Fiche de cours

Les deux guerres du Golfe (1991 et 2003) et leurs prolongements : d'une guerre interétatique à un conflit asymétrique

Lycée   >   Terminale   >   Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques   >   Les deux guerres du Golfe (1991 et 2003) et leurs prolongements : d'une guerre interétatique à un conflit asymétrique

  • Fiche de cours
  • Quiz et exercices
  • Vidéos et podcasts
Objectifs
  • Comprendre les notions de « guerre interétatique », « guerre dissymétrique » et « conflit asymétrique ».
Points clés
  • La guerre du Golfe de 1991 est une réaction à l’invasion du Koweït par l’Irak, sur fond de contrôle des ressources pétrolières. La victoire américaine laisse le pays exsangue, mais Saddam Hussein reste en place.
  • La guerre d’Irak de 2003 (ou deuxième guerre du Golfe) s’inscrit dans la « guerre contre le terrorisme » déclarée par Bush Junior suite aux attentats du 11 septembre 2001. Elle entraîne une déstabilisation totale et durable de l’État en Irak.
1. La première guerre du Golfe (1991) : une guerre interétatique ?
a. Du côté irakien

En août 1990, Saddam Hussein envahit et annexe le Koweït, qu’il accuse de pomper illégalement le pétrole situé à cheval sur la frontière entre les deux pays.

En réalité, son objectif est triple :

  • financier : le Koweït détient 122 milliards de capitaux investis en Occident. Ceci ne peut qu’attirer un pays sorti exsangue de sa longue guerre contre l’Iran et qui s’est fortement endetté auprès de l’émirat ;
Remarque
La guerre Iran-Irak débute le 22 septembre 1980, date de l'invasion irakienne de l'Iran, et se termine le 20 août 1988 sur fond de litiges frontaliers.
  • pétrolier : le Koweït a décidé d’augmenter unilatéralement sa production provoquant une chute des cours de 20 % et des revenus irakiens. Entre les réserves irakiennes et celles du Koweit, Saddam Hussein détiendrait 19% des réserves mondiales, ce qui lui donnerait un pouvoir de décision considérable à l’OPEP ;
L’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) est une organisation intergouvernementale de pays visant à négocier avec les sociétés pétrolières pour tout ce qui touche à la production de pétrole, son prix et les futurs droits de concession.
  • stratégique : depuis longtemps, l’Irak revendique un accès au Golfe afin de développer sa puissance maritime.
b. Du côté américain

Officiellement, le recours à la force tel qu’il se dessine avec l’opération « Tempête du Désert » n’a d’autre justification que la protection de l’Arabie Saoudite et la défense du droit international garanti par les résolutions de l’ONU.

Cependant, c’est surtout dans la menace que l’Irak fait peser sur les intérêts stratégiques et économiques du monde industrialisé qu’il convient de rechercher la clef de la détermination américaine :

  • le surarmement de l’Irak, sa puissance destructrice réelle (armes conventionnelles et chimiques) et potentielle (armes nucléaires) sont une menace pour les deux alliés traditionnels des États-Unis (Arabie Saoudite et Israël) ;
  • le facteur pétrolier joue un rôle plus décisif encore. Reconnaître l’annexion du Koweït par l’Irak reviendrait à laisser à ce pays le contrôle d’1/5e des réserves mondiales de pétrole.
c. L’opération « Tempête du désert »
  • La réaction américaine est d’emblée très vive : Washington annonce un boycottage économique total du pays et un renforcement de sa présence militaire dans le Golfe.
  • L’opération « Tempête du désert » est déclenchée dans la nuit du 17 janvier 1991, avec le bombardement massif des cibles stratégiques irakiennes. L’Irak riposte en attaquant Israël. Les opérations aériennes alliées n’épargnent pas les civils. Leur but est de détruire le maximum de potentiel militaire irakien en minimisant les pertes alliées. Les attaques aériennes sont secondées par des attaques terrestres.
  • Le 28 février 1991, le gouvernement irakien accepte, sans condition, toutes les résolutions de l’ONU. Les opérations militaires cessent.

Le bilan de la guerre est très inégal : 466 morts du côté allié contre 170.000 à 250.000 du côté irakien, civils compris. On parle d’une guerre interétatique.

Une guerre interétatique (entre deux États) est un conflit dissymétrique, c’est-à-dire un conflit armé qui oppose des forces régulières ne disposant pas de capacités opérationnelles équivalentes.

C’est un désastre économique pour ce pays déjà en difficulté. Il ne survit que grâce au programme de l’ONU « Pétrole contre nourriture ».

Conçu comme temporaire, le programme « Pétrole contre nourriture » vise à satisfaire les besoins alimentaires de l’Irak après la guerre du Golfe. Il fonctionne de 1996 à 2003. Il permet au pays vaincu de vendre son pétrole en échange de nourriture, de médicaments et de biens essentiels sous la supervision de l’ONU.

Saddam Hussein reste au pouvoir, mais est soumis au contrôle des inspecteurs en armement de l’ONU. L’opération est une réussite pour l’ONU : l’agression irakienne avait été unanimement condamnée (résolution 660), le recours à la force avait été décidé sans veto des « deux Grands » (URSS et États-Unis). C’est une victoire du multilatéralisme.

Le multilatéralisme est un système de relations internationales qui privilégie les négociations et les rapports entre plusieurs pays. Il s’oppose à l’unilatéralisme (action d’un seul État) et au bilatéralisme (relations entre deux États).
2. La deuxième guerre du Golfe : un conflit qui divise les puissances occidentales
a. Les motivations américaines

L’intervention des États-Unis en Irak ne doit pas être détachée du contexte plus global de la politique américaine. Les attentats du 11 septembre 2001 ont conduit le président Bush à déclarer la « guerre au terrorisme ». La deuxième guerre du Golfe, ou guerre d’Irak, débute officiellement le 20 mars 2003. Une coalition menée par les États-Unis de Georges W. Bush envahit l’Irak de Saddam Hussein.

Il s’agit, pour l’État major américain, de mener une « guerre préventive ».

Le concept de guerre préventive consiste à initier une guerre avec la croyance qu'un conflit futur est inévitable. Elle aurait pour but d’attaquer stratégiquement un ennemi avant que l'autre ait une chance de dominer. Ce concept est fortement discuté et de nombreux juristes des relations internationales questionnent (voire contestent) sa légalité.

En effet, en septembre 2002, Georges W. Bush avait indiqué détenir la preuve que l’État irakien détenait des armes de destruction massives. La guerre est déclenchée sans le vote du Conseil de Sécurité de l’ONU. Les États-Unis veulent éviter de s’exposer au veto de plusieurs membres du Conseil de Sécurité, dont celui de la France.

Remarque
Le discours du ministre de Villepin devant l’ONU, en février 2003, conteste les preuves américaines.
b. Une guerre asymétrique qui déstabilise le pays

Les combats cessent officiellement le 1er mai 2003. Cependant, la coalition reste engagée sur place en raison de la déstructuration de l’État irakien. Elle y mène une guerre asymétrique qui tourne à la guérilla et à la guerre civile.

Une guerre asymétrique est une guerre qui oppose la force régulière d'un État à des combattants matériellement insignifiants, qui se servent des points faibles de l'adversaire pour parvenir à leur but souvent politique ou religieux.

Le régime irakien du parti Baas est renversé. Saddam Hussein et ses alliés sont traqués.

Remarque
Arrêté dans une cave par l’armée américaine, Saddam Hussein est jugé par un Tribunal spécial et est pendu en décembre 2006.

L’intervention américaine fait s’effondrer les structures politiques irakiennes. Elle provoque un conflit confessionnel et politique entre des acteurs multiples :

  • armée islamique en Irak, d’obédience sunnite ;
  • « résistance» des forces baasistes (mouvement panarabe) ;
  • djihadistes d’Al-Qaïda en Irak ;
  • diverses milices chiites comme l’Armée du Mahdi.
Le panarabisme est un mouvement politique et idéologique qui vise à unifier les peuples arabes. Le parti Baas, auquel appartenait Saddam Hussein, a été fondé en 1947.
Le sunnisme et le chiisme sont les deux principales branches de la religion musulmane.

L’Irak subit alors des vagues d’attentats terroristes.

Remarque
En 2006, la première guerre civile irakienne entre sunnites et chiites débute avec l’attentat contre le sanctuaire Al-Askari à Samarra, lieu saint du chiisme.

Les forces djihadistes profitent de cet effondrement de l’État en Irak. En 2006, Al-Qaïda se structure et forme le Conseil consultatif des moudjahidines en Irak, qui proclame alors l’État islamique d’Irak (Daesh).

Daesh (ou « État islamique ») est une organisation terroriste d’idéologie salafiste. Elle proclame l’instauration d’un califat en juin 2014, qui évolue en proto-État en Irak en Syrie.

En 2008, les forces chiites prennent le contrôle de Bagdad et en chassent la population sunnite. À partir de 2009, les forces américaines se désengagent progressivement, tout en finançant des milices sunnites engagées contre Daesh. Ce retrait s’achève en 2011, après plus de huit ans de présence sur le sol irakien.

Évalue ce cours !

 

Découvrez le soutien scolaire en ligne avec myMaxicours

Le service propose une plateforme de contenus interactifs, ludiques et variés pour les élèves du CP à la Terminale. Nous proposons des univers adaptés aux tranches d'âge afin de favoriser la concentration, encourager et motiver quel que soit le niveau. Nous souhaitons que chacun se sente bien pour apprendre et progresser en toute sérénité ! 

Fiches de cours les plus recherchées

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Histoire et mémoire, histoire et justice

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Un débat historique et ses implications politiques : les causes de la Première Guerre mondiale

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Mémoires et histoire d'un conflit : la guerre d'Algérie

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

La justice à l'échelle locale : les tribunaux gacaca face au génocide des Tutsis

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

La construction d'une justice pénale internationale face aux crimes de masse : le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY)

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Lieux de mémoire du génocide des Juifs et des Tsiganes

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Juger les crimes nazis après Nuremberg

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Qu'est-ce que le patrimoine ?

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Réaménager la mémoire : Les usages de Versailles de l'Empire à nos jours

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Conflits de patrimoine : les frises du Parthénon depuis le XIXe siècle