Le système concentrationnaire - Cours d'Histoire Terminale pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le système concentrationnaire

1. Une idéologie raciste, antisémite et xénophobe à la base du système concentrationnaire
a. Les fondements de l'idéologie
C'est durant son emprisonnement suite au putsch manqué de 1923, qu'Adolf Hitler rédige Mein Kampf. Il y développe ce qui va devenir la base de l'idéologie du régime nazi. Elle repose avant tout sur l'exaltation du nationalisme allemand, que l'on appelle le pangermanisme.

Dans le contexte des années 1920, où l'Allemagne vit des heures difficiles sur les plans politique, économique, social et diplomatique, Hitler oppose la pureté aryenne à l'« impureté » des « races » dites « inférieures ». Slaves, Juifs, etc. sont des boucs émissaires, considérés comme responsables de ce qu'il estime être le déclin de l'Allemagne.

Hitler voit dans l'isolement concentrationnaire de ces « races inférieures » une solution pour restaurer la « pureté » germanique, et ainsi redonner à l'Allemagne la prééminence européenne.
b. La mise en œuvre de l'idéologie nazie
Dès son arrivée au pouvoir, en janvier 1933, Adolf Hitler s'attache à mettre en œuvre son idéologie. Ainsi, lors de la tristement célèbre « Nuit de cristal », des milliers de vitrines de magasins juifs sont détruites et des dizaines de milliers de livres juifs sont brûlés dans de gigantesques autodafés. Par ailleurs, les lois de Nuremberg restreignent progressivement, puis anéantissent les droits civiques, sociaux et politiques de juifs.

Dans l'ensemble de l'Europe conquise par l'Allemagne, cette politique raciste, antisémite et xénophobe est mise en œuvre. S'appuyant parfois sur un fond antisémite traditionnel (comme en Pologne ou en France), les autorités allemandes obtiennent ainsi des autorités des pays conquis d'abord qu'elles leur livrent les Juifs allemands réfugiés avant le déclenchement du conflit puis la mise en œuvre de mesures d'exclusion des « races inférieures ».

Ainsi, en France, le régime de Vichy se complaît à mettre en place un statut anti-Juif qui restreint fortement les droits civiques, sociaux et politiques des Juifs. En Pologne, l'exclusion est d'abord mise en œuvre par la fermeture des ghettos, à commencer par celui de Varsovie. Partout se répandent les signes distinctifs de l'exclusion dont la célèbre étoile jaune, signalant un individu juif. Plus tard viennent les premières mesures de déportation.
2. Une extermination méthodique
a. La diversité de l'univers concentrationnaire
C'est en mars 1933 qu'est ouvert à Dachau le premier camp de concentration. D'abord destiné aux opposants politiques, au premier rang desquels les communistes allemands, Dachau va très vite accueillir Juifs, Tziganes, etc.

Très vite aussi, les nazis créent d'autres camps de concentration. Au total, avec Dachau, ce sont sept camps qui sont créés sur le territoire allemand : Dachau, Bergen-Belsen, Buchenwald, Dora, Flossenburg, Neuegamme, Sachsenhausen et Ravensbrück.

Cinq autres sont créés dans les territoires conquis : deux en Pologne (Stutthof et Gross-Rosen), un en France (Natzwiller-Struthof), un en Autriche (Mauthausen) et un en Tchécoslovaquie (Thererienstadt). Ils reçoivent différentes catégories de détenus reconnaissables au triangle cousu sur leur vêtement : jaune pour les Juifs, rose pour les homosexuels, violet pour les témoins de Jéhovah, vert pour les droits communs, rouge pour les prisonniers politiques et les résistants, noir pour les asociaux.

Ces camps de concentration ne sont pas des camps d'extermination. Mais les conditions de vie, le travail forcé et la dureté des gardiens SS en font des camps de la mort lente. Y sont également souvent menées des « expériences médicales » les plus répugnantes qui mènent à la mort des dizaines de milliers de personnes.
b. La Solution finale
Le 7 décembre 1941, les autorités du Reich promulguent le décret Nacht und Nebel, du nom d'un passage d'un opéra de Wagner. La formule désigne le sort qui attend les déportés destinés – selon la formule-même du décret – à « disparaître dans la Nuit et le Brouillard ». C'est le premier pas d'une politique d'extermination systématique et méthodique. C'est à la conférence de Wannsee, en janvier 1942, qu'est décidée la mise en œuvre de la « Solution finale », c'est-à-dire l'extermination planifiée des Juifs européens ainsi que des autres catégories de « races inférieures ».

A cette fin, quatre camps d'extermination sont installés (Sobibor, Treblinka, Belzec, Chelmno) tandis que deux camps de concentration (Auschwitz-Birkenau et Lublin-Maidanek) sont aménagés en camps d'extermination. Equipés de chambres à gaz et de fours crématoires destinés à la destruction des cadavres, ces camps vont être la dernière destination de 5,1 à 5,9 millions de personnes.

Au total, on estime que 11 millions de personnes sont mortes de la politique d'extermination nazie.

Les camps de concentration et d'extermination en 1943
L'essentiel

Le nazisme est, à la base, une idéologie raciste, antisémite et xénophobe. Ces caractères conduisent les responsables allemands à la mise en œuvre d'un système concentrationnaire qui débouche rapidement sur une extermination systématique, méthodique et planifiée des populations concernées. Ce système est la cause de la disparition de 11 millions de personnes.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents