Origines du roman - Cours de Français avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Origines du roman

Objectif : comprendre le genre romanesque.

1. Aux origines du roman : du Moyen Age à la Renaissance

Si certains font remonter le roman à l’Antiquité grecque et latine (Le Satiricon de Pétrone, L’Ane d’or d’Apulée), les origines du roman coïncident surtout avec l’abandon progressif du latin et de l’épopée (poème qui célèbre un héros et des faits guerriers).

a) Un terme linguistique

Le roman désigne à l’origine un récit en la langue vulgaire, c’est-à-dire la langue utilisée pour communiquer à l’oral par opposition au latin classique, langue savante réservée à l'élite de la société.

b) Des attentes nouvelles qui entraînent le déclin de l’épopée

Avec Chrétien de Troyes (vers 1135-1190), le mot ne signifie plus seulement « récit en français », mais désigne plus largement une forme narrative et fictive qui annonce le sens moderne de « roman ». Cet auteur, qui se fait connaître à la cour de Marie de France, fille d’Aliénor d’Aquitaine, s’inspire des légendes de Bretagne et développe un univers régi par l’idéal chevaleresque et l’amour courtois. Ses romans répondent parfaitement aux goûts d’une société plus pacifique et marquée par l’influence des femmes. Ainsi à partir du XIIe siècle, le roman supplante peu à peu l’épopée, appellée aussi chanson de geste).


c) Des sources d’inspiration variées

Tout au long du Moyen Age, on trouve :
- des romans qui puisent leur matière dans la mythologie comme Le Roman d’Alexandre ou encore dans le merveilleux comme Le Chevalier à la charrette de Chrétien de Troyes ou Tristan et Yseut ;
- des romans plus réalistes qui rejettent le merveilleux comme Le Roman de la rose de Guillaume de Lorris (1225-1230) ou Le Roman de Renart (1175-1250) qui représente la société féodale sous les traits d’animaux.
Ces deux grandes orientations marqueront durablement l’histoire du roman qui oscillera longtemps entre réalisme et idéalisation.

2. Vers le roman moderne : Rabelais et Cervantès

On considère généralement l'œuvre de Rabelais (Pantagruel, 1532 ; Gargantua, 1534) comme l’ancêtre du roman moderne. En effet, elle contribue à remettre en cause l’idéal chevaleresque tout en affirmant les valeurs humanistes. Le roman se présente alors comme la parodie de l’épopée dans un monde où les héros n’ont plus leur place.
Cette idée est également illustrée à travers le héros de Cervantès, Don Quichotte, qui à force d’avoir lu des exploits de chevalerie, prend ses rêves d’héroïsme pour la réalité.

Si les romans de chevalerie, parodiques ou non, connaissent un franc succès auprès du public de la Renaissance, le roman occupe cependant une place mineure à côté de la poésie. Il faudra attendre le XVIIe siècle pour assister à l’éclosion du genre romanesque tel qu’on le connaît aujourd’hui.

L’essentiel

Le genre romanesque s’impose par le développement de la langue romane et l’abandon progressif de l’épopée au profit d’une forme littéraire plus en accord avec l’évolution de la société.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents