Œdipe Roi, Sophocle : l'auteur et son œuvre - Cours de Français Terminale L avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Œdipe Roi, Sophocle : l'auteur et son œuvre

« - Quel est celui qui marche à quatre pattes le matin, à deux pattes à midi et à trois pattes le soir ?
- L'homme. »
Par cette réponse à l'énigme du Sphinx, Œdipe, sans le savoir, vient d'accomplir le dernier pas vers son destin...

Que doit-on retenir de l'œuvre de Sophocle, Œdipe Roi ?
1. L'auteur, Sophocle (-496 / -406)
Né à Colone, où il situera le lieu de sa dernière pièce, Œdipe à ColoneSophocle mourut à Athènes à 90 ans. Issu d'une riche famille de fabricants d'armes, il est, tout au long de sa vie un serviteur fervent de sa patrie. Il sera appelé à de hautes fonctions lorsqu'il est élu hellénotame, administrateur responsable du trésor fédéral. Nous avons connaissance de 7 pièces sur les 123 qu'il aurait écrites :

- Ajax
- Antigone
- Electre
- Œdipe Roi
- Les Trachiniennes
- Philoctète, -409
- Œdipe à Colone, -401


Sophocle a apporté à la tragédie des modifications substantielles : l'action et la parole de l'acteur acquièrent une place aussi conséquente que celle du chœur (dont il porte le nombre de 12 à 15 choristes), il invente le troisième acteur (tritagoniste) et enrichit le décor des périactes (prismes triangulaires pivotant qui permettent des changements de décor à vue). Il est aussi l'inventeur de la stichomythie : dans le dialogue, un vers répond à un vers.

Sophocle entame l'ère du destin individuel du héros. Ses tragédies, puisant toujours leurs sources dans les récits épiques, développent une psychologie plus approfondie des personnages. Notons qu'il ne fait jamais directement allusion aux réalités de son temps, bien qu'il soit un homme politique important, ami de Périclès.
Il ne remporte pas moins de 24 prix dans les concours où se jouent les tragédies de l'époque. Lors de ces concours, organisés par l'État, chaque auteur propose trois tragédies et un drame satyrique (sorte de tragédie bouffonne) ; Sophocle y affronte son prédécesseur, Eschyle, et son contemporain, Euripide.
2. Le mythe
Le mot « mythe » vient du grec « muthos » qui signifie « récit, fable ». De fait, le mythe est, selon Mircea Eliade, dans Mythe rêve et mystère, « censé exprimer la vérité absolue, parce qu'il raconte une histoire sacrée, c'est-à-dire une révolution trans-humaine qui a lieu à l'aube du grand temps, dans le temps sacré des commencements. »

Œdipe, littéralement « pied gonflé », est abandonné, les pieds liés, par ses parents, Laïos et Jocaste, rois de Thèbes, suite à la prédiction de l'oracle selon laquelle Œdipe tuera son père et épousera sa mère. Mais Œdipe, recueilli par un berger, est confié à Polybe et sa femme, Mérope, rois de Corinthe. Une des multiples versions du mythe nous dit qu'à l'âge adulte, ignorant de sa véritable naissance, lors d'une rixe, il apprend qu'il est un enfant trouvé. Il part interroger l'oracle de Delphes pour savoir qui sont ses vrais parents et l'oracle lui répond qu'il tuera son père et couchera avec sa mère. Craignant pour les siens, il ne rentre pas à Corinthe, et c'est sur le chemin de Thèbes qu'il rencontre Laïos, qu'il tue à la suite d'une violente querelle.

Arrivé à Thèbes, Œdipe rencontre le Sphinx qui terrorise les Thébains en les soumettant à des énigmes auxquelles ils n'ont pas de réponse, et les dévore à chacun de leurs échecs. Œdipe répond aux énigmes, et le Sphinx se précipite du haut du rocher sur lequel il est perché. Les Thébains reconnaissants donnent en mariage à Œdipe la veuve de Laïos et en conséquence le trône de Thèbes. Mais bientôt la peste ravage la cité. Œdipe envoie Créon, le frère de Jocaste, consulter l'oracle de Delphes : on apprend que la peste cessera lorsque la mort de Laïos sera vengée. C'est ici que commence la tragédie de Sophocle.
De fait, comme le souligne Pierre Vidal-Naquet dans Mythe et Tragédie : 

« Le mythe héroïque en lui-même n'est pas tragique, c'est le poète tragique qui le rend tel. [...] L'Œdipe d'Homère meurt sur le trône de Thèbes, ce sont Eschyle et Sophocle qui en ont fait un aveugle volontaire et un exilé. [...] Qu'est-ce que la légende d'Œdipe avant les Tragiques ? Celle d'un enfant trouvé et conquérant pour qui tuer son père et coucher avec sa mère n'a peut-être pas d'autre signification que celle d'un mythe d'avènement royal dont il est bien d'autres exemples. »
3. Analyse de la pièce
a. Temps des dieux et temps des hommes
La recherche de la vérité dans Œdipe Roi s'effectue par une remontée dans le temps. Les divers récits successifs viennent assembler les pièces du puzzle du passé énigmatique du héros, du plus proche au plus lointain, du plus erroné au plus vrai.

Tout est joué lorsque commence la pièce car tout, dans le temps des dieux, est déjà décidé : l'expression tragique est ici véritablement celle du destin qui doit s'accomplir. Ainsi que le chante le chœur, « le temps qui voit tout, malgré toi t'a découvert ! ».

Le temps des dieux et le temps des hommes se rejoignent quand la vérité se fait jour. La psychanalyse reprendra cette idée, en ce qu'elle se fonde sur le déterminisme du passé pour comprendre notre présent.
b. Tragédie du savoir ou de l'ignorance ?
Le nom « Œdipe » tire sa racine du grec « oida », je sais. De fait, Œdipe a su résoudre l'énigme du Sphinx : c'est par ce savoir qu'il a accédé au pouvoir. Il veut également absolument savoir qui est le meurtrier de Laïos.

Toutefois, il refuse de savoir qui il est devant l'évidence qui apparaît, dès le début de la pièce, dans le discours de l'aveugle Tirésias. Il semble vouloir rester dans l'ignorance le plus longtemps possible malgré les vérités accablantes apportées par les témoignages successifs et ce n'est que lorsqu'il est aveugle qu'il accepte la vérité et devient clairvoyant.
On peut d'ailleurs noter la correspondance avec le devin, Tirésias, dont la cécité n'entame en rien la connaissance du destin. Les oppositions entre cécité et voyance sont extrêmement nombreuses dans la pièce.
c. Fatalité et libre-arbitre
La question centrale que pose Œdipe Roi n'est autre que : l'homme est-il maître de son destin ? Avant son arrivée à Thèbes, en quittant Corinthe, Œdipe a l'illusion de croire qu'il peut infléchir le cours de sa destinée !
Œdipe va apprendre que ce qu'il croyait n'être que des hasards sont en réalité des nécessités inscrites dans le temps des dieux. Dès lors, la question se pose de la culpabilité ou de l'innocence d'Œdipe.
d. Une pièce policière
La tragédie de Sophocle se présente comme une pièce policière où l'on confronte les indices pour obtenir la vérité. Mais le schéma en est détourné car non seulement le spectateur sait tout dès le début de la pièce, ce qui est un des moteurs essentiels de l'ironie tragique magistralement utilisée dans cette tragédie - la célèbre série télévisée Columbo a très bien su reprendre ce génial schéma dramatique qui intéresse le spectateur au comment de la résolution de l'intrigue plus qu'au dévoilement du coupable ! - mais en outre l'enquêteur n'est autre que le coupable, ce qu'il ignore évidemment et le conduit parfois, comme le met en évidence Jean-Pierre Vernant dans Œdipe et ses mythes «  à dire autre chose ou le contraire de ce qu'il dit » et la première enquête n'est là que pour dissimuler la véritable : qui est Œdipe ?

Les péripéties, telles qu'elles sont définies par Aristote dans La Poétique, constituent le corps de la pièce mais sont en fait des coups de théâtre obscurs qui retardent d'autant plus l'accession d'Œdipe à la vérité. 
e. Postérité du mythe
Considérée comme la tragédie la plus parfaite, la postérité littéraire d'Œdipe est immense. De nombreuses adaptations en ont été faites, de Corneille qui en fait le triomphe du libre-arbitre à Gide qui en propose une vision chrétienne où la souffrance assure la rédemption, en passant par Cocteau qui dans La Machine Infernale démonte le mécanisme infernale du destin s'acharnant sur une famille. La vivacité du mythe témoigne de l'importance de la question qu'il nous pose sur l'énigme de notre identité.

Œdipe a été aussi l'objet de nombreuses réflexions théoriques : Hegel, Nietzsche et Hölderlin se sont servis de l'œuvre de Sophocle pour définir le tragique et par le biais de la psychanalyse, Œdipe est devenu une référence constante aux réflexions les plus diverses.

La renommée du héros de Sophocle est essentiellement due à Freud et son « complexe d'Œdipe », dans lequel le psychiatre viennois dans Totem et Tabou voit « les commencements à la fois de la religion, de la morale, de la société et de l'art. »
L'essentiel
Les éléments constitutifs de la tragédie grecque antique prennent dans Œdipe-Roi toute leur dimension : la fatalité fonctionne comme une « machine infernale » (selon le titre de l'adaptation de Jean Cocteau) dont les mécanismes implacables mènent Œdipe à son inexorable destin dans sa quête inconsciente d'identité.
Par ailleurs, le parricide et l'inceste ont fait de la figure d’Œdipe une représentation psychanalytique mise au jour par Freud, qui s'appuie sur le déterminisme du vécu d'un individu (en particulier les mécanismes inconscients de l'enfance) pour expliquer son présent.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents