De Stijl et le tournant du Bauhaus - Cours d'Histoire de l'art Terminale L avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

De Stijl et le tournant du Bauhaus

Objectif 
Aborder le tournant idéologique - vers une plus grande collaboration effective avec l'industrie - qui s'est opéré au Bauhaus en 1922-1923 sous l'impulsion de Théo Van Doesburg, fondateur du mouvement De Stijl, et qui se soldera par la démission de Itten.
Le mouvement De Stijl (« Le Style ») et la revue du même nom, fondés en 1917 par le peintre et architecte hollandais Théo Van Doesburg, visent à la diffusion de l'art moderne.

A ses débuts, De Stijl existe surtout pour faire connaître Mondrian et son néo-plasticisme puis, plus tard, se rapproche du mouvement Dada et du constructivisme, mettant en exergue des artistes aussi importants que Hans Arp, Man Ray, El Lissitsky, Kurt Schwitters, J.J.P. Oud, etc.

Van Doesburg rencontre Gropius en 1920, alors que De Stijl commence à être connu en Allemagne. C'est l'architecte Adolf Meyer, collaborateur de Gropius, qui facilitera la venue puis l'installation à Weimar, en avril 1921, de Van Doesburg, qui espère se faire engager comme professeur au Bauhaus.
1. Oppositions entre Bauhaus et De Stijl
De Stijl et Bauhaus partagent en effet des idées communes, notamment quant à l'édification d'un monde nouveau et la création d'une oeuvre d'art totale. Van Doesburg se reconnaît dans le programme du Bauhaus édicté en 1919.

Mais l'art selon De Stijl doit être abstrait, rationnel, voire « mathématique », quand l'art selon le Bauhaus est encore mystique et « romantique », dans la droite ligne de l'expressionnisme allemand de la première heure, et ce en grande partie du fait de l'influence de Johannes Itten sur les orientations de l'école. Ce dernier deviendra d'ailleurs le point de convergence de toutes les critiques concernant les méthodes d'enseignement du Bauhaus que Van Doesburg ne tarde pas à formuler.

Car pour les partisans de De Stijl, si l'art est rationnel, il est logique qu'il soit produit grâce à la machine, et donc par le biais de l'industrie. Ce sont des conceptions très éloignées de celles d'Itten, qui ne jure que par l'artisanat et le travail individuel.

Gropius est quant à lui relativement partagé. Il a, avant la fondation du Bauhaus, reconnu les vertus de la production industrielle. Il est par ailleurs d'accord avec Van Doesburg et J.J.P. Oud, architecte et autre membre de De Stijl, sur la prééminence de l'architecture sur les autres arts, architecture qui peut tirer pleinement parti des progrès technologiques tel le béton armé.

Cependant, Gropius a toujours considéré le Bauhaus comme une école différente des autres, c'est-à-dire, selon lui, sans académisme et donc sans esthétique préétablie et imposée aux élèves. Or, De Stijl se présente avant tout comme une esthétique qui, dans un monde idéal, par la simplification des formes et la rationalisation de la fabrication, peut et doit être reprise collectivement, par chaque artiste. Cela, Gropius ne peut s'y soumettre, pas plus que l'ensemble des professeurs du Bauhaus. Malgré cette résistance, le travail de sape que mène Van Doesburg durant tout son séjour à Weimar porte peu à peu ses fruits.
2. Van Doesburg contre Itten
En 1922, Van Doesburg organise à Weimar le congrès « dadaïsto-constructiviste », dont l'intitulé montre qu'il est attiré par deux alternatives - a priori divergentes - à l'expressionnisme romantique dont il accuse le Bauhaus d'être l'un des derniers bastions : d'un côté le constructivisme rationnel, s'appuyant sur l'infaillibilité de la machine, et de l'autre Dada, mouvement plutôt anarchiste et peu soucieux d'organiser une quelconque société future.

Ces ambiguïtés n'empêchent pas plusieurs élèves du Bauhaus de rejoindre les rangs de De Stijl. Des cours et des conférences sont d'ailleurs dispensés par Van Doesburg en parallèle de ceux du Bauhaus, qui se refuse toujours à l'embaucher. Ces cours sont en grande partie conçus par Van Doesburg afin de contrecarrer le cours préliminaire de Itten, qui incarne selon lui tous les défauts du Bauhaus.

C'est d'ailleurs en se rendant à l'évidence de l'influence démesurée de Itten sur l'ensemble du Bauhaus que Gropius commence à changer lui-même d'opinion. C'est pour Gropius un retour à ses idées premières, occultées depuis le début de la guerre, sur la pertinence de la collaboration avec l'industrie, idées qui l'ont amené à concevoir l'usine Fagus en 1910.

Or, l'attachement de Itten à la seule création individuelle, détachée de toute connotation professionnelle ou économique, ses penchants mystiques (il est adepte du Mazdéisme, inspiré d'une antique religion orientale) ont orienté le Bauhaus tout entier dans une direction opposée à celle du progrès tel que Gropius se le représente. Des professeurs, comme Oskar Schlemmer ou Lyonel Feininger, pourtant également critiqués par Van Doesburg pour être trop « individualistes », vont eux aussi reconnaître à ce dernier une certaine clairvoyance quant à l'impasse dans laquelle s'est engagé leur école. En 1922, les conditions sont réunies pour que surviennent des changements au Bauhaus.
3. Le tournant
Le premier signe du revirement du Bauhaus pourrait être le remplacement de l'emblème de l'école, dessiné en 1919 par Karl Peter Röhl dans un style symboliste à tendance expressionniste, par l'emblème sobre et stylisé dessiné à la fin de 1921 par Schlemmer, visiblement inspiré par De Stijl.
Lorsqu'en février 1922, dans une circulaire adressée aux professeurs, Gropius pointe du doigt la rigidité de Itten, qui refuse toute implication avec l'industrie en dépit des nécessités économiques, il en appelle aux autres professeurs : n'est il pas possible de concilier création individuelle et réalités économiques ?

Sans adhérer pleinement aux idées de Van Doesburg, contraires à celles de Itten mais toutes aussi extrêmes, il souhaite un retour au concret plutôt qu'aux seules utopies d'après-guerre. Pour Gropius, il est tout à fait concevable d'apprécier comme une oeuvre d'art la forme d'une belle automobile ou de quelque autre machine bien conçue. Ne pas reconnaître cette réalité comme le font Itten et la plupart de ses élèves consiste selon Gropius à s'exiler sur une île, loin du monde tel qu'il est.

Les professeurs réagiront en mettant Gropius face à ses contradictions : pour créer en collaboration avec l'industrie, il faut, d'après Marcks, devenir ingénieur, car la création industrielle, pour exister, ne peut se nourrir des seules théories de Van Doesburg.
Pour mener à bien son nouveau combat, Gropius sait qu'il devra prendre congé de celui qui est devenu le pilier du Bauhaus et le principal responsable du manque général de réalisme affectant les élèves et leurs créations : Johannes Itten.

Si la plupart des professeurs émettent des avis mitigés sur l'opportunité d'une collaboration accrue avec l'industrie, Itten est le seul qui bloque véritablement la situation de par son influence. Gropius parvient finalement, en octobre 1922, à convaincre Itten de démissionner, ce qu'il fera de manière effective en avril 1923. Pour le remplacer au cours préliminaire, Gropius choisit un ardent défenseur du constructivisme, proche de Van Doesburg : l'artiste hongrois Laszlo Moholy-Nagy.
L'essentiel
L'arrivée en 1921 à Weimar de l'artiste et théoricien hollandais Théo Van Doesburg va précipiter les changements indispensables au Bauhaus.

Les critiques à l'encontre des orientations de l'école qu'émet ce partisan de la doctrine constructiviste - qui défend la seule création par la machine, débarrassée de « l'individualisme » des artistes - vont mettre Gropius en face des réalités.

Celui-ci, même s'il trouve Van Doesburg excessif et dogmatique, reconnaît que le Bauhaus s'est engagé dans une impasse et que ses professeurs, en particulier Johannes Itten, cultivent une idée romantique de la création et de l'artisanat, très éloignée des réalités économiques.

Pour y remédier, Gropius prendra finalement le parti de pousser Itten à la démission, tant l'influence de ce dernier sur l'orientation générale de l'école est grande.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents