Lycée   >   Seconde, Premiere, Terminale, Première STMG   >   Français   >   Les Lettres persanes : lecture méthodique III

Les Lettres persanes : lecture méthodique III

  • Fiche de cours
  • Quiz
  • Profs en ligne

Rica à ***.

Lecture méthodique

L’Académie française a été fondée en 1635 par le Cardinal de Richelieu. Des lettrés avaient pour mission de fixer la langue française, de lui donner des règles, de la rendre pure et compréhensive par tous. Composer un dictionnaire est la priorité et la 1re édition datée de 1694. Actuellement, la 9e est en cours. L’Académie est composée de 40 membres élus par leurs pairs : hommes de Lettres, hommes de sciences, ethnologues, hommes d’Etat et d’Eglise qui ont marqué leur temps.
On les surnomme les « immortels » à cause de la devise « A l’immortalité » qui figure sur le sceau donné à l’Académie par son fondateur, Richelieu.
Dans la lettre de Rica, l’image de l’Académie française est quelque peu égratignée : son inutilité saute aux yeux dans un portrait dénonçant ses ridicules et ses conflits d’intérêts.
1. Le regard acerbe du Persan
a. Nommer l’institution : un exercice de style
L’approximation est ici de mise : « j’ai ouï parler », « on dit que » et on voit à quel point le Persan a du mal à nommer l’abstraction que représente pour lui cette institution.
Il tente en vain de lui donner une qualification, pour n’aboutir finalement qu’à une imprécision péjorative : « une espèce de… ».
b. L’étonnement du Persan
• Des adjectifs très significatifs sont employés pour exprimer l’étonnement face à l’étrangeté : « singuliers », « bizarres ».
• La comparaison avec le connu pour mieux cerner l’inconnu est développée tout le long du texte: « notre Perse ». La comparaison n’est pas toujours des plus favorables comme on le constate souvent dans les lettres.
• L’institution est décrite comme anti-naturelle, hors norme : « artificielle », « bizarrerie ».
2. La satire de l’institution
a. Une parodie de tribunal
• La tâche des Académiciens apparaît bien futile et vaine comme le montre la tournure négative exceptive : « n’ont d’autre fonction que…».
• Le champ lexical juridique se trouve ici dénué de pouvoir et d’autorité : « tribunal », « arrêt », « autorité », « jugement » // « point de moins respecté au monde ».
• Le besoin de « fixer son autorité » par la parution d’un Dictionnaire est contesté par Rica : ne serait-ce pas plutôt une volonté de prouver que ses membres ne sont pas totalement inactifs ?
b. Des actes vains
• L’auteur conteste la valeur du dictionnaire, hybride, déjà concurrencé par le « bâtard » de Furretière. On peut supposer que le terme de « bâtard » est un discours rapporté qu’un académicien aurait pu prononcer.
• Les membres passent plus de temps à se flatter mutuellement qu’à produire quelque chose de novateur, comme le montre le champ lexical de la flatterie : « éloge », « panégyrique » ;
• on noie l’inutilité sous des airs scientifiques : « figures », « antithèse », « cadence ».
c. Un monstre infâme
Rica décrit la naissance difficile d’un produit hybride: « enfant de tant de pères », « presque vieux lorsqu’il naquit ».
Rica fait une comparaison avec un monstre à 40 membres (on pense à la description de Scylla dans L’Odyssée ou autres monstres de la mythologie comme Cerbère). Cette comparaison fonctionne essentiellement grâce à la synecdoque (où l’on désigne les personnes par des parties de leurs corps) : « corps à quarante têtes », mains « avides », oreilles « qui veulent ».
• L’auteur joue sur les cinq sens du monstre qui semblent très sélectifs : « il semble qu’il soit fait pour parler, pas pour voir ».
• L’Académie est aussi un monstre de vénalité, avant tout à la recherche de pensions et autres privilèges royaux, contre lesquels se sont insurgés les philosophes des Lumières.

Conclusion

Le regard acerbe du Persan sur une institution française aussi respectable permet d’en faire la satire et d’en donner une image négative sous des apparences de simple moquerie.
Le lecteur est encore une fois invité à réfléchir sur le bien-fondé des institutions de son pays. Toutes ces institutions sont mises à mal dans Les Lettres persanes, aussi bien le pouvoir royal, que la religion ou la justice. Nul doute n’est possible sur les intentions de Montesquieu à travers ces textes.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Question 1/5

La médiane de 6 notes est 13. Cela signifie que :

Question 2/5

On a obtenu la série statistique suivante :

Combien vaut la médiane ?

Question 3/5

On a obtenu la série ci-dessous :

Quelle est la médiane de cette série ?

Question 4/5

On a relevé les tailles en cm des élèves d’une classe :

 

Parmi les propositions suivantes, laquelle est vraie ?

Question 5/5

Les notes en français de deux classes littéraires sont données dans le tableau suivant :

Quelle est la note médiane ?

Vous avez obtenu75%de bonnes réponses !

Reçois l’intégralité des bonnes réponses ainsi que les rappels de cours associés

Une erreur s'est produite, veuillez ré-essayer

Consultez votre boite email, vous y trouverez vos résultats de quiz!

Découvrez le soutien scolaire en ligne avec myMaxicours

Le service propose une plateforme de contenus interactifs, ludiques et variés pour les élèves du CP à la Terminale. Nous proposons des univers adaptés aux tranches d'âge afin de favoriser la concentration, encourager et motiver quel que soit le niveau. Nous souhaitons que chacun se sente bien pour apprendre et progresser en toute sérénité ! 

Fiches de cours les plus recherchées

Français

Les Lettres persanes : lecture méthodique IV

Français

Germinal : lecture méthodique I

Français

Germinal : l'auteur et son oeuvre

Français

Germinal : les thèmes

Français

Germinal : les personnages

Français

Germinal : le résumé détaillé

Français

Germinal : lecture méthodique II 

Français

Germinal : lecture méthodique III

Français

L'auteur et son oeuvre

Français

Les héros, les dieux et les mortels dans les livres X, XI et XII