Lycée   >   Premiere   >   Humanité Littérature et Philosophie   >   La parole rusée : tromperie ou habileté ?

La parole rusée : tromperie ou habileté ?

  • Fiche de cours
  • Quiz
  • Profs en ligne
Objectifs
  • Comprendre l’intérêt de maitriser la parole rusée.
  • Connaitre les diverses formes de la ruse.
Points clés
  • L’idée de ruse ne vient pas sans une certaine ambivalence puisque l'on rit, avec le rusé, du trompé.
  • C’est un motif ancien qui peut s'exprimer par la parole littéraire, comme avec le personnage de Renart au Moyen Âge.
  • Mais la ruse sert aussi en politique aux monarques et aux dirigeants démocratiques. Machiavel écrit à ce sujet Le Prince, qui choque ces contemporains.

À l’origine de ce mot français, il y a l’idée d’échapper à un poursuivant notamment par un détour lors de la chasse, mais très vite ce mot prend son sens moderne de mensonge ou moyen qu’on utilise pour tromper.
La ruse c’est le procédé de ceux qui sont en danger, des faibles et des dominés. Il y a un art de la ruse qui fait qu’on peut admirer un être humain ou un animal rusé et que souvent on rit avec lui/elle, voire on se moque de la personne trompée.
Cependant à la ruse est attachée aussi l’idée de fourberie ou de déloyauté. La victime peut être offensée, lésée, humiliée, vaincue à tort.
Il y a donc une certaine ambivalence dans l’idée de ruse.

1. La ruse, un motif ancien
a. Métis, une déesse antique

Bien avant que le mot n’entre dans la langue française, la ruse avait en Grèce antique sa déesse nommée Métis, personnification de la sagesse et de la ruse. La méconnaissance de ce personnage mythologique tient au fait qu’elle vit dans l’estomac de Zeus qui l’a avalée, faisant ainsi sienne son intelligence et sa ruse.

Métis est la déesse de l’intelligence pratique, de l’action efficace, du savoir-faire et de la ruse de guerre qui sert à tromper l’adversaire, l’esquiver, le contourner, l’égarer, ou l’illusionner. Cette intelligence est aussi, dit-on, « sagesse » : elle suppose la connaissance, la capacité d’anticiper et de s’adapter à la situation, la vigilance et la vivacité d’esprit.

b. La ruse entre fourberie et art

La ruse est ambivalente : soit elle est perçue comme une fraude ou une fourberie, soit elle est perçue comme un art, une surprise inventive et habile et elle peut revêtir un aspect décisif. Elle peut donc être perçue comme ingénieuse ou infâme. C’est le contexte et le domaine qui permettront de l’évaluer. Si c'est l’arme du faible par rapport à celui qui est plus fort, elle semble ingénieuse et salutaire, comme la ruse de l’animal qui cherche à dérouter celui qui le poursuit pour l’abattre. Si c’est l’arme du puissant qui veut arracher un avantage en créant un déséquilibre des forces par la ruse, c’est une fourberie déloyale.

Il existe de nombreux domaines où ni victime ni puissant n’interviennent. Le code de l’honneur réprouverait la ruse dans un combat en duel par exemple, mais dans le judo, et de nombreux autres arts du combat, n’encourage-t-on pas la feinte et la dissimulation pour mieux surprendre son adversaire ? Comme le rappelle l’origine du mot ruse associé au monde animal et à la chasse, cette pratique ne s’exerce pas sur le plan de la seule parole.

c. Le Moyen Âge et le personnage de Renart

D’ailleurs quand on pense à la ruse, c’est l’image du renard qui vient en premier, qu’il soit vraiment le plus rusé de tous ou pas. Le renard est appelé ainsi uniquement parce qu’un personnage célèbre de récit au Moyen Âge se nommait Renart. À l’époque, on les appelait « goupil ». Mais le personnage fictif de Renart est devenu si célèbre qu’on a fini par appeler « renard » tous les goupils, et « goupil » est tombé dans l’oubli. Le Renart du Moyen Âge est rusé ; il se caractérise par sa capacité à tromper tout le monde, ce qui en fait un personnage ambivalent lui aussi. Il est certes assez infréquentable, mais il est aussi le héros, celui qui triomphe toujours de toute adversité, ce qui le rend sympathique aux yeux du lecteur.

2.  La ruse se sert aussi de la parole

Cependant la ruse se sert aussi de la parole. D’ailleurs, notre Renart rusé est une personnification de la ruse uniquement parce qu’il est doué de parole dans les récits du Moyen Âge comme dans les fables où l’on rencontre aussi beaucoup d’autres animaux bavards.

a. L'utilisation de la flatterie

Cette ruse se manifeste à travers des procédés comme la flatterie par exemple. On pourrait citer celle du renard encore qui flatte le corbeau, mais celle du cerf dans « Les Obsèques de la lionne » est tout aussi admirable et bien plus fine :

 

Le Cerf reprit alors : Sire, le temps de pleurs
Est passé ; la douleur est ici superflue.
Votre digne moitié couchée entre des fleurs,
Tout près d'ici m'est apparue ;
Et je l'ai d'abord reconnue.
Ami, m'a-t-elle dit, garde que ce convoi,
Quand je vais chez les Dieux, ne t'oblige à des larmes.
Aux Champs Élysiens j'ai gouté mille charmes,
Conversant avec ceux qui sont saints comme moi.
Laisse agir quelque temps le désespoir du Roi.
J'y prends plaisir. À peine on eut ouï la chose,
Qu'on se mit à crier Miracle, apothéose !
Le Cerf eut un présent, bien loin d'être puni.

J. de La Fontaine, « Les Obsèques de la Lionne », VIII, 14, Fables, 1678.

Voilà comment se défend un cerf, accusé par un courtisan devant le Roi de n’avoir pas pleuré à la mort de sa femme, la Lionne. Sa stratégie consiste à se réclamer de l’autorité de la Lionne elle-même dont il rapporte les paroles, tout en en faisant un éloge indirect (« ceux qui sont saints comme moi ») la faisant passer pour sainte. Toute personne qui remettrait en question le discours du Cerf se verrait dans le risque de dénigrer ou rabaisser la Lionne elle-même.

b. L'utilisation de l'excès pour se dissimuler

La ruse idéale ? Celle de Tartuffe qui lorsqu’il est accusé par Damis, le fils d’Orgon, d’avoir tenté de séduire la femme d’Orgon, répond :

Oui, mon frère, je suis un méchant, un coupable,
Un malheureux pécheur, tout plein d’iniquité,
Le plus grand scélérat qui jamais ait été.
Chaque instant de ma vie est chargé de souillures ;
Elle n’est qu’un amas de crimes et d’ordures ;
Et je vois que le ciel, pour ma punition,
Me veut mortifier en cette occasion.
De quelque grand forfait qu’on me puisse reprendre,
Je n’ai garde d’avoir l’orgueil de m’en défendre.
Croyez ce qu’on vous dit, armez votre courroux,
Et comme un criminel chassez-moi de chez vous ;
Je ne saurais avoir tant de honte en partage,
Que je n’en aie encor mérité davantage.

Molière, Tartuffe ou l’imposteur, 1669.

Non seulement Tartuffe ne cherche pas à contredire Damis ou Orgon, mais de surcroit il en rajoute en s’accusant de maux supplémentaires. On peut dire qu’il se sert de la vérité nue (car il est réellement un imposteur et un scélérat qui cherche à tromper Orgon) pour se dissimuler, et cacher la façon dont depuis le début de la pièce il réussit à rester chez lui et profiter de sa naïveté. Ce procédé semble assez imparable, parce qu’accuser Tartuffe après ce qu’il vient de dire serait aller dans son sens et renforcer sa ruse.
Avec le personnage de Tartuffe, on progresse cependant vers le côté obscur de la ruse. Quand elle n’est pas au service de la faiblesse désarmée, la ruse est souvent le fait de personnages qui l’utilisent pour piéger d’autres personnes, pour les amener notamment à agir en leur faveur, d’une façon telle qu’elle peut leur nuire.

3. Un aspect assez diabolique

Les pièges tendus aux simples mortels peuvent être multiples. D’abord, il y a ceux du diable qui est censé être rusé, trompeur. On l’appelle communément l’Adversaire, mais aussi le « Malin ». Il se déguise sous des apparences plaisantes et il n’est pas toujours là où on le croit : inutile de l’imaginer terrifiant comme Sauron dans le Seigneur des Anneaux (encore que même Sauron a été séduisant lui-même, et a cherché à tromper les elfes par la ruse des anneaux qu’il a aidés à forger), repoussant comme le vice ou les excès, car il est plutôt séducteur et il utilise la ruse pour séduire.

Le diable n’utilise pas la force, il abuse de l’orgueil des hommes en les flattant. Cela renvoie à l’hubris (démesure) grecque. L'homme qui cherche à éviter son destin le rencontre sûrement. L’homme qui veut échapper à sa finitude ou à la mort est, dans les tragédies, les contes ou les mythes, souvent trompés par le destin lui-même.

Exemple
Dans les tragédies, on peut parler d’ironie du sort, lorsque le destin du personnage semble se moquer de lui. En Grèce antique, Œdipe sert d’exemple à ce sort moqueur qui le piège et l’amène exactement à l’endroit qu’il voulait à tout prix éviter, c’est-à-dire dans les bras de sa mère, après avoir tué son père.

Par la suite, dans la culture occidentale, c’est le diable qui prend le relais. Il peut user de multiples procédés, comme le jeu sur le sens et les connotations des mots.

Exemple
Le personnage du Jeu du Bouton de R. Matheson, Mr Steward, promet à Norma qu’elle ne connait pas la personne qui mourra si elle appuie sur le bouton. Or, lorsque son mari meurt finalement, il lui rappelle qu’elle ne connaissait pas vraiment son mari. Il y a donc ici une ruse autour du mot « connaitre » qui peut aller de la fréquentation, de la simple information à une intimité profonde avec quelqu’un.

On pourrait enfin citer les sorcières qui attirent Macbeth dans le piège de l’orgueil et la démesure en jouant sur les mots, en lui faisant entrevoir un destin de monarque glorieux et invincible, pour mieux l'entrainer dans une chute sans fin.

4. La ruse des puissants
a. Pour le pourvoir monarchique ou démocratique

Pour gouverner les hommes, enfin, la ruse est hélas aussi encouragée, autant pour les monarques que les dirigeants démocratiques. Machiavel, dans Le Prince, recommande aux monarques d’être un peu renard pour éviter les pièges dans lesquels ils pourraient tomber s’ils s’avisaient d’être honnêtes :

« Cependant l’expérience de notre temps montre que les princes qui ont fait de grandes choses sont ceux qui ont tenu peu compte de leur parole, et qui ont su, grâce à la ruse, circonvenir l’esprit des hommes ; et à la fin ils sont vaincus ceux qui se sont fondés sur la loyauté.
Si donc un prince doit savoir bien user de la bête, il doit choisir le renard et le lion ; car le lion ne peut se défendre des pièges, le renard des loups. Il faut donc être renard pour connaitre les pièges, et lion pour effrayer les loups. C’est pourquoi un seigneur prudent ne doit pas tenir sa parole lorsque la promesse qu’il a faite tourne à son désavantage et qu’ont disparu les raisons qui lui avaient fait promettre. »

Est-ce qu’il recommande aux rois et aux princes de se parjurer selon la situation ? Oui. Évidemment, ce genre de conseils froidement donnés est extrêmement choquant. D’ailleurs l’ouvrage de Machiavel à sa sortie fut accusé d’immoralisme, mis à l’index et censuré peu après sa parution. Aujourd’hui encore l’adjectif « machiavélique » est synonyme d’immoralisme et de cynisme.

Pour ceux qui gouvernent en pays démocratique, cependant, tout discours public peut être un discours de ruse. Il faut bien convaincre les gens de voter pour un.e candidat.e plutôt qu’un.e autre. Il semble que J. Chirac, dirigeant politique français, avait pour habitude de dire que les « promesses (électorales) n’engagent que ceux qui les croient ». Faire campagne en démocratie, c’est donc souvent flirter avec les limites de la démagogie. On flatte les peuples en leur promettant ce qu’ils ont envie d’entendre.

Exemple
« Make America great again », le slogan du président américain D. Trump, propose à l’américain moyen le rêve d’une grandeur autrefois acquise à reconquérir.
b. L'utilisation de la démagogie

La démagogie n’appartient pas cependant aux grandes démocraties de notre époque. Le mot vient du grec ancien. Le démagogue est celui qui sait s’adapter à chaque auditoire selon Euripide. Pour Quintus Cicéron, à Rome cette fois-ci, la flatterie de l’auditoire, bien que vile, est nécessaire lors des campagnes politiques. L’homme ou la femme politique doit adapter son discours à chaque interlocuteur ou circonstance, peu importe s’il se dédit, se contredit, ou formule des propos insincères.

Actuellement, les « spin doctors » sont les spécialistes de la manipulation par le discours. Ce sont eux qui s’occupent de la communication et de l’image d’un parti politique ou d’une personnalité. Les Québécois disent les « doreurs d’image », car ils ont pour but de ne montrer que le côté doré, voire de le dorer un peu quand il ne l’est pas assez. En France, il faudrait dire « façonneur d’image » pour tous les experts dont le travail consiste à montrer la réalité sous un jour favorable à la personne pour laquelle il travaille, quitte à la tordre ou la déformer.

5. L'ambivalence de la ruse

La ruse a donc deux faces : d’un côté c’est un procédé de sauvegarde qui mobilise vigilance, adaptation et intelligence. De l’autre, c’est une tromperie qui vise à obtenir un avantage aux dépens de quelqu’un. L’idéal serait donc de n’utiliser la ruse qu’en dernier recours et de savoir la reconnaitre et s’en méfier pour éviter les pièges qu’elle tend. Bien sûr la limite est parfois fine entre celui qui croit se défendre et qui finit par attaquer. Celui qui croit être dans son bon droit pour anticiper les mauvais coups et le traître qui trompe délibérément. Sur le chemin qui mène de l’un à l’autre, il y a la perspective de l’échec.
Et en pensant à l’écueil de la démesure, on pourrait dire que, parfois, ce sont ceux qui échouent qui sont les plus grands.« Je continue sans escale vers les îles du Pacifique, parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme. » B. Moitessier a fait parvenir ce message alors qu’il renonçait à la victoire promise dans le Golden Globes en 1968, pour dire qu’il ne franchirait pas la ligne d’arrivée.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Question 1/5

La médiane de 6 notes est 13. Cela signifie que :

Question 2/5

On a obtenu la série statistique suivante :

Combien vaut la médiane ?

Question 3/5

On a obtenu la série ci-dessous :

Quelle est la médiane de cette série ?

Question 4/5

On a relevé les tailles en cm des élèves d’une classe :

 

Parmi les propositions suivantes, laquelle est vraie ?

Question 5/5

Les notes en français de deux classes littéraires sont données dans le tableau suivant :

Quelle est la note médiane ?

Vous avez obtenu75%de bonnes réponses !

Reçois l’intégralité des bonnes réponses ainsi que les rappels de cours associés

Une erreur s'est produite, veuillez ré-essayer

Consultez votre boite email, vous y trouverez vos résultats de quiz!

Découvrez le soutien scolaire en ligne avec myMaxicours

Le service propose une plateforme de contenus interactifs, ludiques et variés pour les élèves du CP à la Terminale. Nous proposons des univers adaptés aux tranches d'âge afin de favoriser la concentration, encourager et motiver quel que soit le niveau. Nous souhaitons que chacun se sente bien pour apprendre et progresser en toute sérénité ! 

Fiches de cours les plus recherchées

Humanité Littérature et Philosophie

Les représentations du monde

Humanité Littérature et Philosophie

Le mythe du « bon sauvage »

Humanité Littérature et Philosophie

Explorations et récits de voyage du XVe au XVIIIe siècle

Humanité Littérature et Philosophie

Réforme et Contre-Réforme

Humanité Littérature et Philosophie

Les grandes découvertes

Humanité Littérature et Philosophie

Humanisme et humanistes

Humanité Littérature et Philosophie

Du manuscrit à l'impression

Humanité Littérature et Philosophie

Les inventaires du monde

Humanité Littérature et Philosophie

Du géocentrisme à l'héliocentrisme

Humanité Littérature et Philosophie

Le monde en nombre