L'impact des mutations du travail sur l'emploi - Maxicours

L'impact des mutations du travail sur l'emploi

Objectifs
  • Caractériser les mutations du travail.
  • Expliquer les effets positifs et négatifs de l’évolution des formes de l’organisation du travail sur les conditions de travail.
Points clés
  • La polarisation de l’emploi est le résultat d’une segmentation du marché avec l’accroissement de la proportion des emplois à haut et à bas salaires au détriment des emploi intermédiaires.
  • Le statut de l’emploi définit le type d’emploi occupé selon l'existence ou pas d’un contrat de travail salarié et d’une subordination entre employeur et employé.
  • La qualité de l’emploi représente l’ensemble des caractéristiques de l’emploi qui ont des effets sur le bien-être des travailleurs.
  • Les conditions de travail sont les caractéristiques du travail tel qu’il est perçu par les travailleurs en termes de contraintes et de risques.
  • La précarité est une forte incertitude de conserver ou récupérer une situation économique et sociale acceptable dans un avenir proche.
Pour bien comprendre
  • Un emploi est un poste occupé pour exercer une activité professionnelle rémunérée et déclarée permettant d’acquérir un statut, un revenu et une protection sociale. Le numérique désigne l’ensemble des terminaux (ordinateurs, téléphones, etc.), des logiciels et applications ainsi que la mise en réseaux des données (internet, intranet, plateformes, etc.) associés aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).
  • Le télétravail est une activité rémunérée exercée à distance grâce aux technologies de l’information et de la communication.
  • L’ubérisation de l’économie désigne la remise en cause du modèle économique d’une entreprise ou d’un secteur d’activité par l’arrivée d’un nouvel acteur proposant les mêmes services à des prix moindres, effectués par des indépendants plutôt que des salariés, le plus souvent via des plates-formes de réservation sur Internet.
1. Les mutations du marché du travail

Depuis cinquante ans le marché du travail s’est transformé à travers l’impact des mutations économiques et sociales de notre société influencée par le progrès technique.

Tout d’abord, l'emploi s'est beaucoup féminisé. C'est le résultat de la nécessité d'un double salaire à l'ère de la consommation de masse, de la marchandisation des tâches domestiques qui a été la clé de l'accès aux femmes à des postes plus élevés mais aussi de la volonté d'une plus forte reconnaissance sociale des femmes et de leur plus forte autonomie financière.

Ensuite, la féminisation va de pair avec un deuxième bouleversement : la montée de la tertiarisation des emplois due à la désindustrialisation de la France et au recours croissant à l'externalisation. Il y a donc aussi un effet sectoriel dans la féminisation de l'emploi, les postes se créant massivement dans les secteurs les plus riches en emplois féminins.

Une autre transformation majeure concerne le statut de l'emploi avec une grande rupture : celle de la montée du salariat. La salarisation n’a cessé d’évoluer jusque dans les années 2000 pour atteindre plus 90 % de l'emploi total. Il y a eu un changement de tendance à partir de 2003 : la part du salariat stagne puis se réduit légèrement, elle s’élève à 88 % en 2018. C'est la conséquence de l'épuisement de la baisse de l'emploi indépendant traditionnel (agriculteurs, artisans, commerçants) mais aussi des nouvelles modalités de travail indépendant ultra-flexible (avec notamment la création du statut d'auto entrepreneur en 2008 ou encore l’arrivée du télétravail le plus souvent en sous-traitance des entreprises).

Par ailleurs, l'élévation du niveau général de formation de la population grâce aux politiques publiques a aussi transformé la structure de l’emploi tout comme son organisation.

Enfin, la numérisation et l’ubérisation de l’économie ont eu pour conséquence de créer de nouveaux secteurs d’activités mais aussi de nouvelles formes de travail et d’organisation du travail avec de types de managements et de relations sociales.

L’ubérisation de l’économie désigne la remise en cause du modèle économique d’une entreprise ou d’un secteur d’activité par l’arrivée d’un nouvel acteur proposant les mêmes services à des prix moindres, effectués par des indépendants plutôt que des salariés, le plus souvent via des plates-formes de réservation sur Internet.

Ainsi, ces transformations de l’emploi vont avoir des conséquences sur le statut de l’emploi mais aussi sur les conditions et la qualité du travail.

2. Leurs conséquences sur l’emploi

Les mutations de l’emploi ont eu des conséquences sur les formes et le statut de l’emploi, mais aussi sur les conditions et la qualité du travail. Elles sont la cause de la segmentation du marché du travail.

Tout d’abord ces changements ont induit des phénomènes de segmentation, voire de polarisation de l’emploi. La salarisation a provoqué une première division entre les salariés jouissant davantage de protection sociale et les indépendants qui en sont souvent dépourvus comme l’assurance chômage ou moins bien pris en charge comme les retraites.

Ensuite, le statut de l’emploi segmente lui aussi le marché. D’un côté il y a les individus qui ont un emploi stable grâce à un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) et de l’autre, les personnes qui n’ont pas de revenus garantis à long terme car employés en contrats à durée déterminée (CDD) ou bien encore en intérim. À savoir, 84 % des salariés sont en CDI contre 16 % de travailleurs temporaires. De plus, le temps de travail segmente aussi l’emploi. En effet, 82 % des emplois sont à temps complet contre 18 % à temps partiel, qui peut parfois être subi (surtout pour les femmes).

De ce fait, il apparaît que l’emploi est découpé entre deux formes d’emplois : les emplois typiques pour les personnes en CDI et à temps complet, et les emplois atypiques pour les emplois en CDD et à temps partiel. Les premiers bénéficient d’une revenu stable et garanti à long terme, tandis que les deuxièmes sont en situation de précarité.

La précarisation du salariat est une autre tendance forte. C'est d'abord la montée du temps partiel subi plutôt que choisi mais aussi la hausse des contrats précaires comme l'intérim, les CDD, les stages. Mais l'évolution la plus importante est l'augmentation du turnover.

Le turnover est le taux de renouvellement du personnel dans une entreprise, signe d’une grande instabilité pour les employés et l’entreprise.

Cette précarisation est aussi un conséquence directe de l’ubérisation de l’emploi qui tire les rémunérations vers le bas en mettant en concurrence les travailleurs et en offrant peu de protection sociale.

Toutes ces transformations ont donc abouti à une polarisation de l’emploi entre les hauts salaires et les bas salaires, réduisant les salaires intermédiaires, mais surtout augmentant les inégalités entre travailleurs.

Ces inégalités vont aussi bien porter sur les salaires que sur les conditions de travail, qui vont être perçues différemment entre les salariés. De manière plus générale, cette mutation de l’emploi aboutit aussi à des inégalités dans la qualité de l’emploi puisque tous les travailleurs n’ont pas le mêmes conditions, le même temps de travail ni la même protection de l’emploi.

 

 

En conclusion, les grandes mutations de l’emploi : féminisation, tertiarisation, hausse des qualifications, salarisation, numérisation et ubérisation de l’emploi ont pour conséquences de segmenter la population active et de faire ressortir les inégalités. De plus, toutes ces transformations ont certainement eu un impact sur la société du fait du rôle intégrateur du travail.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent