La communication interpersonnelle - Maxicours

La communication interpersonnelle

Objectifs
  • Définir la communication interpersonnelle.
  • Identifier les composantes de la communication. 
  • Identifier le contexte de la communication. 
Points clés
  • La communication est un acte d’information. Elle peut revêtir différentes formes selon le nombre d’individus qui prennent part à la communication. La communication interpersonnelle met en relation deux individus.
  • Un acte de communication nécessite de regrouper différentes composantes (des acteurs, un message, un canal, un contexte).
  • Le contexte est défini comme le cadre dans lequel s’élabore la construction du sens. Pour bien comprendre l’importance du contexte, il faut, d’une part, observer un cadre précis de communication et, d’autre part, prendre en compte les notions de distance et de temps.

La communication se définit comme l’action d’échanger, de mettre en commun des informations ou des messages pour les transmettre et créer une relation entre individus.

Toute activité humaine est communication, elle est partout, elle est inévitable.

1. Définition
La communication interpersonnelle met en relation deux individus.
Exemple : deux amis discutent du dernier film sorti au cinéma.

Il existe deux autres formes de communication :  

  • la communication de groupe qui met en relation plusieurs individus identifiables ;
    Exemple : le professeur annonce à ses élèves la date du prochain devoir.
  • la communication de masse qui est un ensemble de techniques qui permettent à un acteur de s’adresser à un public nombreux.
    Exemple : les diverses publicités des entreprises.
2. Les composantes de la communication
a. Le schéma de la communication
b. Les éléments de la communication
  • La communication n’est jamais directe : l’information est véhiculée par un médiateur que l’on appelle un canal. Ce sont la voix, le téléphone, l’écrit, l’image, etc.
  • Le message est l’information transmise au cours d’une communication.
  • Les acteurs sont l’émetteur (celui qui transmet un message) et le récepteur (celui qui reçoit le message) ; ces interlocuteurs échangent, partagent des informations.
  • La circulation du message implique un codage. L’information transite par des mots, des gestes, les intonations d'une voix, des images, des sons, etc.
  • La communication est bidirectionnelle (dans les deux sens) : il y a toujours une régulation que l’on appelle rétroaction ou feedback. Un message entraine donc toujours une réaction dont l’émetteur tient compte.
  • Des « bruits » peuvent intervenir dans la communication, qui nuit à son bon déroulement : redondance des informations, mauvaise transmission du message, dénaturation du contenu (consciente ou inconsciente), perte du message (partielle ou intégrale).
3. Le contexte de la communication
a. Le contexte spatial
Le contexte spatial est, en premier lieu, le cadre dans lequel a lieu la communication. Il comprend le lieu et le décor dans lequel se déroule l’échange.
Exemple
Un bureau représente un territoire et, comme tout territoire, il comprend une frontière, possède un espace privé et un espace public.
L’espace est aussi la distance qui sépare deux individus en situation de communication. Cet espace personnel est délimité ; sa taille varie selon les individus, leur personnalité et les habitudes culturelles.

E.T. Hall, (Edward Twitchell Hall) sociologue américain du XXe siècle, a établi quatre types de distance :

  • l’espace intime (0 à 45 cm) : il est réservé aux personnes très proches ;
    Exemple : espace entre deux amis. 
  • l’espace personnel (45 cm à 1,20 m) : c’est la distance à respecter en société ;
    Exemple : espace entre deux collègues. 
  • l’espace social (1,20 m à 3,50 m) : il est réservé à deux individus qui se connaissent peu ou pas du tout ;
    Exemple : espace entre deux individus dans la rue.
  • l’espace public (plus de 3,50 m) : l’interlocuteur est face à un groupe ou à une assistance.
    Exemple : espace entre un orateur et son public.

La distance de confort correspond à l’espacement avec lequel nous sommes à l’aise pour communiquer avec notre interlocuteur.

b. Le contexte temporel
Le contexte temporel correspond au temps, à la durée impartie à l’échange. Le temps influence la communication, car il varie suivant l’intérêt que l’on porte à notre interlocuteur.

La notion de temps varie d’une culture à l’autre.

Exemple
Pour les Nord-américains, la ponctualité est une valeur primordiale. Pour certains méditerranéens, ce n’est pas le cas, et un retard dans certaines circonstances peut montrer le fort intérêt que l’on porte à la personne.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Fiches de cours les plus recherchées

Gestion et systèmes d'information

Les facteurs socioculturels du comportement

Gestion et systèmes d'information

La relation d'autorité

Gestion et systèmes d'information

La motivation

Gestion et systèmes d'information

La gestion des compétences

Gestion et systèmes d'information

La recherche des compétences (recrutement)

Gestion et systèmes d'information

L'amélioration des compétences (formation)

Gestion et systèmes d'information

La gestion des relations dans l'organisation

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Votre adresse e-mail sera exclusivement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, à travers le lien de désinscription présent dans chaque newsletter. En savoir plus sur notre politique de confidentialité