L'émergence de la puissance européenne depuis les années 1950 - Maxicours

L'émergence de la puissance européenne depuis les années 1950

Au cours de la première moitié du XXe siècle, par deux fois, l’Europe a été le théâtre de deux guerres, dont les conséquences humaines et économiques sont dramatiques.

Dès le début des années cinquante, des hommes courageux et visionnaires, pensent qu’il faut que les Etats d’Europe coopèrent, que les peuples se rapprochent afin d’éviter de nouveaux drames.

Comment s’est construit, au cours de la de la seconde moitié du XXe siècle, ce que nous appelons maintenant l’Union Européenne ?
1. Les débuts de la construction européenne
a. La CECA
Dès le lendemain de la libération, Jean Monnet, économiste français, souhaite doter l’Europe d’une première institution commune. Son choix se porte sur le charbon et l’acier, piliers de l’économie européenne.

Le 9 mai 1950, Robert Schuman, alors Ministre français des Affaires Etrangères, lance l’idée d’une Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA).

Cette idée est soutenue par le chancelier allemand Konrad Adenauer. L’Allemagne évite ainsi le démantèlement programmé de sa sidérurgie ; la France obtient un droit de regard sur la Sarre. La paix y gagne aussi puisque le matériau de base de l’armement, l’acier, est produit au vu et au su de tous et qu’il circule, comme le charbon, sans droits de douanes.

La CECA débute son activité en 1951 avec la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. Une Haute Autorité de neuf membres présidée par Jean Monnet, un Conseil des ministres représentant les six Etats, une Assemblée désignée par les Parlements nationaux et une Cour de justice pour trancher les litiges permettent à cette CECA de fonctionner. Ces organismes préfigurent les futures institutions européennes.
b. La Communauté Economique Européenne (CEE)
Après l’échec du projet de Communauté Européenne de Défense (CED) en 1954, il faut relancer la dynamique européenne et renforcer la coopération. En paraphant le traité de Rome, le 25 mars 1957 (entrée en application au 1er janvier 1958) les six signent l’acte de naissance de la CEE et aussi de l’EURATOM (Communauté européenne de l’énergie atomique pour coordonner la recherche sur le nucléaire civil).

Ce Traité de Rome initie entre les six Etats signataires, une union douanière, le Marché Commun, qui abolit les droits de douanes internes et applique un tarif commun pour tous les produits extérieurs entrant dans la CEE.

Dans le même temps est créée la Politique Agricole Commune, la PAC, dont les objectifs sont de soutenir et moderniser les agricultures des Six en subventionnant largement les productions et en assurant des prix d’achat stables aux producteurs. Parallèlement les institutions européennes se renforcent avec la création de la Commission Européenne, chargée d’assurer le bon fonctionnement des rouages mis en place par le traité de Rome. Le Parlement européen lui n’a qu’un rôle consultatif.
c. Le premier élargissement
Les avantages dont bénéficient les six Etats de la CEE, l’augmentation des niveaux de vie et la bonne santé économique attirent, de 1973 à 1986, six autres Etats qui rejoignent ainsi progressivement cette Europe en Le 1er janvier 1973 marque l’entrée du Royaume Uni, du Danemark et de l’Irlande ; en 1981 c’est le tour de la Grèce dont l’agriculture est complètement transformée grâce aux fonds de la PAC.

Enfin en 1986, avec l’entrée de l’Espagne et du Portugal, et malgré les réticences de la France qui redoute la concurrence agricole de ces deux Etats ibériques, l’Europe des douze voit le jour. Accompagnant cet élargissement géographique, le Parlement Européen est, pour la première fois, élu au suffrage universel direct en 1979 et dans les domaines scientifique et culturel deux programmes renforcent la coopération européenne : le programme ESPRIT dans le domaine de la recherche et, pour faciliter la circulation des étudiants, le programme ERASMUS.
2. La consolidation
a. Traités et accords
En juin 1985, la convention de Schengen prévoit de supprimer les frontières intérieures pour un certain nombre de pays membres avec en parallèle un renforcement des contrôles à la périphérie.

Au 21 décembre 2007, vingt-quatre Etats appartiennent à l’Espace Schengen et regroupent 400 millions de citoyens. Un des traités fondamentaux est celui de Maastricht, dit traité d’Union Européenne, signé le 7 février 1992

Il est soumis en France à référendum le 20 septembre 1992 et adopté avec une petite majorité : le OUI l’emporte avec 51,5% des voix. Ce traité entre en application le 1er novembre 1993 et fonde l’Union Européenne (UE).

En octobre 1997, le traité d’Amsterdam élargit celui de Maastricht en prévoyant l’accueil, dans l’Union Européenne, des PECO (Pays d’Europe Centrale et Orientale).
b. L’Euro
Après un quatrième élargissement en 1995 qui permet à l’Autriche, à la Finlande et à la Suède d’intégrer l’Union Européenne, le Conseil européen de Madrid précise dates et conditions du passage à l’Euro et à Dublin, l’année suivante, les pays ayant choisi cette monnaie unique signent un pacte de stabilité budgétaire qui limite, par exemple, les déficits publics. La monnaie unique, l’Euro est adoptée en 1999 par onze Etats de l’UE et la mise en circulation des billets et des pièces se fait le 1er janvier 2002.

Aujourd’hui quinze pays font partie de la zone euro soient 318 millions d’Européens qui utilisent donc la même monnaie. Peu à peu et en fonction de leur capacité à respecter le pacte de stabilité budgétaire, les autres Etats de l’UE ont vocation à adopter l’Euro.
c. Le grand élargissement
Avec l’effondrement du bloc communiste en Europe et la mise en place d’une démocratie plus ou moins réelle dans ces anciens Etats satellites se pose la question d’un élargissement important de l’UE.

Dans son rapport du 9 octobre 2002, la Commission européenne se déclare favorable à l’accueil des huit pays d’Europe de l’Est candidats : les pays baltes (Lettonie, Lituanie, Estonie), la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie, plus au Sud la Hongrie et la Slovénie, ainsi que de Malte et de la partie grecque de Chypre et c'est en mai 2004 que ces dix noveaux membres rejoignent l'Union.

Trois ans plus tard, le 1er janvier 2007 c’est au tour de la Roumanie et de la Bulgarie de rejoindre l’Union Européenne ce qui porte à 27 les Etats aujourd’hui adhérents.
3. De grands principes
Tout au long de sa construction l’Union européenne a été intangible sur un certain nombre de principes.
a. La démocratie et le respect des droits de l’homme
Pour prétendre intégrer l’Union européenne, tout Etat candidat doit répondre à certaines obligations. Etre un Etat de droit dans lequel les libertés fondamentales sont respectées, être un Etat démocratique pratiquant le pluralisme politique avec des élections libres, être respectueux des droits de l’homme.

Enfin protéger les minorités vivant à l’intérieur des frontières nationales, ce qui bloque pour l’instant, c’est l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne.
b. La solidarité financière
Au fil des années il a fallu accueillir dans la CEE puis dans l’UE des pays dont le niveau de vie était alors très bas : la Grèce, puis l’Espagne et la Portugal et récemment les PECO.

Des mesures d’aides financières ont dû être mises en place pour que le contrecoup de l’ouverture des frontières soit socialement et économiquement acceptable.

Grâce à cette solidarité financière, les pays riches donnent plus qu’ils ne reçoivent. En effet dans une perspective de cohésion il faut lisser autant que possible les disparités de niveau de vie ou de développement économique. Ainsi l’agriculture polonaise s’est considérablement modernisée grâce à l’aide massive de la PAC.
c. Un marché ouvert
Tous les pays de l’UE doivent pratiquer une économie de marché, viable, dans le cadre du libéralisme économique. Ils doivent être capables, à terme, d’assumer leurs engagements financiers vis-à-vis des partenaires et de supporter les effets de la concurrence intracommunautaire ; des aménagements sont toutefois prévus pour permettre aux pays dont la situation économique est particulièrement fragile de s’adapter avec la progressivité requise.

La cohésion de l’UE repose sur ces aménagements. Malgré ces contraintes l’Union Européenne est la première puissance économique du monde. Dans tous les secteurs ses performances commerciales la placent aux premiers rangs et ses exportations, qu’il s’agisse de produits agricoles, industriels ou de services font de la zone Euro un pôle monétaire qui s’étend largement au-delà de la seule UE.
L'essentiel

L’Union Européenne se construit depuis un demi siècle, lentement, car il faut vaincre le poids de l’histoire et des particularismes nationaux, mais régulièrement.

L’intégration économique, commerciale et monétaire est réalisée : il y a de ce point de vue une unité européenne. Reste maintenant à effectuer l’intégration politique sans laquelle l’Union Européenne n’est qu’une puissance incomplète.

Dans ce domaine, deux conceptions s’affrontent :
- celle du fédéralisme qui préconise une Europe intégrée politiquement,
- celle de l’Europe des Nations dont les partisans ne souhaitent qu’une zone de libre échange.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.