La diversité des Résistances - Cours d'Histoire avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La diversité des Résistances

1. À l'extérieur : une Résistance armée
a. Le rôle de De Gaulle
Brièvement sous-secrétaire d'État dans le dernier gouvernement de la IIIe République, Charles De Gaulle est devenu la figure emblématique de la Résistance qu'il a fini par incarner véritablement. Pourtant, en juin 1940, envoyé à Londres par Paul Reynaud, il est loin des lieux du pouvoir français lorsque se décide la demande d'armistice.

C'est par un véritable refus spontané de l'armistice que De Gaulle se lance dans la Résistance. En effet, lorsqu'il apprend, le 17 juin, l'annonce de la demande par Pétain de l'armistice, De Gaulle fait le siège de Churchill pour obtenir de lui un temps d'antenne à la BBC afin d'inviter les Français à poursuivre le combat. Convaincu, Churchill accepte.

Le 18 juin, De Gaulle lance l'appel devenu – depuis – célèbre. Invitant les Français à le rejoindre à Londres pour former un embryon d'armée, De Gaulle regroupe progressivement autour de lui ceux qui se donnent le nom de Français libres, formant une véritable armée qui combat par la suite aux côtés des Britanniques.
 
Doc. 1. L'appel du 18 juin 1940
b. Le refus de l'armistice
Ce qui caractérise la Résistance extérieure, qui se regroupe progressivement autour de De Gaulle, malgré les grandes différences entre ceux qui la composent, c'est un commun refus de l'armistice et la volonté de poursuivre le combat. Qu'ils soient originaires de la droite ou de la gauche, qu'ils s'appellent Jean Moulin ou Pierre Mendès France, les hommes de la France libre rejettent tous en bloc l'armistice de juin 1940. Très vite, ils tentent de rallier à eux les colonies sur cette base de la poursuite du combat.

C'est le cas, à l'automne 1940, des colonies de l'AEF (Afrique Équatoriale Française ), suivies par d'autres morceaux épars de l'Empire français, donnant à la France libre à la fois une légitimité politique et de timides moyens humains et matériels pour cette poursuite du combat.
C'est ainsi que la célèbre 2e DB, commandée par le général Leclerc, qui – en août 1944 – libère Paris, débute son combat au Tchad.
2. À l'intérieur, des mouvements épars
a. En zone libre : une action politique au départ
La convention d'armistice de juin 1940 prévoyait le maintien d'une zone libre, soumise à l'autorité politique du gouvernement installé à Vichy. Dans cette zone, les modalités de Résistance étaient très différentes de celles de la zone occupée. Au départ en effet, les résistants de la zone libre, qui n'étaient pas - sauf exception - confrontés à la présence allemande se sont surtout attachés à insuffler l'esprit de résistance au gouvernement de Vichy et à lutter contre la collaboration d'État qui se mettait en place.

Ainsi, certains résistants de la première heure ont parfois sincèrement cru que le rejet de Vichy constituerait une erreur stratégique et qu'il convenait de composer avec ce régime anti-républicain puisque l'ennemi était l'Allemagne nazie et non pas Vichy. Très vite, la plupart de ceux-ci comprirent leur erreur et rejoignirent les rangs de l'action armée. Ce mouvement fut d'ailleurs facilité par l'entrée des troupes allemandes dans la zone libre après le débarquement des troupes alliées en Afrique du Nord.

On trouve dans ce courant nombre de gens qui, après 1941 (invasion de la zone libre) ou plus tardivement (1943), se lancent dans la Résistance. Le plus emblématique de ces personnages fut un certain François Mitterrand.
b. En zone occupée : une action militaire
En zone occupée, ceux qui veulent résister sont directement confrontés à la présence allemande, notamment dans ses aspects répressifs. Aussi leur Résistance est-elle moins politique et plus directement tournée contre l'ennemi. Au départ, faute de moyens et surtout de concertation, les initiatives sont essentiellement des actions de propagande fondées notamment sur le développement d'une presse clandestine.

Progressivement se mettent en place des actions d'aide aux prisonniers de guerre évadés d'Allemagne et de la collecte de renseignements à destination de l'armée britannique. Puis, à partir de 1941 et de l'entrée du PCF en résistance, se pose la question de l'action armée contre les troupes occupantes. Rejetée au départ par de nombreux résistants, cette action armée – sous forme d'attentats contre les militaires allemands et sous forme de sabotage – devient finalement une arme efficace contre l'occupant.
 
Doc. 2. Des résistants en pleine action armée

 

L'essentiel
Jamais la Résistance, pas plus que la collaboration, n'a rassemblé une majorité de Français. Au contraire, elle fut, au départ, réduite à quelques individualités d'origines diverses et envisageant leur résistance de façon très variée également. Tous ces Français ont pourtant un point commun : le refus de l'armistice de juin 1940.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents