politiques. A travers ses trois Critiques, Kant souhaite instituer un tribunal de la raison pour en mieux délimiter les utilisations légitimes. La Critique de la raison pure montre qu'il est légitime que la raison établisse des vérités scientifiques grâce aux expériences et aux démonstrations mais par ailleurs, elle montre aussi qu'il est illégitime que la raison pose de la même manière une vérité en métaphysique. Cette attitude critique tend à la construction de nouveaux concepts. A la question Qu'est-ce que la philosophie ?, Deleuze et Guattari répondent que « la philosophie n'est ni contemplation, ni réflexion, ni communication. Elle est l'activité qui crée des concepts ».

La vérité reste le but de la recherche philosophique. Le moyen de cette recherche est la critique : la critique de la valeur de chacun de nos raisonnements. La vérité n'est pas unique, elle est historique. Elle n'est pas une fin mais une quête continuelle. Jamais acquise, entre connaissance et action, elle demande une remise en cause constante des préjugés et opinions, appelle à la vigilance et à la tolérance et cherche enfin à créer des concepts.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents