La mégalopolis du Nord-Est des États-Unis, un rayonnement international - Maxicours

La mégalopolis du Nord-Est des États-Unis, un rayonnement international

Objectif

Comprendre et connaître les caractéristiques et dynamiques de la Mégalopolis du Nord-Est des États-Unis

Points clés
  • La mégalopolis du Nord-Est des États-Unis est un espace géographique qui concentre plusieurs métropoles de rayonnement national et mondial.
  • La Mégalopolis du Nord-Est des États-Unis est un tissu urbain multipolaire puissant mais polarisé en grande partie par quatre grandes métropoles : New-York, Washington DC, Philadelphie et Boston.
  • La mégalopole est un espace économique, politique et culturel rayonnant à diverses échelles grâce à la synergie des quatre métropoles qui sont complémentaires. La situation géographique du réseau urbain et ses aménagements en font un centre d’impulsion de la mondialisation.
  • La métropolisation de cet espace et son rayonnement renforce toutefois les inégalités intra-métropolitaines. Les villes les moins attractives, fragilisées par un contexte économique de crise et concurrencées par les quatre grandes métropoles de la mégalopole, peuvent devenir des shrinking cities, à l'instar de Baltimore.
Pour bien comprendre

mégalopolis, métropole, ville mondiale, ville globale, mondialisation, conurbation, shrinking city, mégalopole, synergies métropolitaines.

 

1. Une région urbaine au rayonnement mondial
a. La Mégalopolis : une région urbaine polycentrique très peuplée

Le terme Mégalopolis apparaît en 1961. Il désigne un vaste espace de conurbation qui s’étend sur 650 kilomètres sans interruption de Washington DC à Boston, ce qui lui vaut la dénomination BosWash.

Conurbation : ensemble de villes qui se développent et deviennent complémentaires. Désigne un espace multipolaire.

Tandis que les métropoles relèvent d’une gestion locale, les mégalopoles relèvent d’une gestion plus globale. Les métropoles qui la composent sont reliées fonctionnellement par des réseaux de transports en commun et leurs activités économiques sont souvent complémentaires.

Métropole : ensemble urbain qui exerce des fonctions de commandement. Cet espace est considéré comme un centre d’impulsion régional, voire même mondial dans certains cas, car il concentre des activités économiques, financières et culturelles. La métropole peut être spécialisée dans un domaine tel que l’innovation ou la politique.
Exemple
L’Acela Express est une ligne ferrovière très fréquentée. Elle dessert rapidement les métropoles et d’autres villes de la mégalopole. Ainsi, elle représente 43 % du trafic des passagers de la mégalopole nord-américaine.

Cet espace géographique ne représente que 2 % de la surface du territoire américain, pourtant il regroupe 55 millions d’habitants, soit 17 % de la population américaine.

Exemple
À titre d’exemple comparatif, il faut préciser que la France est peuplée par 66 millions d’habitants réparties sur 643 801 km2.

Si New-York, Washington DC, Boston et Philadelphie polarisent majoritairement ce vaste espace, d’autres agglomérations, plus ou moins attractives, se développent et sont partie intégrante du maillage de cette région urbaine multipolaire.

 

 

 

 

 

 

b. La BoWash : coeur économique et politique des États-Unis

La Mégalopole réalise 25 % du PNB (produit national brut) des États-Unis puisqu’elle est constituée de métropoles et agglomérations attractives et dynamiques.

Cela est possible grâce à la synergie des quatre principales métropoles de cet espace : Boston, New-York, Philadelphie et Washington DC, qui sont complémentaires grâce à la spécialisation de chacune.

New-York est une ville globale dont l’aire urbaine réunit 23 millions d’habitants. Sa puissance économique est représentée par son paysage urbain : la célèbre skyline new-yorkaise.

 

 

 

La skyline de New-York, aux États-Unis ǀ © iStock - GabrielPevide

 

 

 

Comparée à la Silicon Valley, elle est un bassin d’emploi d’excellence pour les cadres dynamiques puisqu’elle concentre les sièges sociaux de grandes firmes multinationales américaines.

Ville globale : métropoles situées au niveau supérieur de la hiérarchie urbaine. Elles influencent les autres villes et métropoles à l’échelle mondiale.
Exemple
La Silicon Alley, mini-Silicon Valley, est un quartier new-yorkais dans lequel de nombreuses starts up et grandes entreprises se sont implantées. Les secteurs technologiques sont une nouvelle source d’emploi.

Le PIB par habitant est 25 % plus élevé que la moyenne nationale. Métropole cosmopolite, elle abrite également la plus grande bourse mondiale : la New York Stock Exchange.

Washington DC, capitale des États-Unis, est une métropole au rayonnement politique national et mondial. Elle est le cœur du pouvoir américain puisqu’elle regroupe la Maison Blanche, le Capitole et la Cour Suprême.

Elle est également un espace attractif pour le institutions politiques internationales telles que le FMI.

FMI : Fond monétaire international.

Philadelphie et Boston reflètent le rayonnement culturel de cet espace. La métropole de Boston est réputée pour l’excellence de ses établissement universitaires prisés par les étudiants américains et du monde entier.

Exemple
Le MIT, institut d’excellence spécialisé dans les sciences et la technologie, et l’université d’Harvard, le premier établissement d’enseignement supérieur américain, sont localisés à Cambridge. Cambridge est une ville située dans l’agglomération de Boston.

Enfin, Philadelphie souffre quelque peu de la notoriété des trois autres métropoles. C’est pourtant dans cette métropole, dans l’Independance Hall, que fut signée la Déclaration d'Indépendance des États-Unis et que fut adoptée la Constitution américaine. L’architecture singulière de la métropole et son histoire en font un joyaux culturel.

c. La BoWash : un centre d'impulsion de la mondialisation

Cet espace est considéré comme l’un des pôles internationaux concentrant le plus d’activités économiques et de flux matériels et immatériels. La mégalopole est donc un centre d’impulsion de la mondialisation.

Mondialisation : processus qui facilite la mise en relation des biens et des sociétés du monde entier.

Cette région urbaine concentre six hubs aériens qui assurent le transit de plus de 20 millions de passagers, ils représentent des flux humains nationaux et internationaux.

Le réseau de transport ferroviaire de la région est également bien développé. En revanche, les trois ports de la mégalopole ne sont pas les mieux intégrés au commerce international.

La présence de la première bourse mondiale permet également à la région d’être parfaitement intégrée aux flux financiers mondiaux.

La région est non seulement un foyer économique international mais elle est également au cœur de la politique internationale.

Exemple
Le siège de L’ONU, Organisation des Nations Unies, se trouve à New York. Le siège du FMI, Fond Monétaire international, est situé à Washington.
2. Les défis de la Mégalopolis
a. Une fragmentation spatiale renforcée : l'exemple de New-York

La puissance de la mégalopole renforce les inégalités socio-économiques et spatiales au sein même des métropoles. Malgré la puissance économique de New-York, on constate d’importantes inégalités socio-économiques.

  Bronx Manhattan New York City États-Unis
Taux de pauvreté 27,9 % 16,3 % 19,6 % 12,3 %
Revenu médian par ménage (en dollars) 36 593 79 781 57 782 57 652
Part de la population ayant le niveau baccalauréat 71,5 % 86,8 % 81,1 % 87,3 %
Population hispanique 56,4 25,9 29,1 18,3
Population afro-américaine 43,6 17,9 24,3 13,4

 

 

Les inégalités socio-économiques à New-York

 

 

 Source : United States Census Bureau, estimation de 2018.

 

 

Carte de New York

 

 

Le Bronx, un des quartiers de la métropole, enregistre en 2018 un taux de pauvreté plus de deux fois supérieur à la moyenne des États-Unis. Le taux de pauvreté est également plus élevé à New-York qu’aux États-Unis. Cela s’explique par un coût de vie plus élevé que la moyenne nationale, ce qui renforce les inégalités économiques.

Ainsi, les classes sociales les plus pauvres résident dans des quartiers délabrés que les résidents n’ont pas les moyens d’entretenir. Souvent, le taux de criminalité y est plus élevé.

Or, dans une dynamique de métropolisation et d’attractivité économique forte, les quartiers délabrés font l’objet de politiques de réhabilitation qui conduisent souvent à la gentrification du quartier et au déplacement de la pauvreté.

Gentrification : réhabilitation d’anciens quartiers qui attire une nouvelle catégorie sociale de population dont les modes de vie et de consommation diffèrent. Ce phénomène s’accompagne d’une spéculation financière et de la mise en place de nouvelles activités. Des politiques urbaines nouvelles doivent être menées afin de lutter contre le renforcement des inégalités économiques et spatiales intra-métropolitaines.

 

b. Baltimore : une shrinking city au coeur de la mégalopole

Baltimore est une ancienne ville industrielle. En 2008, la crise des subprimes fragilise considérablement la ville qui perd un nombre important d’habitants. Ne disposant pas d’atouts comparables à Washington DC, métropole la plus proche géographiquement, et victime de l’absence de secteurs économiques porteurs, le centre-ville est abandonné au profit de son aire urbaine. Les prix de l’immobilier se sont également effondrés, une baisse de 42 % est observée. 

Marginalisée des synergies de la mégalopole nord-américaine elle devient une shrinking city.

Shrinking city (ville rétrécissante) : déclin d’une ville sur le plan démographique (perte d’habitants), économique (perte d’activités et d’emplois) et social (hausse de la pauvreté).

À Baltimore les inégalités socio-spatiales et économiques sont telles que progressivement la ville souffre de déserts alimentaires, essentiellement localisés dans les ghettos et à leur proximité.

Déserts alimentaires (food desert) : impossibilité pour les foyers les plus pauvres de trouver des produits frais et sains à un tarif abordable.

En 2010, la nouvelle maire de la ville, Stephanie Rawlings-Blake, décide que la politique urbaine de la ville doit se tourner vers l’agriculture urbaine. Baltimore devient une ville durable, l’aménagement de jardins communaux est décidé dans les zones de déserts alimentaires.

Cette politique urbaine innovante est toutefois difficile à appliquer à l’échelle métropolitaine. Elle ne suffit pas à impulser le dynamisme économique nécessaire à la ville.

 

 

 

Maisons abandonnées dans le centre de Baltimore ǀ © iStock - peeterv

 

 

 

En 2017, la ville a perdu 20 % de sa population, elle n’est plus attractive sur le plan économique. De plus, 22,4 % des familles de Baltimore vivent en dessous du seuil de pauvreté en 2017 ce qui renforce une criminalité élevée.

La métropolisation fragilise les villes moyennes américaines dont le dynamisme et l’attractivité ne s’exercent pas à diverses échelles. Elle est donc un facteur de renforcement des inégalités inter-métropolitaines.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent