Les Lettres persanes : lecture méthodique IV - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les Lettres persanes : lecture méthodique IV

LECTURE METHODIQUE

Rica
et Usbek ne cessent de déplorer l’inconstance et la frivolité des Français (Lettre XCVIII : « Il n’y a point de pays au monde où la fortune soit si inconstante que dans celui-ci. »). Mais l’étonnement perpétuel du Persan rend cet amer constat toujours désopilant. La critique n’en passe que plus facilement auprès du public de l’époque.
1. Un tableau désopilant
a. Le regard du Persan
Le regard de l’épistolier sert encore une fois de vecteur à la description des mœurs occidentales et de leurs travers.
Le lexique de la perception visuelle martèle la description : « description », « portrait », « peinte », « représentée », « on voit ».
Les images visuelles, certes amusantes, sont surtout marquées par l’exagération des formes, des mouvements, l’instabilité : « les coiffures » montent et descendent, « les mouches » apparaissent et disparaissent, les femmes sont complètement déformées (« autrefois, les femmes avaient de la taille et des dents ; aujourd’hui, il n’en est pas question ») par l’œil critique de l’étranger.
b. Une description caricaturale
• L’exagération passe par l’hyperbole dans les qualificatifs: « aussi antique », « une quantité prodigieuse » ; hyperbole dans le lexique : parler de « révolution » pour les mouvements des coiffures, qui montent ou descendent suivant les modes.
• Les oppositions jouent aussi sur les contrastes exagérés : « six mois » / « 30 ans », « quantité » / « disparaissent toutes ».
• Les images sont déroutantes et ridicules : « visage » et « pieds » d’une femme sens dessus dessous, si bien que les femmes s’en trouvent déformées, transformées en sorte de monstres auxquels les architectes doivent adapter les bâtisses (« les architectes ont été souvent obligés de hausser, de baisser et d’élargir leurs portes… »).

2. La critique de la mode
a. Les caprices de la mode
Les changements sont rapides, comme le montrent les indices de temporalité (tout à coup, quelque fois, souvent, le lendemain), le changement entre les saisons (été / hiver) et le décalage induit par le trajet de la lettre : « avant que tu eusses reçu ma lettre, tout serait changé » ;
Les changements sont aussi spectaculaires :  « monter / descendre, présence / disparition ».

b. Les caprices d’un peuple inconstant

Derrière la mode, il y a bien entendu ceux qui la suivent : « Les caprices de la mode, chez les Français, sont étonnants ».
Les changements « étonnent » le Persan, verbe à nouveau à prendre au sens très fort de l’étymologie et renforcé par l’expression de la surprise, « qui pourrait le croire… ? »
Les « caprices » renvoient une image très négative de ce peuple instable, incapable de se fixer, capable de renier ce qu’il a adoré juste avant. Ces caprices sont renforcés par la répétition du terme « mode » qui renvoie à l’éphémère.

3. La satire sociale et politique
a. Quand la versatilité devient un art de vivre
La déduction au dernier paragraphe s’opère à partir de la mode vestimentaire, avec l’expression impersonnelle et intemporelle : « il en est des manières et de la façon de vivre comme des modes » ; « mode » est utilisé d’abord au singulier et finalement au pluriel pour élargir le champ d’application.
La comparaison ( « comme » ) permet de dévier des modes vestimentaires aux mœurs générales des Français et surtout au pouvoir royal et à ses humeurs. La versatilité du peuple épouse celle du Roi. Avec l’emploi du conditionnel « pourrait », l’auteur se gausse de cette versatilité avec beaucoup d’ironie et rend le peuple soumis à ce monarque facétieux extrêmement ridicule.

b. Portée de la critique
Le Roi donne l’impulsion de la mode et l’on voit se répandre la bonne parole jusque dans les provinces : « le prince, la cour, la ville, les provinces ».
Le Roi est évoqué de manière très dépréciative, essentiellement grâce à la métaphore du « moule qui donne la forme à toutes les autres » : le terme de fabrication dépersonnalise le monarque et fait écho au verbe « imprimer » (« Le prince imprime le caractère de son esprit à la cour » ).
Aussi peu de respect à l’égard (et notamment la boutade sur son âge !) du Roi ne peut que choquer le lecteur de l’époque.


Conclusion

Bien entendu, l’objectif de la lettre n’est pas tant de faire réfléchir les Français sur leurs habitudes vestimentaires, que de leur faire prendre conscience de l’instabilité de leurs mœurs. La critique du Roi est acerbe, et vaut pour la Cour et ses sujets. Le Persan peut se permettre de telles critiques grâce à son statut d’étranger un peu original mais on sent bien l’empreinte du philosophe éclairé derrière l’œil amusé de Rica.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents