Unicité des individus - Cours de SVT avec Maxicours - Collège

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Unicité des individus

Objectif : Dans chaque famille, chaque enfant présente des traits empruntés à l'un ou l'autre de ses parents. Mais il n'est identique ni à l'un de ses parents, ni à ses frères et soeurs (sauf dans le cas particulier des vrais jumeaux). Chaque individu semble donc unique. Pourquoi des frères et soeurs qui ont pourtant les mêmes parents n'héritent-ils pas exactement des mêmes caractères ? Comment les mécanismes de transmission de l'information héréditaire d'une génération à la suivante peuvent-ils aboutir à une si grande diversité des êtres humains ?
1. La production des gamètes, premier niveau d'intervention du hasard
Lors de la formation des gamètes, les chromosomes homologues se séparent. Or les chromosomes de chaque paire peuvent porter des allèles identiques ou différents. Lors de cette séparation, ils vont donc former des gamètes contenant des informations génétiques différentes.

  • Si l'on se limite, pour simplifier, à 3 paires des chromosomes, la cellule-mère des spermatozoïdes, représentée dans le document ci-dessus et qui contient 6 chromosomes, va se diviser en séparant ses chromosomes homologues au hasard et l'on pourra obtenir 8 spermatozoïdes génétiquement différents, c'est-à-dire contenant des regroupements d'allèles différents.
  • Dans les ovaires, les cellules-mères d'ovules subissent le même type de division. Si l'on considérait également une cellule à 6 chromosomes au départ, elle pourrait former 8 ovules génétiquement différents.
Les généticiens ont ainsi calculé qu'un être humain, quel que soit son sexe, peut produire plus de 8 millions de gamètes génétiquement différents, à partir de ses cellules-souches à 23 paires de chromosomes. Ce sont quelques exemplaires de ces spermatozoïdes génétiquement différents qui se retrouvent parmi les 150 à 500 millions de spermatozoïdes éjaculés. Dans les ovaires, seule une partie des ovules possibles sur ces 8 millions seront émis lors des ovulations au cours de la vie sexuelle d'une femme, puisque, à raison d'un ovule en moyenne par cycle entre la puberté et la ménopause, une femme ne pourra ovuler qu'environ 400 à 500 ovules durant sa vie.

Si une erreur de répartition des chromosomes se produit pendant la formation des gamètes, un des gamètes obtenus pourra contenir un chromosome en trop. Chez un autre un chromosome pourra manquer. Ce type d'erreur pourra se répercuter au moment de la fécondation dans la cellule-oeuf obtenue et donc chez le futur enfant avec apparition d'anomalies chromosomiques comme des trisomies (3 chromosomes au niveau d'une « paire » donnée au lieu de deux) ou de monosomie (1 seul chromosome au niveau d'une « paire »).

2. La fécondation, deuxième niveau d'intervention du hasard
Lors de la fécondation, un spermatozoïde au hasard parmi les millions éjaculés (celui qui non seulement a été le plus rapide mais qui ne s'est pas perdu dans les replis de l'utérus et qui a choisi au hasard la bonne trompe) rencontre un ovule (un au hasard parmi le stock disponible dans les ovaires et qui a mûrit puis qui est sorti de l'ovaire).

Dans la cellule-oeuf, au sein de chaque paire de chromosomes, un chromosome et donc un allèle provient du père et l'autre de la mère. Comme chaque spermatozoïde peut contenir soit le chromosome X, soit le chromosome Y, c'est le type de spermatozoïde et donc c'est indirectement le père, qui déterminera le sexe de son futur enfant, en fécondant un ovule qui, lui, ne peut contenir qu'un chromosome X au niveau de la paire de chromosomes sexuels.

D'autre part, comme chaque gamète est l'un, au hasard, des 8 millions de gamètes possibles chez chacun des parents, un même couple peut potentiellement être à l'origine, lors de chaque fécondation, de plus de 64 milliards (8 millions x 8millions) de cellules-oeufs génétiquement différentes. Chacun d'entre nous est donc le produit d'une sorte de « tirage au sort » où nous avions une chance sur 64 milliards d'être ce que nous sommes... Or, si même à partir d'un couple de parents donné, la probabilité d'avoir deux frères ou deux soeurs génétiquement identiques est aussi faible (à moins qu'ils ne soient issus de la même cellule-oeuf, comme c'est le cas chez les vrais jumeaux), alors la probabilité est encore bien plus faible d'avoir deux individus pris au hasard sur la planète qui soient identiques ! On peut donc dire que la reproduction sexuée créé au hasard de nouveaux programmes génétiques qui sont à l'origine d'individus tous différents et tous uniques.
L'essentiel

Chaque individu issu de la reproduction sexuée possède un programme génétique qui contribue à le rendre unique.

- Au cours de sa formation, chaque gamète reçoit au hasard un chromosome de chaque paire, soit 23 chromosomes dans l'espèce humaine. Un très grand nombre de combinaisons génétiquement différentes est possible et les gamètes produits par un individu sont donc génétiquement différents.

- Lors de la fécondation, les noyaux du spermatozoïde et de l'ovule fusionnent et mélangent ainsi au hasard l'information génétique. Pour chaque paire de chromosomes et chaque gène, un exemplaire vient du père et l'autre de la mère. En rétablissant le nombre de chromosomes de l'espèce, la fécondation rassemble au hasard des allèles provenant de deux individus génétiquement très différents.

La reproduction créé donc, au hasard, un nouveau programme génétique.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents