Le Joueur d'échecs : les rôles de l'aveu et des confidences - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le Joueur d'échecs : les rôles de l'aveu et des confidences

Toutes les références renvoient à l'édition du Livre de Poche n° 7309.

On trouve, dans la nouvelle, différents types d'aveux ou de confidences. Il est donc souhaitable et profitable d'en faire l'inventaire préalablement à toute réflexion.

1. L'inventaire
a. L'aveu

Il faut tout d'abord noter le caractère contraint ou exigé de l'aveu qui est donc une déclaration provoquée sous la pression physique ou psychologique d'un tiers. Cette définition préalable nécessaire permet de restreindre le champ d'investigation de la réflexion et de constater que, dans la nouvelle de Zweig, il n'y a guère d'aveux mais presque uniquement des confidences.

Néanmoins, ces aveux, bien qu'inexistants, sont au centre de la nouvelle. En effet, ils sont l'objectif essentiel des nazis qui arrêtent et emprisonnent le docteur B… Leur intention initiale est d'obtenir de B. des aveux concernant ses activités anti-nazies. Le docteur B. lui-même les mentionne en confidence au narrateur :
« durant toutes ces années, de très importants documents et le courrier secret de la maison impériale passaient presque sans exception par l'insignifiante étude que nous avions » (p. 46).
Ces aveux recherchés sont donc ce qui fait basculer la vie de B.

b. Les confidences

On compte deux principales confidences : celle de Czentovic et celle de B. On admet donc que du point de vue narratologique la notion de confidence soit confondue avec celle de récit enchâssé et qu'ainsi, par exemple, le récit de la vie de Czentovic soit considéré comme une confidence et pas seulement le récit du docteur B.

  • Cette première confidence de la vie de Czentovic est en réalité faite par l'ami du narrateur (p. 11) et, en définitive, on ne sait trop qui est son véritable émetteur. Les détails sont trop nombreux et précis pour que, comme l'écrit Zweig, seul l'ami du narrateur ait « conté quelques traits caractéristiques de la puérile insuffisance de Czentovic » (p. 20). Cette ambiguïté de la narration permet de placer réellement cette nouvelle sous la double égide de l'aveu et de la confidence, et rend cette question encore plus centrale.
  • Plus limpide est la seconde confidence : celle de B. au narrateur. Celui-ci lui conte en effet sa détention dans une prison nazie et sa rencontre providentielle avec le jeu d'échecs. B. en donne un avant-goût :
    « C'est une histoire assez compliquée, et qui pourrait tout au plus servir d'illustration à la charmante et grandiose époque où nous vivons. Si vous avez la patience de m'écouter une demi-heure… » (p. 44).
  • Cette confidence compose donc ce qu'il est convenu d'appeler le second récit enchâssé ; elle se poursuit jusqu'à la page 80 :
    « Vous comprenez maintenant pourquoi je me suis comporté de façon si incongrue, et sans doute incompréhensible, envers vos amis » (p. 80).
    Son objectif est clair : expliquer sa conduite et son rapport fanatique aux échecs.

Pour le lecteur, le statut de la confidence se clarifie alors, il s'agit tout simplement de faire avancer la fiction et de faire davantage connaissance avec le personnage principal de la nouvelle.

c. Conclusion
Ainsi mise en lumière, la différence de nature entre l'aveu et la confidence permet de montrer que, du point de vue narratologique, le rôle essentiel de ces deux éléments est de faire avancer la fiction et aussi d'entrer dans l'intimité du personnage.
2. Le rôle psychanalytique du narrateur

Le narrateur est finalement celui qui déclenche la parole et en cela son rôle psychanalytique est indéniable.
A deux reprises, la confidence de B. est en effet interrompue par des interventions du narrateur : pages 49 et 69. La première interruption permet au narrateur de mettre en évidence le mal-être du confident :
« A la vive lueur de la flamme, je remarquai qu'un tic nerveux, qui m'avait déjà frappé auparavant, en tordait le coin droit et revenait toutes les quelques minutes. […] il donnait à tout son visage une expression étrangement inquiète » (p. 49).

La seconde interruption voit le même phénomène se reproduire :
« De nouveau, au coin gauche de sa bouche, reparut l'étrange crispation qu'il ne pouvait réprimer » (p. 69-70).
Ici, ce qui frappe, c'est qu'à la confidence rationnelle de B. se mêle l'aveu -par le biais des tics nerveux- d'une véritable folie mentale, celle-là même qui s'empare de lui lors de l'ultime partie. Cet aveu n'échappe pas au narrateur qui se trouve alors en position de gardien-protecteur de B.

3. L'ultime confidence

Le rôle fondamental de l'aveu et de la confidence invite à une relecture de l'ensemble de la nouvelle qui peut alors se lire comme l'ultime confidence de l'auteur. Cette position originale permet de prendre en compte, avec l'importance nécessaire, la dimension testamentaire de l'œuvre ainsi que son message humaniste. La confidence permet alors d'entrer dans le sens profond de l'œuvre de Zweig, hymne au respect de l'autre et à la liberté.

L'essentiel

Non seulement l'aveu et la confidence structurent l'œuvre et permettent à l'histoire d'avancer, mais ils sont aussi un moyen privilégié pour le lecteur de rentrer dans l'intimité du personnage.
Enfin, ils invitent à reconsidérer l'ensemble de la nouvelle comme l'ultime témoignage que Zweig laisse à la mémoire collective. Dans ce cadre, la nouvelle est à la fois une confidence librement consentie de l'auteur qui nous raconte une histoire, et aussi un aveu puisque toute lecture est personnelle et qu'une telle œuvre invite à d'infinies relectures qui supposent des aveux infinis.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents