La multifonctionnalité des espaces ruraux - Maxicours

La multifonctionnalité des espaces ruraux

Objectif
  • Comprendre et savoir expliquer les dynamiques qui conduisent à la multifonctionnalité des espaces ruraux.
Points clés
  • Si on constate une diversification des activités dans les espaces ruraux, celle-ci est inégale à l’échelle mondiale.
  • La multifonctionnalité des espaces ruraux est pourtant facteur de dynamisme malgré le fait qu’elle déclenche des conflits d’usage liés à une volonté de préserver l’environnement.
Pour bien comprendre

multifonctionnalité, périurbanisation, économie résidentielle, agritourisme, néo-ruraux, agribusiness, desserrement des activités, acteurs, aménagement.

1. Une inégale diversification des activités
a. L'agriculture : un secteur d'activité multifonctionnel

En 2017, 46,2 % de la population active travaille dans le secteur agricole. Ce secteur d’activité a beaucoup évolué dans les Nords, tandis que l’agriculture classique continue d’occuper une place prépondérante dans les PMA et certains pays émergents.

L’OCDE affirme en 1998 que le caractère multifonctionnel de l’agriculture dans les pays des Nords constitue un véritable atout. En plus de nourrir les individus, l’agriculture pourrait :

  • avoir un impact environnemental positif sur les espaces ruraux qu’elle façonne ;
  • lutter contre le manque d’attractivité des territoires.

Le constat de l’OCDE est vrai, mais n’est pas appliqué dans l’ensemble des territoires des Nords puisque les bassins de production subissent une agriculture intensive peu respectueuse de l’environnement. De plus, des espaces ruraux marginalisés sont confrontés à la déprise agricole.

Déprise agricole : abandon progressif des activités liées à l’agriculture.

Face à la concurrence des grandes firmes agricoles et agroalimentaires, les agriculteurs sont progressivement devenus pluriactifs. Cette pluriactivité est rendue possible grâce à la diversification des activités dans les espaces ruraux. Les industries et les activités liées à l’économie de services permettent aux agriculteurs de compléter leurs revenus. On estime que 93 % des agriculteurs sont pluriactifs aux États-Unis.

Pluriactivité : C’est le fait d’exercer plusieurs emplois, plusieurs activités, au cours d’une même période.

Dans les Suds, trouver une activité complémentaire pour compléter ses revenus est difficile. Les espaces ruraux marginalisés des PMA et des pays émergents se caractérisent par une agriculture vivrière et par l’absence d’infrastructure, ce qui rend difficile le développement de nouvelles activités. Ainsi, dans les pays les moins urbanisés, la majorité de la population travaille dans le secteur agricole, tandis qu'1 à 4 % de la population des pays les plus urbanisés travaille dans le secteur agricole.

Exemple
En Ethiopie, 68 % de la population active travaille dans le secteur agricole alors qu’aux États-Unis seulement 3,9 % de la population travaille dans ce secteur.

 

b. La présence industrielle en milieu rural

Dans les espaces ruraux, on trouvait initialement des industries liées aux activités anciennes (textile, métallurgie, extraction minière, etc.). Celles-ci existent toujours. Cependant, si certaines ont su exploiter les atouts des espaces ruraux pour se renouveler, d’autres n’ont pas résisté au mouvement de désindustrialisation ressenti à la fin des années 1970. On trouve donc des friches industrielles rurales dans les Nords.

Friche industrielle : terrain laissé à l’abandon après l’arrêt d’une activité industrielle.

Ces espaces conservent une certaine attractivité. En effet, des industriels se sont installés dans les campagnes des zones périurbaines pour bénéficier de locaux aux tarifs plus avantageux qu'en agglomération. Certains s’implantent également dans des zones plus reculées. L’État propose des aides aux entreprises qui s’installent dans les campagnes périphériques. Ces dernières gagnent ainsi en compétitivité, tout en assurant une meilleure cohésion territoriale. Selon les régions, ils peuvent également bénéficier d’une main-d’œuvre bon marché qui concentre des savoirs-faire anciens grâce aux collaborations entre diverses petites entreprises familiales, qui ont su s’adapter aux évolutions du marché et s’intégrer dans la mondialisation. Les entreprises sont alors à la recherche d’atouts spécifiques dans des districts industriels.

District industriel : espace géographique dans lequel les petites entreprises communiquent entre elles afin de conserver leur dynamisme et de favoriser leur intégration dans la mondialisation.
Exemple
La Toscane est un district industriel. La région est spécialisée dans la tannerie, la production de textile, l’habillement de luxe, l’ameublement et les chaussures. Le « made in Italy » est un gage de qualité dans le textile et la maroquinerie. Des conflits d’usage se sont développés dans la région à cause de l’exploitation intensive des sols- notamment dans le cadre de l’extraction du marbre de Carrère.

Les espaces industriels des Nords sont donc marqués par une grande diversité industrielle dont les spécialisations varient considérablement d’un espace rural à un autre. Dans les Suds, on trouve généralement deux formes d’industries :

  • la première est essentiellement artisanale et peu rentable ;
  • la seconde, très industrialisée, se caractérise par une exploitation intensive des ressources du sol qui nuit à l’environnement.

Ces deux types d’industries peinent à être intégrée à l’économie mondialisée. Le manque d’infrastructures, de main-d’oeuvre et voies de communication rendent leur commercialisation difficile. Les Suds, sont essentiellement des États ateliers. De nombreuses firmes transnationales (FTN) installent leur lieu de production dans les Suds – grâce aux IDE – afin de bénéficier d’une main-d’oeuvre bon marché : c’est la délocalisation.

Si cette pratique favorise l’accès à l’emploi des ruraux des Suds, ces derniers sont exploités et supportent des conditions de travail très difficiles.

c. L'essor des économies résidentielle et récréative

La périurbanisation a favorisé l’essor de la fonction résidentielle des espaces ruraux situés dans les aires urbaines ou à proximité de celles-ci. Ces espaces attirent les néo-ruraux qui quittent la ville pour venir s’installer en campagne.

Néo-ruraux : citadins qui quitte la ville pour s’installer dans un espace rural afin d’y bénéficier d’un meilleur cadre de vie.

Ces espaces ruraux ont plusieurs avantages :

  • un cadre de vie agréable ;
  • le coût de la vie y est moins élevé ;
  • les habitants peuvent facilement se rendre en ville ou se déplacer jusqu’aux métropoles.

L’économie résidentielle rend les campagnes plus attractives. Des aménagements y sont réalisés, et de nombreux services (médecins, écoles, commerces, loisirs, etc.) rendent ces espaces ruraux plus compétitifs. Ces aménagements restent moins développés dans les Suds.

Économie résidentielle : ensemble des activités économiques mises en place pour satisfaire les besoins des habitants d'un territoire.

Au début des années 2000, les activités récréatives et le tourisme se sont considérablement développés, dans les Nords et dans certains pays des Suds :

  • Dans les Nords, le tourisme rural est ancien mais a connu un nouvel élan dans les années 1960. Aujourd’hui, les touristes se rendent en campagne pour pratiquer du tourisme vert et de l’écotourisme. Le tourisme et les activités récréatives sont également tournés vers les produits du terroir, et donc le savoir-faire des espaces ruraux. Ainsi, dans les Nords, l’agritourisme a connu un essor important. Les agriculteurs investissent afin d’être en mesure de proposer aux touristes des logements, des repas réalisés à partir de produits locaux et des activités qui leur permettent de découvrir la région.
Exemple
En Toscane, le nombre d’exploitations destinées à l’agritourisme a connu une hausse de 16 %, car elles permettent aux agriculteurs de diversifier leur activité et de se tourner vers un secteur porteur.
  • Dans les pays des Suds, en particulier en Asie du Sud-Est, le tourisme a connu un essor important, mais est inégalement réparti, du fait du manque d'infrastructures et de voies de communication.
Exemple
Tam Coc, située au centre du Vietnam, est une commune rurale. Elle attire chaque année un nombre important de touristes qui viennent pour la beauté des paysages. La commune ne possède que quelques hôtels dispersés, mais son économie se développe grâce au tourisme.

Si les Nords concentrent de nombreux espaces ruraux multifonctionnels, les suds sont plus fragmentés. Ces deux espaces géographiques ne sont pas confrontés aux mêmes difficultés de diversification des activités.

2. La multifonctionnalité pour dynamiser les espaces ruraux

Les espaces ruraux des Nords et des Suds connaissent des évolutions différentes :

  • dans les Nords, la multifonctionnalité s'est développée et implantée dans les espaces ruraux ;
  • dans les Suds, les espaces ruraux sont généralement trop fragmentés pour bénéficier d'une diversification des activités.
Exemple
L’Inde est un pays émergent, 6e puissance économique mondiale en 2017, les espaces ruraux du pays se caractérisent davantage par leur fragmentation que par leur multifonctionnalité. La diversification des activités est uniquement possible lorsqu’on se rapproche des villes.

Ainsi, deux dynamiques s’opposent entre Nords et Suds :

Dans les Nords, la multifonctionnalité assure le développement rural. Les territoires gagnent en attractivité et font l’objet d’aménagements, ce qui permet de maintenir la population et d’attirer de nouveaux arrivants. La diversification des activités permet de lutter contre la paupérisation des espaces ruraux et contre la déprise agricole. Dans les Nords, les politiques menées par l’État et par les collectivités locales ont pour objectifs de favoriser la cohésion territoriale malgré le fait que les espaces soient en concurrence.

Exemple
En France des avantages fiscaux sont proposés aux entreprises qui s’installent dans les espaces ruraux en proie aux difficultés.

Dans les Suds, les activités non agricoles se développent et se concentrent autour des villes. En effet, les commerçants et artisans ont besoin du dynamisme que procurent la proximité de la ville aux campagnes environnantes. De fait, ce sont les citadins qui achètent leurs productions aux petits agriculteurs.

Un lien fort se tisse entre ces deux espaces géographiques :

  • la ville permet à la campagne de lutter contre la paupérisation ;
  • la campagne ravitaille les citadins en produits agricoles.

Cette relation explique la lente urbanisation de certains espaces géographiques des Suds. Ainsi, la diversification des activités dynamise les espaces ruraux des Nords et facilite leur intégration. En revanche, dans les Suds, c’est la présence ou la proximité des villes qui dynamise les espaces ruraux.

3. Des conflits d'usage multiples
a. La gentrification rurale : un facteur de conflits d'usage au sein de la population

La fonction résidentielle mène à la gentrification de certains de ces espaces ruraux.

Gentrification rurale désigne la réhabilitation d’espaces ruraux qui attirent une nouvelle catégorie sociale de population dont les modes de vie et de consommation diffèrent. Ce phénomène s’accompagne d’une spéculation financière et de la mise en place de nouvelles activités.

Si les néo-ruraux sont généralement respectueux des commerces de proximité et qu’ils préfèrent les produits locaux ou produits issus de la grande consommation, leur arrivée rend les territoires plus attractifs, ce qui crée progressivement une bulle spéculative immobilière. Le coût de la vie s’en trouve donc impacté.

De plus, cette nouvelle population rurale amène une diversification des activités et des habitudes de consommation. Les petits commerces locaux sont donc progressivement rachetés par des investisseurs qui implantent des boutiques plus luxueuses correspondant davantage aux habitudes de consommation des néo-ruraux. Les anciens habitants de ces espaces se retrouvent peu à peu chassés de leur territoire à cause du coût de la vie.

Exemple
Des conflits d’usages opposent les ruraux anciennes installés de Brome-Missisquoi aux néo-ruraux de la municipalité. Ils n’ont pas la même conception de cet espace. La population rurale ancienne installée est également plus pauvre et n’arrive pas à faire face au nouveau coût de la vie de la commune, elle s’en trouve donc exclue progressivement.
b. Des contradictions liées aux différents usages de l'espace

La multifonctionnalité des espaces ruraux se traduit par une diversification des activités. Par conséquent, les aménagements et acteursse multiplient et un même espace peut être convoité par plusieurs systèmes productifs.

Exemple
Le développement de l’économie industrielle engendre une réduction de l’espace pouvant servir à l’agriculture. Dans les Suds, cela se traduit par l’accaparement des terres, le land grabbing, qui se fait au détriment des agriculteurs locaux.
Land grabbing : vendre ou à louer des terres à des firmes étrangères. Ce contrat de location s’étend sur plusieurs décennies.

La multiplication et la diversification des activités peut également susciter la colère des ruraux et être un facteur de conflits d’usage. La présence d’établissements tels que les boîtes de nuit, la construction de nouvelles routes, la pollution liée au secteur industriel, la déforestation sont autant de facteurs qui nuisent au quotidien des ruraux. La diversification des activités a engendré une hausse des conflits d’usage. Ces derniers sont liés à la mise en concurrence des territoires convoités par différents secteurs d’activité.

Les ruraux souhaitent également s’assurer qu’ils conserveront leur cadre de vie malgré la multiplication des activités.

c. Préserver l'environnement un nouveau défi à relever

La multifonctionnalité transforme les paysages qui composent les espaces ruraux. Pourtant, ruraux, néo-ruraux et touristes vivent ou se déplacent dans ces espaces pour profiter d’un cadre apaisant et reposant, de la beauté des paysages et des richesse de la faune et de la flore. Cette volonté est associée à la question de la préservation de l’environnement qui suscite de réelles inquiétudes dans notre société.

Or, l’exploitation intensive des terres est un facteur de pollution et détruit progressivement la faune et la flore. Un arbitrage doit être fait entre la volonté de préserver l’environnement et la volonté de réaliser un maximum de profits.

Ainsi, les recours législatifs permettent d’arbitrer les conflits et de trouver des solutions par le biais de lois. Si le zonage, associé à la création de parcs nationaux et de réserves naturelles, s’avère être une bonne solution sur le court terme, les États doivent mener une politique plus rigoureuse afin que les espaces ruraux soient conservés.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Découvrir le reste du programme

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent