La structure de la phrase - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La structure de la phrase

Objectif : connaître les outils de la langue.
La phrase est délimitée par la ponctuation et constitue à la fois une unité syntaxique, une unité mélodique et une unité de sens.
Dans la langue française, les phrases verbales sont les plus courantes, elles s'articulent autour d'un verbe conjugué.

Ex. : « Alors on vit un spectacle formidable. »
(V. Hugo, Les Misérables, 1862)

Certaines phrases qui ne comportent pas de verbe conjugué, mettent en relief un nom ou groupe nominal (phrase nominale), un adjectif (phrase adjectivale) ou un adverbe (phrase adverbiale).

Ex. : « Bouleversement de toute ma personne. »
(M. Proust, Sodome et Gomorrhe, 1921)

1. La phrase simple
La phrase simple est constituée d'une seule proposition composée au minimum d'un groupe sujet et d'un groupe verbal. Elle est indépendante.

Ex. : « sous eux le flot, aveugle, dirigeait le combat ».
(V. Hugo, Quatre-vingt-treize, 1874)

2. La phrase complexe
La phrase complexe est composée de plusieurs propositions qui entretiennent des degrés de dépendance différents selon le type de relation qui les relie.
a. La phrase complexe par coordination ou juxtaposition
Dans ce cas, les propositions sont indépendantes les unes des autres.

Mises sur le même plan, elles peuvent être reliées par une conjonction ou un adverbe de coordination :

Ex. : « Père soupire et son soupir emporte un mince petit filet de fumée. »
(J. Giono, Un roi sans divertissement, 1947) ;

ou simplement juxtaposées et séparées par un signe de ponctuation (une virgule le plus souvent) :

Ex. : « On criait, on courait, beaucoup tombaient. »
(V. Hugo, Quatre-vingt-treize, 1874)

b. La phrase complexe par subordination
Dans ce cas, les propositions subordonnées dépendent d'une proposition principale. On distingue plusieurs types de propositions subordonnées selon le type de relation qu'elles entretiennent avec la principale : subordonnées complétives, subordonnées circonstancielles, subordonnées relatives.

Ex. : « Elle savait [que l'hiver était fini] [quand elle entendait le bruit de l'eau]. »
(J.M.G Le Clézio, Etoile errante, 1992)

3. La période
Il s'agit d'une phrase complexe très développée, avec clarté et harmonie, dont la structure et le rythme mettent en évidence la succession et l'enchaînement des idées. Elle se décompose en deux phases : la première, phase montante, est appelée protase et fait attendre la principale qui est le point culminant de la phrase ; la deuxième, phase descendante jusqu'au point conclusif, est appelée apodose.

Ex. : « [Celui qui règne dans les cieux et de qui relèvent tous les empires, à qui seul appartient la gloire, la majesté et l'indépendance, est aussi le seul] [qui se glorifie de faire la loi aux rois et de leur donner, quand il lui plaît, de grandes et de terribles leçons]. »
(Bossuet, Oraison funèbre d'Henriette de France, 1669).

4. Le rythme de la phrase
Les phrases, par leur longueur ou leur brièveté, par les balancements, les ruptures, les reprises, ont un rythme propre qui contribue à l'expressivité du texte.
a. Le rythme binaire
La phrase est composée de groupes de mots de même nature qui vont par deux.

Ex. : « On le visait sans cesse, on le ratait toujours. »
(V. Hugo, Les Misérables, 1862)

b. Le rythme ternaire
La phrase est composée de groupes de mots de même nature qui vont par trois.

Ex. : « Ce n'était pas un enfant, ce n'était pas un homme ; c'était un étrange gamin fée. »
(V. Hugo, Les Misérables, 1862)

c. L'accumulation
La phrase contient une longue énumération de mots de même nature qui produit un effet d'abondance désordonnée.

Ex. : « Il se couchait, puis se redressait, s'effaçait dans un coin de porte, puis bondissait, disparaissait, reparaissait, se sauvait, revenait, ripostait à la mitraille par des pieds de nez... »
(V. Hugo, Les Misérables, 1862)

d. La dislocation
L'ordre habituel des mots de la phrase peut être modifié afin d'extraire un mot, une expression, une proposition que l'on déplace au début ou à la fin de la phrase.

Ex. : « Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray [...] ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. »
(M. Proust, Du côté de chez Swann, 1913)

L'essentiel

Une phrase est généralement articulée autour d'un verbe conjugué (phrase verbale), plus rarement autour d'un nom (phrase nominale), d'un adjectif (phrase adjectivale) ou d'un adverbe (phrase adverbiale).
On distingue la phrase simple composée d'une seule proposition, de la phrase complexe composée de plusieurs propositions coordonnées, juxtaposées ou subordonnées.
Les différentes structures de la phrase, par leur rythme, contribuent à la qualité expressive d'un texte.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents