L'enracinement de la culture républicaine (1880-1890) - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

L'enracinement de la culture républicaine (1880-1890)

Le régime républicain semble pour nous une évidence aujourd'hui. Son existence, à l'échelle du temps historique, est cependant récente.

La IIIe République est proclamée le 4 septembre 1870, mais la constitution n'est adoptée qu'en 1875. Le régime peine à convaincre et il doit affronter de multiples oppositions.
Les années 1880 et 1890 constituent un enjeu majeur : face à des crises sévères, la République doit affirmer ses valeurs et trouver les moyens de les enraciner.
1. Une République face aux crises et aux contestations
Depuis son installation, suite à la défaite de Napoléon III contre les Prussiens en 1870, le régime républicain doit faire face à de multiples oppositions politiques. Certaines crises révèlent ces oppositions et fragilisent le pouvoir.

Doc. 1. Louis Napoléon Bonaparte
a. La crise boulangiste
Nommé ministre de la guerre en janvier 1886, le général Boulanger bénéficie d'une grande popularité auprès des Français. Malgré sa présence au gouvernement, il n'hésite pas à critiquer celui-ci. Il souhaite une République plus autoritaire, capable notamment de reconquérir l'Alsace-Lorraine annexée par l'Allemagne en 1871. Il rallie à lui de nombreux opposants au régime tels que les bonapartistes, les monarchistes et même des républicains qui souhaiteraient un pouvoir plus proche des catégories populaires.

Entre 1886 et 1889, le général Boulanger incarne parfaitement l'antiparlementarisme qui se développe dans le pays. Les députés, les représentants politiques sont jugés inefficaces et peu soucieux des préoccupations populaires. Évincé du gouvernement en 1888, il se fait élire triomphalement député de Paris en 1889. Ses partisans le poussent alors au coup d'État, qu'il refuse.

Il est persuadé d'obtenir celui-ci légalement. Accusé malgré tout de tentative de complot, Boulanger doit fuir. Son mouvement décline par la suite mais il témoigne de la fragilité du régime.

Doc. 1. Le général Georges Boulanger
b. Des catégories populaires encore peu convaincues par la République
Parmi les sceptiques du régime, les ouvriers constituent une force d'opposition à la République jugée trop bourgeoise. Le contexte de difficultés économiques, à partir de 1885, favorise les contestations.

Le mécontentement social se traduit par une multiplication des grèves et manifestations. Il est incarné, dans sa forme la plus radicale, par un syndicalisme révolutionnaire actif ainsi que par des courants virulents préconisant une action violente pour renverser ce pouvoir. C'est le cas en particulier de l'anarchisme, qui connaît au début des années 1890 un regain d'activité spectaculaire. L'action la plus marquante est l'assassinat du président Sadi Carnot à Lyon en 1894.
c. L'affaire Dreyfus
Cette affaire, la plus grave connue par la IIIe République, traduit les difficultés du régime à imposer ses valeurs. En 1894, Alfred Dreyfus, capitaine de l'armée française, est accusé et condamné par la justice militaire française pour espionnage au profit de l'Allemagne. Humilié par une dégradation publique, il est ensuite déporté au bagne en Guyane.

Dreyfus est condamné avant tout de par ses origines : juif, d'origine alsacienne, il représente le coupable idéal. Malgré la découverte du véritable traitre, la condamnation de Dreyfus est maintenue afin de ne pas remettre en cause l'honneur de l'armée.

L'intervention de l'écrivain Émile Zola en 1898 est décisive. Il fait publier le 13 janvier, dans le journal L'Aurore, une lettre ouverte au président de la République, Félix Faure, pour dénoncer le complot contre Dreyfus. Les Républicains, partisans du capitaine, surnommés les Dreyfusards, se mobilisent dans la France entière pour faire triompher la vérité et les valeurs du régime face aux attaques de ses adversaires.

Doc. 2. Un dîner en famille - Caricature de Caran d'Ache

La France entière se déchire à propos de cette affaire. La caricature ci-dessus l’exprime bien : la famille, symbole du pays, s’affronte entre partisans et adversaires du capitaine. Personne n’est insensible au sort du personnage et aux enjeux qui sont liés au procès (même le chien prend position).

Dreyfus est finalement gracié en 1899 mais il faut attendre 1906 pour qu'il soit réhabilité et réintégré dans l'armée.
2. Réaliser l'unité nationale autour des valeurs et des symboles de la République
a. Diffuser les valeurs républicaines
Faire accepter le régime républicain, c'est convaincre du bien-fondé de ses valeurs. Ces valeurs sont celles héritées de la Révolution française de 1789 : la défense des libertés fondamentales occupe une place centrale. Elles sont d'ailleurs au centre des préoccupations durant l'affaire Dreyfus.

Il s'agit de défendre la liberté individuelle affirmée par la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen, la liberté d'expression et l'égalité en particulier devant la loi. Ces valeurs sont l'enjeu du procès de Dreyfus et la raison de l'engagement de Zola qui cherche à les défendre. Plus largement, les Républicains cherchent à faire triompher les principes de justice, du progrès et de la raison qui doivent guider une nation résolument tournée vers l'avenir.

L'exaltation de la nation chez ces Républicains s'opère dans cette perspective d'imposer ces valeurs à l'échelle des continents et des peuples.
b. Imposer les symboles de la République
La communion de la nation autour des valeurs et des principes républicains est facilitée par la création de symboles permettant d'incarner aux yeux de tous ce qui fait le socle du régime.

• La période glorieuse de la Révolution est retrouvée avec l'adoption de la Marseillaise comme hymne national. Celle-ci avait été interdite après 1815 ;

• La fête nationale du 14 juillet, la confirmation du drapeau tricolore comme symboles de la nation confirment cet ancrage du régime dans ce passé révolutionnaire ;

• Il en est de même pour Marianne, emblème de la République en 1792, qui devient la figure du régime. Coiffée du bonnet phrygien, elle incarne à travers de nombreuses allégories cette République triomphante. Ses bustes sculptés commencent à apparaître dans les mairies après 1877 en remplacement des bustes de Napoléon III. On la retrouve également au quotidien à travers les pièces de monnaie ou encore sur les timbres ;

• Les valeurs du régime s'exaltent également à travers l'art, par le biais de sculptures monumentales, telle celle réalisée par Jules Dalou, Le Triomphe de la République, qui trône place de la Nation. Elle contribue à la célébration du centenaire de la Révolution en 1889 et symbolise l'unité républicaine retrouvée après l'épisode de la crise boulangiste.

Doc. 3. Le char de la Nation : le triomphe de la République
Sculpture en bronze d'Aimé Jules Dalou
3. Les vecteurs de la culture républicaine
Pour rallier la population à la République, à ses valeurs, l'édification de symboles seuls ne suffit pas. Il convient également de convaincre ses opposants, de satisfaire tout en forgeant les esprits à l'idéologie républicaine.
a. Des lois pour rallier les opposants au régime
Les libertés fondamentales sont assurées par des lois qui garantissent le régime démocratique. En 1881, la loi autorise la liberté de réunion ainsi que la liberté de la presse qui garantissent l'expression de tous.

Les ouvriers peuvent ainsi s'organiser par le biais de syndicats qui sont autorisés par la loi de 1884.
Le régime cherche également à satisfaire le monde paysan. Des lois sont ainsi édictées pour garantir les prix agricoles et protéger les agriculteurs de la crise. Les catégories populaires sont progressivement conquises par un régime qui se montre soucieux de la cohésion sociale.
b. Le rôle de l'école
L'école républicaine va construire le ciment idéologique indispensable au régime. Les lois de 1881-1882 proposées par Jules Ferry, chef du gouvernement de 1879 à 1885, instaurent l'école gratuite, obligatoire et laïque. Les programmes sont conçus pour forger les jeunes Français aux valeurs et principes de cette République.

L'instruction morale et civique, l'histoire, la géographie sont au service d'une nation glorifiée. Les instituteurs, formés dans les écoles normales présentes dans chaque département, sont les hussards noirs du régime. Ils sont, à l'image des soldats napoléoniens, les garants de la transmission de ces valeurs.

Doc. 4. Reconstitution d'une salle de classe au début du 20e siècle

Sur cette reconstitution d’une salle de classe de l’époque, l'instituteur, à côté de son bureau, interroge un élève au tableau noir. Inscrite sur un autre tableau, sous le drapeau tricolore et la Marianne de la République Française, une sentence de Victor Hugo, illustrant la leçon de morale : « Chaque enfant qu'on instruit est un homme qu'on gagne ».

L'école permet également une ascension sociale : les jeunes qui en sortent accèdent à des métiers qui leurs offrent une réelle promotion. Ils en sont obligatoirement redevables au régime et le soutiennent.
Cette école exalte enfin le sentiment patriotique. En parallèle du service militaire de trois ans créé par la loi de 1889, elle entretient l'idée de grandeur à la nation, de dévouement au pays qui expliqueront l'engagement sans faille de ses futurs soldats dans la guerre contre l'Allemagne en 1914.
L'essentiel
Confrontée, au début de son installation, à des crises qui la fragilisent, la IIIe République parvient progressivement à s'imposer. L'école contribue à diffuser les valeurs républicaines et les lois favorables aux paysans, aux ouvriers, renforcent sa base électorale. La possibilité d'une ascension sociale contribue également au succès d'un régime qui va durer jusqu'à la défaite militaire française contre l'Allemagne en 1940.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.