Lycée   >   Premiere   >   Humanité Littérature et Philosophie   >   L'amour courtois - première

L'amour courtois

  • Fiche de cours
  • Quiz
  • Profs en ligne
Objectif

Identifier la tradition poétique et romanesque de l'amour courtois.

Points clés
  • L’amour courtois est une tradition culturelle, littéraire et poétique, qui donna naissance à de nombreuses œuvres célébrant un amour inconditionnel, noble et souvent tragique.
  • Il a donné naissance à la poésie lyrique amoureuse française et au roman courtois de chevalerie, dont le romantisme du XIXe siècle est un lointain héritier.
1. Définition de l'amour courtois

L’amour courtois désigne un art d’aimer qui règne au XIIe et XIIIe siècles en France sur les cours des grands seigneurs occitans comme Guillaume d’Aquitaine puis Aliénor d’Aquitaine et Marie de Champagne. On parle d’amour courtois en référence à la vie de cour des chevaliers et seigneurs qui adoptent cet idéal amoureux. En ancien français, on parle de fin’amor : un amour raffiné et pur qui ne vise pas la satisfaction immédiate du désir.

Dans cette tradition amoureuse, la femme aimée est souvent présentée comme inaccessible. C’est la suzeraine du poète, au sens propre et au sens figuré. C’est-à-dire qu’elle est la femme du seigneur ou du roi que le poète-chevalier sert. Ce dernier se trouve dans une attitude d’adoration respectueuse et de soumission à femme aimée dont il est le vassal.

L’amour courtois est un art codifié dans lequel l’homme doit, pour séduire la femme qu’il aime, montrer sa valeur en la courtisant avec constance, politesse, générosité, loyauté, fidélité, discrétion et sans rien réclamer en retour. Dans de nombreux poèmes en revanche, le poète se plaint de la dureté de sa bien-aimée, de sa cruauté et de la blessure d’amour qu’elle lui a infligée.

L’amour courtois propose un idéal amoureux exigeant qui ne cherche pas l’assouvissement du désir, mais un mélange d’euphorie et de souffrance. L’amour est une souffrance, puisqu’il n’est pas réciproque, mais une souffrance dont on ne veut être guéri : le désir souffre de ne pas être assouvi, mais meurt s’il l’est.

Le chevalier voit à travers l’amour une occasion de prouver sa valeur comme amoureux et comme combattant. C’est une série d’épreuves qu’il doit passer pour prouver sa vaillance. Au point que certains y voient une discipline mystique, héritière d’une tradition ésotérique qui ferait de la femme aimée un symbole divin plutôt qu’une personne réelle.

2. Grandes oeuvres et auteurs

De nombreux auteurs ont célébré l’amour courtois : les troubadours et leurs poèmes, mais aussi les premiers romanciers à travers des personnages célèbres comme Tristan, Yseut, Lancelot et Guenièvre. Au théâtre, les personnages de Roméo et Juliette peuvent également être perçus comme de lointains héritiers de cet art d’aimer.

a. Bernard de Ventadour

Dans cette chanson, le troubadour Bernard de Ventadour (environ 1125-1200) chante l’amour qu’il éprouve pour une dame, amour « unique, immuable » qui ne lui apporte que « douleur » et « pénitence ». Pour autant, il souhaite lui rester « soumis » :

Le temps va et vient et vire
Par jours par mois et par années.
Moi je ne sais plus que dire,
J’ai toujours même désir.
Il est unique, immuable :
Je n’ai voulu, ne veux qu’elle
Qui ne fait pas mon bonheur.

À elle joie et beauté,
À moi douleur et dommage.
À ce jeu que nous jouons
Je suis doublement perdant.
Est perdu pour qui l’endure
Amour donné sans retour
Et sans espoir d’accordailles.
[…]
b. Tristan et Yseut

Dans ce roman, Tristan et Yseut boivent par mégarde un philtre d’amour qu’Yseut devait boire avec l’homme qui va devenir son mari, le roi Marc de Cornouailles, dont Tristan est le vassal. Ce philtre est un symbole de l’amour absolu qui triomphe de toutes les épreuves et mène à la mort.

c. Lancelot dans le cycle du Graal

Autre amour courtois célèbre, mais sans philtre : celui du chevalier Lancelot pour sa suzeraine Guenièvre, épouse du Roi Arthur. Lancelot donne la preuve de sa constance et de sa fidélité en acceptant de monter dans une charrette (ce qui est perçu à l’époque comme déshonorant, car c’est le traitement réservé aux criminels et aux voleurs) pour retrouver la reine, enlevée par un géant. Cependant, la reine Guenièvre lui en voudra d’avoir délibéré un instant avant d’être monté dans la charrette. Cet épisode, ainsi que toutes les épreuves que traverse Lancelot pour retrouver Guenièvre, sont racontés dans Le Chevalier de la charrette.

d. Charles d'Orléans

 Le Prince Charles d’Orléans (1394-1465) est connu pour ses poèmes écrits alors qu’il se trouvait en captivité en Angleterre. Bien qu’écrivant longtemps après l’apogée de la tradition courtoise, il en est l’héritier. Dans cette poésie par exemple, il critique ceux qui voudraient aimer et en être rapidement récompensé, et fait l’éloge du service d’amour :

J’oy étrangement
Plusieurs gens parler,
Qui trop mallement
Se plaignent d’aimer ;
Car légèrement,
Sans peine porter,
[Ils] Voudraient brièvement
A fin amener
Tout leur pensement.

C’est fait follement
D’ainsi désirer ;
Car qui loyalement
Veut acquérir
Belle récompense,
Maint mal endurer
[Il] leur faut, et souvent
À rebours trouver
Tout leur pensement.

Si Amour humblement
[Ils] Veulent honorer,
Et soigneusement
Servir, sans fausser,
Des biens largement
[Il] Leur fera donner ;
Mais premièrement,
Il veut éprouver
Tout leur pensement.
e. Pétrarque

Pétrarque, l’un des plus éminents poètes italiens, vécut au XIVe siècle. Il est célèbre pour son recueil de sonnets nommé le Canzoniere, dans lequel il chante l’amour jamais assouvi qu’il éprouva jusqu’à sa mort pour une femme nommée Laure :

Que bénis soient le jour, le mois, l’année,
La saison, le temps qui s’enfuit, l’heure, l’instant
Et ce lieu, dans ce beau pays, où deux beaux yeux
Me firent prisonniers et m’enchaînèrent

Et béni soit le doux premier tourment
Que j’éprouvai, ainsi captif d’Amour.
Béni soit l’arc, bénies les flèches qui me percèrent,
Bénie la plaie qu’elles m’ont faites au cœur.
[…]

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Question 1/5

La médiane de 6 notes est 13. Cela signifie que :

Question 2/5

On a obtenu la série statistique suivante :

Combien vaut la médiane ?

Question 3/5

On a obtenu la série ci-dessous :

Quelle est la médiane de cette série ?

Question 4/5

On a relevé les tailles en cm des élèves d’une classe :

 

Parmi les propositions suivantes, laquelle est vraie ?

Question 5/5

Les notes en français de deux classes littéraires sont données dans le tableau suivant :

Quelle est la note médiane ?

Vous avez obtenu75%de bonnes réponses !

Reçois l’intégralité des bonnes réponses ainsi que les rappels de cours associés

Une erreur s'est produite, veuillez ré-essayer

Consultez votre boite email, vous y trouverez vos résultats de quiz!

Découvrez le soutien scolaire en ligne avec myMaxicours

Le service propose une plateforme de contenus interactifs, ludiques et variés pour les élèves du CP à la Terminale. Nous proposons des univers adaptés aux tranches d'âge afin de favoriser la concentration, encourager et motiver quel que soit le niveau. Nous souhaitons que chacun se sente bien pour apprendre et progresser en toute sérénité ! 

Fiches de cours les plus recherchées

Humanité Littérature et Philosophie

La séduction, une idée sexiste ?

Humanité Littérature et Philosophie

La parole comme spectacle : trouvères, troubadours et rappeurs

Humanité Littérature et Philosophie

Sommes-nous à l'ère de la post-vérité ?

Humanité Littérature et Philosophie

Du Prince à l'homme politique moderne : l'honnêteté est-elle une vertu politique ?

Humanité Littérature et Philosophie

La parole rusée : tromperie ou habileté ?

Humanité Littérature et Philosophie

Les représentations du monde

Humanité Littérature et Philosophie

Le mythe du « bon sauvage »

Humanité Littérature et Philosophie

Explorations et récits de voyage du XVe au XVIIIe siècle

Humanité Littérature et Philosophie

Réforme et Contre-Réforme

Humanité Littérature et Philosophie

Les grandes découvertes