Un enseignement d'architecture - Cours d'Histoire de l'art Terminale L avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Un enseignement d'architecture

Objectif 
Evoquer l'introduction en 1927 d'un cours d'architecture au Bauhaus, évolution liée aux changements d'orientation de l'école qui se sont accélérés depuis son installation à Dessau, évolution également liée à la prospérité retrouvée de l'Allemagne.
Que le Bauhaus, « Maison de la construction », créée par un architecte pour contribuer à l'édification de la « Cathédrale de l'avenir », ait été dépourvu d'un enseignement d'architecture digne de ce nom pendant les sept premières années de son existence a constitué l'un des reproches les plus souvent formulés à son encontre, y compris par les professeurs eux-mêmes.

Cependant, ni l'orientation première de l'école, influencée par une vision romantique de la création artistique et de l'artisanat, ni le contexte économique et social désastreux de l'Allemagne d'après-guerre ne s'y prêtaient. L'architecture est un art coûteux qui, à cette époque, doit se prévaloir d'une indispensable justification utilitaire.

Les premières créations de Bauhaus sont loin d'adhérer à un tel postulat : elles ne visent, la plupart du temps, ni à l'utile, ni au fonctionnel. Mais le processus de transformation du Bauhaus en une école plus proche des réalités socio-économiques va amener Gropius à reconsidérer la place de l'architecture dans l'enseignement. Le redressement économique de l'Allemagne sera également décisif.
1. Plaidoyer pour une architecture fonctionnelle
L'installation du Bauhaus à Dessau en 1925 a marqué l'avènement d'une nouvelle ère, entérinée par la construction des nouveaux locaux de l'école, réalisation d'envergure, remarquable dans sa conception et par son style purement fonctionnel.

Walter Gropius a décidé d'insuffler des changements dans l'enseignement du Bauhaus, qui doit désormais pouvoir produire des objets en collaborant pleinement avec l'industrie. Au même moment, dans toute l'Allemagne, les choses évoluent aussi. Le pays connaît un redressement économique grâce au plan monétaire Dawes qui, à partir de 1925, endigue l'inflation et encourage des investissements américains massifs dans le pays. Une région industrielle comme celle de Dessau en bénéficie particulièrement.

Or, le développement économique entraîne un afflux de travailleurs venus des campagnes, travailleurs que le gouvernement doit loger décemment. Le phénomène touche toute l'Allemagne et annonce un renouveau de l'architecture (près de 300 000 logements construits en 1927) auquel Gropius entend bien apporter sa contribution ; une telle ampleur appelle nécessairement à une certaine standardisation de l'architecture, standardisation qui est devenue, par la force des choses, le cheval de bataille de Gropius.

Le contexte est donc favorable à l'introduction d'un cours d'architecture au Bauhaus, un enseignement que Gropius, cependant, n'assurera pas lui-même.
2. Hannes Meyer
Lors de l'inauguration des nouveaux bâtiments du Bauhaus, en décembre 1926, Gropius rencontre l'architecte suisse Hannes Meyer, et lui parle de ses intentions de créer un département d'architecture, lui proposant d'emblée d'en assurer la direction.

Hannes Meyer, qui a alors trente-huit ans, a déjà travaillé dans plusieurs bureaux d'architectes en Suisse et en Allemagne ; il a supervisé la construction d'une cité de cent-cinquante maisons individuelles près de Bâle, créé un théâtre démontable et transportable, et fondé son propre cabinet d'architectes à Bâle avec son collègue Hans Wittwer.

Ensemble ils élaboreront notamment un projet pour le Palais des Nations à Genève, qui ne sera pas retenu mais arrivera en troisième position. En 1926, Meyer a publié dans la revue suisse d'architecture Das Werk un manifeste intitulé Le Monde nouveau, dans lequel il fait l'apologie des nouvelles technologies et des nouveaux matériaux et matières premières : avions, automobiles, électricité, ondes radios, pétrole, matières plastiques, aluminium, béton, verre, etc.

Selon lui, l'architecture doit aussi bénéficier de ces progrès, et donc s'adapter à de nouvelles manières de construire dans lesquelles la technologie prend le pas sur les préoccupations purement artistiques.

L'architecture doit se mettre au service du peuple, qui a besoin de logements immédiatement et en grande quantité. Les architectes ne peuvent répondre à cette attente qu'en adoptant des matériaux que l'on peut fabriquer et assembler en grand nombre, pour un moindre coût et rapidement. Cette conception de l'architecture utilitaire, fonctionnelle, reprenant les mêmes critères de standardisation que n'importe quel produit industriel, ne pouvait que rencontrer l'approbation de Walter Gropius.

Georg Muche vient par exemple de créer une maison préfabriquée en panneaux d'acier, et Gropius travaille à la construction d'un ensemble de soixante maisons individuelles standardisée à Törten, dans la banlieue de Dessau (elles seront 316 en 1928).

Cependant, Hannes Meyer n'accepte pas tout de suite la proposition de Gropius. Il est en effet échaudé par ce qui reste de l'esprit originel du Bauhaus et de la vision quelque peu romantique de l'art qui en découle, malgré l'indéniable évolution de l'école vers davantage de réalisme. Meyer réprouve en effet tout esthétisme : pour lui, la création doit être purement scientifique et rationnelle.
Un accord intervient cependant début 1927 : Hannes Meyer accepte d'assurer le cours d'architecture du Bauhaus, en échange d'une totale liberté de manoeuvre.
3. Programme du cours d'architecture
Outre le fait de dispenser un enseignement où théorie et pratique (sur les chantiers) seraient à égalité, Meyer a fermement l'intention d'appliquer les idées développées dans son manifeste.

Il veut promouvoir une « science de la construction » qui exclut toute préoccupation individualiste pour se consacrer exclusivement aux besoins collectifs. Une architecture collective doit être déterminée par le plus petit dénominateur commun et à l'exclusion de tout superflu, pour permettre une économie d'argent et de matériau. Il y aura donc une dimension sociologique importante dans l'enseignement de Meyer.

Cette approche scientifique de la question architecturale se concrétisera par l'introduction en 1927-1928 de cours de mathématiques et de géométrie ainsi qu'un enseignement sur la résistance des matériaux. Ces cours seront donnés par un ingénieur, Friedrich Köhn, qui parvient à les rendre si vivants que de nombreux élèves, mais aussi des professeurs comme Breuer ou Moholy-Nagy, y assisteront assidûment. C'est en soi un signe supplémentaire du processus de rationalisation qui transforme peu à peu le Bauhaus, particulièrement depuis son installation à Dessau.

C'est alors que survient un coup de théâtre qui va bouleverser l'organisation de l'école toute entière : la démission, en février 1928, de Walter Gropius, qui laisse la direction de l'école à Hannes Meyer, professeur depuis moins d'un an.
L'essentiel
L'architecture enseignée comme une matière à part entière fait une entrée tardive au Bauhaus.
Dans une Allemagne sortie exsangue de la guerre, la construction est trop coûteuse.
Par ailleurs, à ses débuts, le Bauhaus se tourne presque exclusivement vers l'enseignement de l'artisanat.

Le long processus de rationalisation du Bauhaus, qui prend peu à peu conscience de l'importance de la production industrielle, appuyé par le redressement économique de l'Allemagne à partir de 1925, va amené Gropius à reconsidérer l'intérêt d'un cours d'architecture.

Il est désormais possible, voire nécessaire, de construire en Allemagne, qui plus est à échelle industrielle, avec des matériaux modernes, selon des nouvelles normes de standardisation. Pour assurer la formation des architectes de cette nouvelle ère prometteuse, Gropius choisit Hannes Meyer, lui-même architecte et défenseur d'un logement social, collectif et préfabriqué, selon des principes édictés scientifiquement.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents