L'Afrique australe et la mondialisation, entre intégration, inégalités et logiques ségrégatives - Maxicours

L'Afrique australe et la mondialisation, entre intégration, inégalités et logiques ségrégatives

Objectifs
  • Comprendre les enjeux de la mondialisation en Afrique australe.
  • Comprendre les inégalités en Afrique australe.
Points clés
  • Les pays de l’Afrique australe sont inégalement intégrés à la mondialisation.
  • Les inégalités persistent à l’intérieur de chaque pays de l’Afrique australe.
Pour bien comprendre
  •  La mondialisation
1. Des États d'Afrique australe inégalement intégrés à la mondialisation
a. L'Afrique du Sud, un moteur pour l'économie de l'Afrique australe

Pays émergent, mais vitrine de l'Afrique australe et première économie africaine, l'Afrique du Sud est le fer de lance de l'économie de la région favorisant l'intégration de l'ensemble de l'espace régional dans l'économie mondiale.

L'Afrique du Sud est membre du G20 et fait partie des BRICS depuis 2011. C'est un pays émergent dont le PIB représente 60 % du PIB de l'Afrique australe, grâce notamment à ses entreprises internationales, implantées sur tout le continent africain, et à ses métropoles dynamiques (Le Cap, Johannesburg).

G20 : Le Groupe des vingt (G20) est composé de dix-neuf pays et de l'Union européenne dont les chefs d'État, les ministres et les chefs des banques centrales se réunissent chaque année.
BRICS : acronyme anglais désignant un groupe de cinq pays considérés comme les grandes puissances émergentes actuelles, même si l'Afrique du Sud, qui a rejoint ce groupe en 2011, est encore considérée comme une puissance essentiellement régionale. Ces pays se réunissent en sommets annuels.

Johannesburg, première place financière de l'Afrique et siège de la Bourse sud-africaine, incarne cette domination. Elle est considérée comme la capitale économique du pays. Si l'économie minière a initié le développement et la mise en place d’infrastructures ferroviaires et portuaires, ouvrant ainsi le pays aux échanges internationaux, le secteur tertiaire est désormais majoritaire en Afrique du Sud.

L'attractivité du pays, qui concentre les flux de touristes et les IDE, reste cependant limitée par la corruption, la criminalité, les conditions sanitaires, les difficultés d'approvisionnement en électricité ou les pénuries d'eau.

IDE (Investissements directs à l'étranger) : mouvements international de capitaux effectués par une entreprise dans un pays à l'étranger.
b. Des pays voisins dans le giron du géant sud-africain, entre émergence et dépendance

Le géant sud-africain est un moteur pour les économies de l'espace régional mais certaines sont encore en situation de dépendance à l'égard de l'Afrique du Sud :

  • Les économies du Bostwana et de la Namibie, essentiellement tournée vers l'exploitation des ressources minières et le tourisme international, sont largement ouvertes sur l'extérieur. Ces États, parmi les premiers producteurs de diamants au monde, ont ainsi pu soutenir leur développement et mettre en place des politiques sociales qui ont permi de faire reculer la mortalité infantile.
  • L'Angola et le Mozambique bénéficient d'une large ouverture sur l'océan et de longs littoraux, interfaces de la mondialisation. Les richesses en pétrole de l'Angola, 2e producteur du continent, et les immenses gisements de gaz récemment découverts au Mozambique suscitent l'intérêt des grandes puissances et notamment de la Chine, qui viennent contrecarrer l'hégémonie sud-africaine dans la région.
  • Les autres États, enclavés, peu pourvus en ressources et dont les économies sont essentiellement rurales, comptent parmi les plus pauvres de la planète. Faiblement industrialisés, ce sont des PMA, comme le Lesotho ou l'Eswatini, qui s'intègrent difficilement à la mondialisation et dépendent des pays voisins.
PMA : Les Pays les moins avancés (PMA) sont une catégorie de pays regroupant les États les moins développés socio-économiquement de la planète.
c. Une région en croissance en quête d'un développement plus inclusif

L'Afrique australe connait une forte croissance économique (+ 4 % depuis 2005). Bien que modeste, sa part dans les échanges mondiaux s'est accrue, en particulier depuis le début des années 2000, et les pays émergents qui convoitent surtout ses abondantes ressources naturelles y investissent de plus en plus.

L'intégration à la mondialisation reste cependant très inégale et de fortes inégalités socio-économiques persistent entre les pays.

Pour promouvoir une croissance plus inclusive, les États de l'Afrique australe ont mis en place la Southern African Development Community (SADC). Cette institution vise notamment à renforcer l'interdépendance des États membres et souhaite parvenir à une complémentarité entre les stratégies et les programmes nationaux et régionaux. De grands programmes d'infrastructures ont ainsi été mis en place et la part du commerce interrégional dans les échanges progresse pour atteindre près de 25 %.

2. Des inégalités persistantes au sein des pays
a. Des sociétés inégalitaires

La croissance économique a été très inégalitaire depuis le début des années 2000 et la redistribution des revenus a surtout bénéficié aux plus aisés.

Les pays d'Afrique australe sont les plus inégalitaires de la planète et leurs indices de Gini sont révélateurs des fortes inégalités qui subsistent dans chaque pays, 7 pays d'Afrique australe se classent ainsi parmi les 10 pays au monde les plus inégalitaires selon l'indice de Gini :

  • l'Afrique du Sud occupe la première place du classement (indice de Gini : 0,63 en 2014) ;
  • suivi par le Botswana (indice de Gini : 0,60 en 2009) ;
  • puis la Namibie (indice de Gini : 0,59 en 2015).
Indice de Gini : indicateur de mesure des inégalités de revenus, qui varie entre 0 (égalité parfaite) et 1 (inégalité totale).

En Afrique du Sud, les revenus des Blancs sont cinq fois plus élevés que ceux des Noirs, qui ont souvent moins accès aux études supérieures.

b. Des inégalités internes visibles sur les territoires

Les inégalités internes aux États de la région, héritées du colonialisme et des politiques de ségrégation raciale, sont une entrave au développement.

De forts contrastes de développement persistent dans chaque pays entre des régions connectées aux réseaux de communication et aux infrastructures de transport et des régions enclavées ou plus isolées.

La mondialisation, qui favorise les grandes villes, contribue à accentuer ces inégalités, et les écarts entre territoires ruraux et espaces urbains se creusent.

Exemples
En Angola, seulement 28 % de la population rurale a accès à l'eau potable contre 75 % de la population urbaine. En Afrique du Sud, comme en Namibie, la grande majorité des terres agricoles est toujours possédée par la minorité blanche. Ainsi 8 % de la population détient 72 % des terres agricoles en Afrique du Sud.
c. Des inégalités au sein des villes

Les inégalités caractérisent aussi les villes. Bien qu'elles soient les vitrines de la mondialisation, les métropoles sont pourtant particulièrement fragmentées. Elles restent spatialement marquées par les anciennes politiques de ségrégation raciale et comportent des espaces délaissés où vivent les populations exclues.

Dans les pays où l'apartheid était en vigueur, les anciens townships, comme les quartiers d'Alexandra et Soweto à Johannesburg, sont toujours majoritairement pauvres et noirs. Les villes d'Afrique australe sont parmi les plus inégalitaires du monde.

Township d'Alexandra, au Nord de Johannesburg ǀ © iStock – thegift777
Apartheid : Régime de ségrégation systématique qui existait entre 1948 et 1991 en Afrique du Sud entre Blancs et non-Blancs (Noirs et Métis).
Township : quartier créé à la périphérie des grandes agglomérations réservé aux non-Blancs sous le régime de l'apartheid.

Ces fortes inégalités engendrent des phénomènes de violence et des villes comme Port Elizabeth, Johannesburg ou Le Cap enregistrent des taux d'homicides records.

Si les politiques urbaines sont peu efficaces, les politiques en faveurs des populations noires depuis la fin de l'apartheid en Afrique du Sud ont cependant contribué à l'émergence d'une classe moyenne noire, les « Black Diamonds », dont la consommation soutient la croissance et le développement.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent