Lycée   >   Premiere   >   Humanité Littérature et Philosophie   >   Les séductions de la parole

Les séductions de la parole

  • Fiche de cours
  • Quiz
  • Profs en ligne
Objectif

Identifier les domaines dans lesquels s'exerce la séduction de la parole.

Points clés
  • Le pouvoir de séduction de la parole peut être utilisé pour flatter, tromper ou pousser quelqu’un à agir contre son propre bien.
  • Il peut également être utilisé pour convaincre un auditoire, par exemple en politique ou en droit, car les êtres humains sont tout autant mus par leur raison que par leurs émotions.
  • La séduction est l’une des trois composantes essentielles de la rhétorique : plaire, instruire, émouvoir.

La séduction comporte deux aspects qui ne sont pas opposés mais plutôt situés de part et d’autre d’un axe qui va du pur agrément causé par la douceur, la courtoisie, l’amabilité, le rire, la grâce et l’innocence à, de l’autre côté, la tromperie, la tentation qui écarte du droit chemin, la manipulation par la flatterie, la ruse, la dissimulation, ou l’hypocrisie. Dans un cas, le plaisir est commun et sans arrière-pensée, dans l’autre, il s’agit surtout de se servir de l’autre pour aboutir à ses propres fins, son propre plaisir, éventuellement à ses dépens.

Comment se manifeste cette tension dans l’usage de la parole comme moyen de séduction ?

1. La parole tentatrice

Les figures du mal ou du « côté obscur » utilisent des discours tentateurs qui mettent en avant la facilité, la puissance et la force du vice.

Tout commence par le plus célèbre des tentateurs, le Serpent qui invite Ève à goûter au fruit défendu par Dieu :

Et le Serpent était rusé, plus que tous les animaux terrestres qu’avait faits l’Éternel-Dieu. Il dit à la femme : « Est-il vrai que Dieu ait dit : “ Vous ne mangerez rien de tous les arbres du jardin ?  »

La femme répondit au Serpent : « Les fruits des arbres du jardin, nous pouvons en manger ; mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : “ Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez point, sous peine de mourir ”. »

Le Serpent dit à la femme : « Vous ne mourrez point ; car Dieu sait que, du jour où vous en mangerez, vos yeux seront dessillés, et vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal. »

La femme vit que l’arbre était bon comme nourriture, qu’il était attrayant à la vue et précieux pour l’intelligence ; elle cueillit de son fruit et en mangea, puis en donna à son époux, et il mangea.

Leurs yeux à tous deux se dessillèrent, et ils connurent qu’ils étaient nus […].

Genèse, 3, 1-7

Dans le mythe de la Genèse, le Serpent, figure tentatrice, est présenté comme un animal « rusé », dont on devine les intentions malveillantes : piéger Adam et Ève pour qu’ils soient chassés du paradis. La tentation se situe ici dans leur volonté déraisonnable et démesurée d’égaler le dieu créateur.

On trouve un autre célèbre exemple de discours tentateur dans Les Mémorables de Xénophon. Dans l’apologue de Prodicos (court récit à visée morale), deux femmes (des allégories du vice et de la vertu) se présentent à Hercule, alors adolescent, et lui demandent de choisir l’une d’elles. La première femme s’adresse ainsi au futur héros :

Hercule, lui dit-elle, je vois que tu ne sais quel chemin tu dois prendre. Si tu me fais ton amie, je te conduirai par la route la plus douce et la plus facile ; aucun plaisir ne te sera refusé ; aucune peine n’affligera ta vie. D’abord tu n’auras à redouter ni la guerre, ni les vains soucis : ta seule occupation sera de trouver les boissons et les mets qui pourront te plaire, ce qui flattera le mieux, à ton avis, les yeux et les oreilles, l’odorat et le toucher ; les amours avec toute leur ivresse ; le sommeil avec toute sa douceur ; et tu ne songeras qu’au moyen le plus court d’être heureux. Et, si tu crains de manquer jamais des trésors qui achètent les Plaisirs, rassure-toi, je t’en comblerai, sans prescrire jamais à ton corps ni à ton esprit des travaux pénibles : tu jouiras des travaux des autres ; tout, pour t’enrichir, te sera légitime je donne à ceux qui me suivent le droit de tout sacrifier au bonheur.
— Et vous que je viens d’entendre, répondit Hercule, quel est votre nom ?
— Mes amis, dit-elle, me nomment la Félicité ; mes ennemis, mes calomniateurs, m’ont appelée la Volupté.

Les Mémorables, Xénophon, traduction par Eugène Talbot. Garnier-Flammarion, 1859.

Dans cet autoportrait extrêmement avantageux, la Volupté déploie les champs lexicaux du plaisir, de la facilité et des richesses. Or, faire preuve d’héroïsme implique d’accepter le chemin des épreuves, des travaux ou des défis, comme l’ont fait Bouddha ou Luke Skywalker. C’est également ce chemin qu’Hercule finira par suivre.

Dernière figure incontournable de la tentation : Méphistophélès, qui apparait dans la célèbre tragédie de Goethe, Faust. Heinrich Faust, vieux savant qui n’a finalement pas trouvé dans la science les réponses et la satisfaction qu’il espérait, se laisser tenter par le démon Méphistophélès, qui lui offre des plaisirs inouïs et étourdissants en échange de son âme :

MÉPHISTOPHÉLÈS.
Dans un tel esprit, tu peux te hasarder : engage-toi ; tu verras ces jours-ci tout ce que mon art peut procurer de plaisir ; je te donnerai ce qu’aucun homme n’a pu même encore entrevoir.

FAUST.
Et qu’as-tu à donner, pauvre démon ? L’esprit d’un homme en ses hautes inspirations fut-il jamais conçu par tes pareils ? Tu n’as que des aliments qui ne rassasient pas ; de l’or pâle, qui sans cesse s’écoule des mains comme le vif argent ; un jeu auquel on ne gagne jamais ; une fille qui, jusque dans mes bras, fait les yeux doux à mon voisin ; l’honneur ! belle divinité qui s’évanouit comme un météore. Fais-moi voir un fruit qui ne pourrisse pas avant de tomber, et des arbres qui tous les jours se couvrent d’une verdure nouvelle.

MÉPHISTOPHÉLÈS.
Une pareille entreprise n’a rien qui m’étonne ; je puis t’offrir de tels trésors. Oui, mon bon ami, le temps est venu aussi où nous pouvons faire la débauche en toute sécurité.

FAUST.
Si jamais je puis m’étendre sur un lit de plume pour y reposer, que ce soit fait de moi à l’instant ! Si tu peux me flatter au point que je me plaise à moi-même, si tu peux m’abuser par des jouissances, que ce soit pour moi le dernier jour ! Je t’offre le pari !

MÉPHISTOPHÉLÈS.
Tope !

Faust, Johann Wolfgang von Goethe, traduction par Gérard de Nerval, Garnier frères, 1877.

Parmi tous les discours flatteurs de la littérature, le plus efficace reste celui du renard des Fables de La Fontaine. Le corbeau, flatté par de belles paroles, oublie toute prudence et laisse tomber son fromage. La fable invite à se méfier de tous ceux dont les paroles sont trop mielleuses.

2. La parole persuasive

Tout discours séduisant n’a pas pour objectif de tromper, et les grands rhétoriciens s’accordent pour dire qu’il est tout autant nécessaire de plaire que d’instruire pour convaincre. Un orateur ou un écrivain maladroit, froid, sec ou trop austère ne saurait emporter l’adhésion de son auditoire ou de ses lecteurs. Car les êtres humains ne sont pas uniquement guidés par la raison ; leurs émotions influencent également leurs décisions.

Plaire est plus compliqué qu’instruire selon Pascal, car le plaisir est instable et capricieux. Chaque être humain, selon sa culture, selon l’époque et selon sa fantaisie propre, voire le moment de la journée, sera donc séduit de façon changeante et très variée.

Dans Le Pouvoir des fables, une fable sur les fables, La Fontaine met en scène un orateur qui veut alerter ses concitoyens des dangers qui les menacent. Mais sa rhétorique, trop violente et alarmiste, n’émeut pas l’auditoire. Personne ne l’écoute. Il choisit donc de raconter une fable à son auditoire, et soudain, la situation s’inverse : son auditoire est suspendu à ses lèvres. La Fontaine conclut ainsi :

Le monde est vieux, dit-on : je le crois, cependant
Il le faut amuser encore comme un enfant.

Quel que soit l’âge, le sérieux et la dignité de son public, il ne faut jamais oublier la part légère, divertissante ou humoristique de son discours, sous peine d’ennuyer ou de déplaire.

Cette morale rappelle ce que Gorgias dit à Socrate : un spécialiste, s’il ne maitrise pas l’art de la parole, ne saurait convaincre un patient ; tandis qu’un rhétoricien, sans maitriser l’art de la médecine, peut être plus convaincant qu’un médecin dans son propre domaine.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Question 1/5

La médiane de 6 notes est 13. Cela signifie que :

Question 2/5

On a obtenu la série statistique suivante :

Combien vaut la médiane ?

Question 3/5

On a obtenu la série ci-dessous :

Quelle est la médiane de cette série ?

Question 4/5

On a relevé les tailles en cm des élèves d’une classe :

 

Parmi les propositions suivantes, laquelle est vraie ?

Question 5/5

Les notes en français de deux classes littéraires sont données dans le tableau suivant :

Quelle est la note médiane ?

Vous avez obtenu75%de bonnes réponses !

Reçois l’intégralité des bonnes réponses ainsi que les rappels de cours associés

Une erreur s'est produite, veuillez ré-essayer

Consultez votre boite email, vous y trouverez vos résultats de quiz!

Découvrez le soutien scolaire en ligne avec myMaxicours

Le service propose une plateforme de contenus interactifs, ludiques et variés pour les élèves du CP à la Terminale. Nous proposons des univers adaptés aux tranches d'âge afin de favoriser la concentration, encourager et motiver quel que soit le niveau. Nous souhaitons que chacun se sente bien pour apprendre et progresser en toute sérénité ! 

Fiches de cours les plus recherchées

Humanité Littérature et Philosophie

L'amour courtois - première

Humanité Littérature et Philosophie

La séduction, une idée sexiste ?

Humanité Littérature et Philosophie

La parole comme spectacle : trouvères, troubadours et rappeurs

Humanité Littérature et Philosophie

Sommes-nous à l'ère de la post-vérité ?

Humanité Littérature et Philosophie

Du Prince à l'homme politique moderne : l'honnêteté est-elle une vertu politique ?

Humanité Littérature et Philosophie

La parole rusée : tromperie ou habileté ?

Humanité Littérature et Philosophie

Les représentations du monde

Humanité Littérature et Philosophie

Le mythe du « bon sauvage »

Humanité Littérature et Philosophie

Explorations et récits de voyage du XVe au XVIIIe siècle

Humanité Littérature et Philosophie

Réforme et Contre-Réforme