Les maîtres de forme - Cours d'Histoire de l'art Terminale L avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les maîtres de forme

Objectif
Evoquer l'arrivée de nouveaux maîtres de forme au Bauhaus de Weimar à partir de 1920, parmi lesquels des peintres déjà renommés : Paul Klee et Wassily Kandinsky.
Entre 1920 et 1922, la situation financière du Bauhaus s'améliore sensiblement. Le départ d'un certain nombre de professeurs à la suite de la séparation d'avec l'Ecole d'art plastique incite Gropius à recruter de nouveaux maîtres de forme, tous peintres : Lothar Schreyer, Oskar Schlemmer, Georg Muche, Paul Klee et Wassily Kandinsky, ces deux derniers jouissant déjà d'une solide réputation en tant que peintres. Chacun d'entre eux se verra attribuer la direction d'un atelier, avec plus ou moins de bonheur selon les cas.
1. Oskar Schlemmer et l'atelier de théâtre  

Oskar Schlemmer (1888-1943), que Gropius connaît parce qu'il a côtoyé le Werkbund, arrive à Weimar à l'été 1920. Après quelques tergiversations, il accepte un poste de maître de forme en décembre. Ses réticences tiennent à l'amateurisme qui affecte encore l'école, autant dû au manque de moyens matériels qu'à certaines incohérences du programme, comme l'absence de cours d'architecture dans un établissement censé enseigner la construction.

Schlemmer se voit d'abord confier - en tant que peintre et décorateur de théâtre de profession - l'atelier de peinture murale, jusque là dirigé par Itten. Il sera ensuite définitivement chargé de l'atelier de sculpture. Mais sa contribution la plus notable au Bauhaus, il l'apportera en tant que maître de forme de l'atelier de théâtre, à partir de 1923, après que son prédécesseur Lothar Schreyer ait démissionné de ce poste ; Schlemmer s'en acquittera tout en demeurant maître de l'atelier de sculpture.

Schlemmer est alors déjà très impliqué dans la création théâtrale. Il saura faire de cet atelier, créé en 1921 par Schreyer, une source précieuse d'enseignements : la conception de décors et de costumes autant que la mise en scène et l'interprétation mobilise de nombreux talents et savoir-faire, nécessite une collaboration entre artisans et répond ainsi aux exigences programmatiques du Bauhaus.

Schlemmer imposera sa vision du théâtre, qui doit être selon lui un jeu de mouvements sophistiqués appuyé par des costumes stylisés, « géométrisant », le tout tenant davantage du ballet que du théâtre à proprement parler. La pièce la plus célèbre montée par Schlemmer sera Le Ballet triadique de 1922, créée non pas au Bauhaus mais à Stuttgart.

2. Paul Klee
C'est en grande partie pour des raisons financières que Paul Klee (1879-1940) accepte d'intégrer le Bauhaus en 1920. Il est déjà un peintre reconnu, mais recherche une certaine sécurité. Cependant, ses préoccupations en matière d'art recoupent certaines de celles du Bauhaus, et par son enseignement il y trouvera pleinement sa place.

Klee est peintre et théoricien sans être dogmatique pour autant. Klee sera un maître de forme dilettante : il s'occupera de l'atelier de reliure, puis de celui de peinture sur verre, enfin de l'atelier tissage, celui où son enseignement sera le plus pertinent.

Mais c'est surtout son « enseignement de la forme » dont il est chargé peu de temps après son arrivée qui  permettra à Klee de transmettre véritablement ses idées à des élèves qu'il souhaite amener à une maturité visuelle et créative. L'idée maîtresse de Klee est que les formes élémentaires auxquelles il faut constamment se référer sont issues de la nature ; il faut donc, pour parvenir à reproduire ces formes en image, se mettre en résonance avec la nature elle-même et créer sur le même mode qu'elle.

Pratiquement, Klee incitera ses élèves à faire des exercices de couleurs et de formes. Klee enseigne donc, de manière plus ou moins détournée, la peinture et le dessin, mais présente toujours ces disciplines comme s'appuyant sur l'art de la construction, pièce par pièce, comme en architecture. Son cours théorique, méthodiquement préparé, aura finalement permit à Klee de préciser ses idées pour ses élèves autant que pour lui-même ; il dira : « Pour enseigner, je devais préciser avec clarté pour moi-même ce que j'avais fait en grande partie inconsciemment. »
3. Kandinsky
Kandinsky arrive au Bauhaus en 1922. Il est de retour d'un séjour de plusieurs années en URSS où il a tenté de mettre sur pieds des écoles d'art en adéquation avec les idéaux révolutionnaires ; il y prend connaissance de ce qui se passe au même moment à Weimar ; il est probable qu'il en ait lu le manifeste lorsqu'il écrit le programme de l'Institut d'art et de culture de Moscou, l'INKHOUK, en 1920.

Mais Kandinsky, déçu par la tournure que prend la révolution bolchevique, revient en Allemagne en 1921. Sans le sou, il entre en contact avec Gropius, qu'il a connu avant la guerre. Pour ce dernier, embaucher Kandinsky n'est pas sans poser un certain nombre de problèmes : accointances de Kandinsky avec l'URSS qui le rendent suspect aux yeux de beaucoup ; méfiance à l'égard de son spiritualisme et des connotations transcendantales de son art et de ses théories ; la personnalité de Kandinsky, personnage perçu comme froid et distant.

Pourtant, le peintre a de nombreux atouts qui décideront Gropius à l'engager. Il est un peintre célèbre, reconnu comme l'instigateur de l'abstraction, auteur de l'essai théorique Du spirituel dans l'art, devenu incontournable. Il est également partisan de l'oeuvre d'art total, concept visant à la synthèse des arts, relativement proche des idées de Gropius. Enfin, sa rigueur intellectuelle le désigne apte à être professeur.

Il sera nommé maître de forme de l'atelier de peinture murale en 1923 en remplacement de Schlemmer, tout en assurant un cours visant à « l'enseignement de la forme », à l'instar de Klee. Comme lui, il cherche à transmettre ses propres idées en matière de création et d'expression. Ses leçons ne seront pas toujours comprises de ses élèves, mais elles s'appuient toujours sur des exercices pratiques de conception de la forme, s'appuyant plus spécifiquement sur la couleur.

Il tentera aussi de faire valoir ses théories dans l'atelier de peinture murale, notamment en reproduisant à grande échelle ses propres compositions. Kandinsky assurera également un cours de dessin analytique. Globalement, l'enseignement de Kandinsky aura, peut-être plus encore que celui de Klee, une grande influence sur l'esprit du Bauhaus en train de se forger. Devenue partie intégrante de l'école, il y restera jusqu'à la fin.
L'essentiel
L'évolution positive du Bauhaus à partir de 1920 est en grande partie le fait de l'intégration de nouveaux maîtres de forme.
Tous peintres, ce sont aussi des théoriciens, des hommes qui ont pensé l'art et se sentent à même de transmettre leurs connaissances.
Oskar Schlemmer donnera à l'atelier de théâtre du Bauhaus une grande importance, où la collaboration entre les différents ateliers pour la conception des décors et des costumes ne sera plus un vain mot.
Klee et Kandinsky, tous deux déjà célèbres, tenteront, chacun à sa manière, d'enseigner une théorie de la forme et de la conception de l'image, dans des cours qui exerceront une grande influence sur les élèves et sur l'orientation du Bauhaus.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents