Sartre - Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Objectif : connaître un auteur phare de la littérature du XXe siècle, et représentatif de ce qu’est la littérature dite d’idées.
1. Origine d’un mouvement philosophique et littéraire
Doc. 1 : Sartre

a. La naissance d’un mouvement

Le XXe siècle avait commencé sur un mouvement esthétique avant tout : le Surréalisme. La Première Guerre mondiale ramène les préoccupations du côté de l’homme et au Surréalisme succède un mouvement philosophique avant tout : l’Existentialisme.

Ce mouvement émane d’intellectuels, professeurs de philosophie comme Sartre ou de Beauvoir, ou écrivains comme Camus. Mais ce mouvement tend à jouer aussi un rôle politique, plus ou moins en accord avec le marxisme.

Au lendemain de la guerre, les intellectuels s’interrogent sur la place de l’homme dans cette société ébranlée par l’horreur, et cultivant désormais une nouvelle forme d’angoisse. Sartre lance la fameuse formule : « L’Existence précède l’essence ». Indépendamment de ce que nous sommes, Sartre accorde sa confiance à ce que nous pouvons être, à ce que l’homme peut choisir de faire de sa vie. Le mouvement est conforté par les philosophes danois Kierkegaard et allemands Heidegger et Husserl.

b. Les acolytes de Sartre

Paul Nizan est l’ami de Sartre ; adhérant au parti communiste, il fait entrer la politique à l’Ecole normale supérieure. Simone Weil fait aussi partie des « révoltés » de Normal Sup et participe ardemment aux luttes ouvrières.

Plus proche de lui, Simone de Beauvoir accompagne Sartre dans ses réflexions sur la condition humaine, mais s’intéresse aussi à sa condition de femme et donne à l’Existentialisme une tonalité féminine et personnelle. Elle s’interroge sur la valeur de l’homme, sur sa capacité à fonder réellement son existence et à échapper à l’aliénation sociale. L’aliénation sociale est aussi celle qui attache la femme à l’homme et elle pose dans Le Deuxième sexe (1949) la question de l’émancipation de la femme, donc les bases du féminisme.

2. Sartre : une œuvre au service des idées
a. L’Existentialisme sartrien

Le point de départ de l’Existentialisme sartrien est le postulat suivant : l’existence de l’homme exclut l’existence de Dieu. Il nie donc la possibilité d’une nature humaine préexistante : « l’homme est l’avenir de l’homme, l’homme est ce qu’il fait ».

L’homme est donc responsable ; il a prise sur le réel par l’action. C’est là sa liberté. Et de fait, toute idée de destin, de déterminisme est rejetée.

L’Existentialisme s’intéresse aux situations concrètes de l’homme dans son quotidien et aux expériences affectives immédiates comme la solitude, l’angoisse. On est loin d’une philosophie abstraite ici. 

b. L’œuvre romanesque et théâtrale

Sartre a été un auteur prolifique. En tant que philosophe, il a bien entendu rédigé des essais et des ouvrages philosophiques comme L’Etre et le Néant (1943) et La Critique de la raison dialectique (1960). Il a aussi réfléchi sur la littérature (Baudelaire, 1947) et la politique (Réflexions sur la question juive, 1947).

Mais la particularité de cet auteur est d’avoir développé sa philosophie à travers des œuvres de fiction, romanesques et théâtrales.

  • Le roman

     

    La Nausée (1938) apparaît comme un ouvrage fondamental dans la littérature d’idées. Le héros, Antoine Roquentin, vit seul au Havre et se met à éprouver d’étranges malaises : à la vue de certains objets, il est pris d’envie de vomir. Les objets prennent à ses yeux une importance anormale et deviennent une présence obsédante, inquiétante, dans une vie banale rongée par la quotidien. Antoine note dans son journal chaque fait, aussi insignifiant soit-il, et prend peu à peu conscience que tout ce qui l’entoure, tout ce qui participe de sa vie, le fait justement exister: « J’étais apparu au hasard, j’existais comme une pierre, comme une plante, comme un microbe. Ma vie poussait au petit bonheur et dans tous les sens. »

     

    Suivront un recueil de récits intitulé Le Mur (1939) - recueil qui retrace un tableau de la condition humaine et de la difficulté d’exercer son libre arbitre - et la trilogie réunie sous le titre Les Chemins de la liberté : L’Age de raison (1945), Le Sursis (1945) et La Mort dans l’âme (1949) . En même temps, Sartre est parti au combat, a été fait prisonnier, a réussi à se faire libérer avant de participer activement à des réseaux de résistance.

     

    Son roman autobiographique, Les Mots, paraît en 1964 et retrace l’éveil de la vocation philosophique chez un enfant brillant ; les sept volumes de Situations dressent quant à eux le bilan de son expérience politique et littéraire. Une vie bien remplie, en somme !

     

  • Le théâtre

     

    Son œuvre théâtrale porte davantage encore les stigmates de sa philosophie.

     

    Dans Les Mouches (1943), le personnage d’Oreste défie les dieux et les tyrans, comme l’homme moderne osant se rebeller contre l’occupation allemande. L’auteur se sert du mythe d’Electre (déjà réactivé par Giraudoux) pour livrer une figure emblématique de la liberté humaine.

     

    Huis clos (1944) est sans aucun doute son chef d’œuvre : l’auteur y campe son enfer, celui où chacun est condamné à vivre sous le regard d’autrui. Trois personnages sont morts et enfermés dans une même pièce ; ils tentent d’abord de cacher leur vraie nature, de résister au regard des autres qui les jugent ; puis chacun laisse exploser sa vraie nature, chacun expose sa turpitude et s’acharne à faire souffrir l’autre.

     

    Après les premiers drames politiques, Mort sans sépulture (1946), un drame de la résistance, et La P…respectueuse (1946) qui évoque le problème racial aux Etats-Unis, Les Mains sales (1948) met en scène l’intellectuel dans l’action en confrontant deux idéologies de l’action : un personnage n’a pas peur de se salir les mains pour se montrer efficace, tandis que l’autre est un idéaliste. 
L'essentiel

Chef de file d’un mouvement philosophique non dénué d’enjeux politiques, Sartre a développé une doctrine liée étroitement au contexte historique de l’entre-deux-guerres et de l’après Seconde Guerre mondiale.
La place de l’homme est remise en question et avec elle, les conditions de la liberté de l’individu, qui ne s’affirmerait que dans l’action et la réflexion.
L’auteur a laissé une œuvre importante et variée (essais, romans et pièces de théâtre) dans laquelle sa réflexion prend corps et nous devient accessible.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents