La controverse de Valladolid - Maxicours

La controverse de Valladolid

Objectifs
  • Connaitre la colonisation de l'Amérique par les Européens.
  • Connaitre la controverse de Valladolid et les différents points de vue : Bartolomé de Las Casas et Juan Ginés de Sepulveda.
Points clés
  • Les Européens ont colonisé l'Amérique afin d'exploiter les richesses des lieux.
  • Charles Quint a essayé d'interdire l'esclavage des Indiens.
  • La controverse de Valladolid est restée dans l’Histoire car elle résume la tension entre la volonté des hommes de la Renaissance de découvrir et comprendre le monde et la volonté d’exploiter la nature et les autres hommes.

Avec la découverte de l’Amérique en 1492 par Christophe Colomb commence une période nouvelle pour les explorations. Ce nouveau continent fascine et attire les ambitions. C’est aussi pour les Européens la rencontre avec une autre civilisation.

1. Le contexte de la controverse de Valladolid
a. Les conquêtes
1492 à 1525

En 1493, le Pape accorde les nouvelles terres découvertes aux Espagnols à condition que les autochtones soient convertis au christianisme.
Les Espagnols s’emparent des Grandes Antilles, du Mexique et de l’Amérique centrale.

Autochtone : habitant d’origine d’un pays ou d’un territoire.
(Se) convertir : changer de religion ou contraindre quelqu’un à changer de religion.
1530 à 1550

Les Espagnols conquièrent le Pérou, la Colombie, le Chili et la côte du Venezuela.

L’Empire espagnol

b. L'exploitation des colonies
Colonie : territoire possédé par un État en dehors de son propre territoire.

Les Indiens sont dépossédés de leurs terres. Même si l’ordonnance de 1503 fait d’eux des hommes libres, ils sont en pratique exploités par les Espagnols : ils sont obligés de travailler dans les champs, dans les mines. Avides de s’enrichir, les Espagnols les traitent de façon inhumaine.

L'évolution de la population amérindienne au XVIe siècle

La population des Amérindiens baisse de 25,3 millions d’habitants en 1510 à 1 million vers 1600.

c. La demande de Charles Quint

Entre 1542 et 1546, Charles Quint, empereur du Saint-Empire romain germanique et roi d’Espagne, veut interdire l’esclavage des Indiens. Les colons contestent violemment cette idée. Charles Quint y renonce.

Colon : propriétaire d’une terre colonisée.

En 1550, Charles Quint convoque une assemblée de juristes et de théologiens à Valladolid pour « parler de la manière dont doivent se faire les conquêtes en Amérique pour qu’elles se fassent avec justice. »

Théologie : étude de la religion.
Théologien : spécialiste de la religion.
2. Les arguments de la controverse de Valladolid
a. Les acteurs

L’assemblée réunie à Valladolid donne lieu à une controverse, c’est-à-dire un débat argumenté, entre Bartolomé de Las Casas et Juan Ginés de Sepulveda.

  • Bartolomé de Las Casas est un ancien colon. Devant la barbarie de l’exploitation des colonies par les Espagnols, il devient moine dominicain pour défendre les Indiens au nom des valeurs du christianisme.

Portrait de Bartolomé de Las Casas

  • Juan Ginés de Sepulveda est un humaniste espagnol. Au nom du christianisme, il prend position pour l’Espagne dans sa conquête de l’Amérique. Il défend aussi l’idée de la supériorité des Européens sur les Amérindiens.

Portrait de Juan Ginés de Sepulveda

Amérindien : habitant originel d’Amérique.
b. Leurs arguments
Le point de vue de Sepùlveda

Les Indiens demandent, de par leur nature et dans leur propre intérêt, à être placés sous l’autorité des princes ou d’États civilisés et vertueux dont la puissance, la sagesse et les institutions leur apprendront une morale plus haute et un mode de vie plus digne.
Comparez les bienfaits dont jouissent les Espagnols – prudence, invention, magnanimité, tempérance, humanité et religion – avec ceux de ces hommelets si médiocrement humains, dépourvus de toute science et de tout art, sans monument du passé autre que certaines peintures aux évocations imprécises. Ils n’ont pas de lois écrites mais seulement des coutumes, des traditions barbares. Ils ignorent même le droit de propriété.

Juan Ginés de Sepùlveda, Des justes causes de la guerre, 1541.

Pour Sepùlveda, les Indiens ne sont pas civilisés. Ils ne peuvent donc se gouverner tout seuls. Pour les aider à être plus civilisés, il est nécessaire de les placer sous l’autorité de peuples civilisés.
Selon lui, l’absence de lois écrites ou de droit de propriété est la preuve du manque de civilisation des populations amérindiennes.
En outre, le Pape a demandé aux Espagnols d’évangéliser les Indiens d’Amérique. C’est donc un devoir des Espagnols.

Évangéliser : convertir au christianisme.
Le point de vue de Las Casas

Si les chrétiens ont tué et détruit tant et tant d’âmes et de telle qualité, c’est seulement dans le but d’avoir de l’or, de se gonfler de richesses en très peu de temps et de s’élever à de hautes positions disproportionnées à leur personne. À cause de leur cupidité et de leur ambition insatiables, telles qu’ils ne pouvaient y en avoir de pires au monde, et parce que ces terres étaient heureuses et riches, et ces gens si humbles, si patients et si facilement soumis, ils n’ont eu pour eux ni respect, ni considération, ni estime. (Je dis la vérité sur ce que je sais  et ce que j’ai vu pendant tout ce temps.) Ils les ont traités je ne dis pas comme des bêtes (plût à Dieu qu’ils les eussent traités et considérés comme des bêtes), mais pire que des bêtes et moins que du fumier.

Bartolomé de Las Casas. Très brève relation de la destruction des Indes. 1552

Pour Las Casas, les Espagnols ont réduit les Amérindiens en esclavage uniquement pour les déposséder de leurs terres et les exploiter.
Selon lui, ils ne se comportent pas comme de véritables chrétiens en traitant si mal des êtres humains créés par Dieu.

En outre, il rappelle que leurs connaissances en mécanique, en musique, en logique, en lecture et en écriture montre leur haut degré de civilisation et qu’ils n’ont aucune coutume plus cruelle que celle des Européens qui ont inventé les jeux du cirque dès l’époque romaine.

c. Conclusion des débats

Chaque camp se proclame vainqueur des débats. En réalité, les deux camps restent sur leurs positions.

L’exploitation ralentit mais cela est davantage dû au fait que l’Amérique est déjà très exploitée.
Enfin, le traitement plus humain des Indiens a incité les colons à se procurer de nouveaux esclaves en Afrique noire.

Cette controverse montre aussi les limites de l’Humanisme puisque le principal partisan de l’exploitation des Indiens était à l’origine un humaniste.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent