L'Éducation nationale de Condorcet à nos jours - Maxicours

L'Éducation nationale de Condorcet à nos jours

Objectifs
  • Connaître l’histoire de l'institution scolaire en France.
Points clés
  • Le service d’enseignement primaire public, laïc, obligatoire et gratuit est institué le 28 mars 1882.
  • Au fil du temps, l'instruction se démocratise.
Pour bien comprendre
  • L’éducation des femmes
  • Éducation et instruction
1. Origine et histoire
a. Principes fondateurs

Dans la continuité des Lumières, et de la Révolution française, dont la Constitution de 1791 proposait qu’il soit « créé et organisé une instruction publique commune à tous les citoyens », Condorcet propose en 1792 à l’Assemblée nationale législative un projet d’instruction publique.

Il écrit notamment dans son rapport : « Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à la raison seule, qui recevront leurs opinions d’une opinion étrangère, en vain toutes les chaînes auraient été brisées, en vain ces opinions de commande seraient d’utiles vérités ; le genre humain n’en resterait pas moins partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celle des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves. »

En effet, selon Condorcet, l’égalité entre les hommes doit être accompagnée d’une égalité d’instruction qui permette à chaque homme de se libérer du despotisme, qui repose selon lui principalement sur l’ignorance de ceux qui sont assujettis. Il propose ainsi que l’instruction nationale que la Nation se donne pour but d’ « offrir à tous les individus de l'espèce humaine les moyens de pourvoir à leurs besoins, d'assurer leur bien-être, de connaître et d'exercer leurs droits, d'entendre et de remplir leurs devoirs ; assurer à chacun d'eux la facilité de perfectionner son industrie, de se rendre capable des fonctions sociales auxquelles il a droit d'être appelé, de développer toute l'étendue des talents qu'il a reçus de la nature, et par là, établir entre les citoyens une égalité de fait, et rendre réelle l'égalité politique reconnue par la loi. »

b. L'institution

Il faudra cependant attendre la Restauration, en 1828, pour que la Commission de l'Instruction publique devienne un ministère à part entière, appelé ministère de l’Instruction publique. Et le 28 juin 1833 pour que François Guizot, ministre de l’Instruction publique sous Louis-Philippe, fasse voter une première loi relative à l’enseignement primaire. La loi Guizot instaure l’obligation pour les communes de plus de 500 habitants de disposer d’une école primaire pour les garçons, et la possibilité que l’enseignement soit gratuit pour les enfants des familles qui n’auraient pas les moyens de payer les frais liés à la scolarisation de leurs enfants.

La loi qui marque l’instauration d’un service d’enseignement primaire public, laïc, obligatoire et gratuit est celle du 28 mars 1882, proposée par Jules Ferry. Cette loi change la donne en supprimant toute éducation religieuse et en la remplaçant par l’instruction morale et civique. En 1932, le gouvernement d'Édouard Herriot décide de rebaptiser l'instruction publique, « Éducation nationale », ministère que nous connaissons aussi sous cette appellation actuellement.

2. Une démocratie très progressive
a. Les filles et les garçons

Les débats sur l’éducation des filles sont restés longtemps conditionnés à leur statut dans la société, statut essentiellement de future femme mariée et de mère.

Exemple :
Rousseau, dans son célèbre traité Emile ou de l'Éducation recommande d’éduquer Sophie (une élève fictive, équivalent féminin d’Emile) en vue de devenir l’épouse idéale d’Emile, ce qui circonscrit son éducation.

À l’inverse à la fin du XVIIIe siècle, lors de la Révolution française, Condorcet prône dans ses Mémoires sur l’instruction publique (1791) la même éducation pour les filles et les garçons. Il réclame aussi des classes mixtes. Il est aussi persuadé que les femmes doivent devenir des citoyennes, au même titre que les hommes, et que donc leur éducation ne doit pas se limiter à celle d’une future épouse ou mère.

Malheureusement, les idées de Condorcet à ce sujet ne sont pas appliquées et tout au long du XIXe siècle, les filles et les garçons ne vont pas aux mêmes écoles. Il y a moins d’écoles pour les filles que les garçons et leurs programmes ne sont pas les mêmes : on apprend encore les travaux d’aiguille pour les jeunes filles. Il faut attendre 1867 pour la création d’un enseignement primaire national pour les filles. Et 1924 pour que les programmes d’enseignement des garçons et des filles deviennent identiques et que le baccalauréat à la fin des études secondaires soit ouvert aux filles aussi.

Enfin, c’est seulement après la Seconde Guerre mondiale qu’est mise en place très progressivement la mixité dans les établissements d’enseignement public.

b. L'école des notables et l'école du peuple

Un autre aspect de la démocratisation de l’enseignement public est celui de l’accessibilité du même service d’éducation gratuit pour tous les enfants, quel que soit leur milieu d’origine.
En effet, le système éducatif mis en place tout au long du XIXe siècle reste profondément inégalitaire, car deux systèmes coexistent : une école primaire gratuite qui prépare au certificat d’études qui marquait la fin des études primaires et qu’on passait entre 11 et 13 ans, mais sans ouvrir vers le secondaire, et une école ouverte aux enfants de notables qui menait jusqu’au baccalauréat. Il y a peu de passerelles entre le système gratuit ouvert à tous et les voies d’excellence, du secondaire à l’université.

Ainsi, après la Seconde Guerre mondiale, et malgré le plan Langevin-Wallon qui prône l’élévation du niveau scolaire de tous et non d’une élite, il n’y a que 15 % d’une classe d’âge qui parvient au bac. Il faut attendre 1968 pour que soit mise en place une vaste réforme allant de la maternelle à l’enseignement supérieur. Le collège unique, tel qu’on le connaît aujourd’hui, voit le jour en 1975.
Enfin, l’objectif de 80% d’une classe d’âge au niveau du bac est porté par la gauche dans les années 1980. De 1982 à 1995, les effectifs des lycées vont doubler. Le bac professionnel est créé en 1985, et permet d’atteindre ce pourcentage au début des années 2000.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Fiches de cours les plus recherchées

Humanité Littérature et Philosophie

L'éducation des femmes

Humanité Littérature et Philosophie

Peut-on devenir soi-même ?

Humanité Littérature et Philosophie

Qu'est-ce que le moi ?

Humanité Littérature et Philosophie

Les territoires de l'inconscient

Humanité Littérature et Philosophie

Société ou individu ?

Humanité Littérature et Philosophie

L'énigme de la folie

Humanité Littérature et Philosophie

Les avant-gardes picturales

Humanité Littérature et Philosophie

De nouveaux médias et arts

Humanité Littérature et Philosophie

Métissages plastiques

Des profs en ligne

  • 6 j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Votre adresse e-mail sera exclusivement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, à travers le lien de désinscription présent dans chaque newsletter. Conformément à la Loi Informatique et Libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, au RGPD n°2016/679 et à la Loi pour une République numérique du 7 octobre 2016, vous disposez du droit d’accès, de rectification, de limitation, d’opposition, de suppression, du droit à la portabilité de vos données, de transmettre des directives sur leur sort en cas de décès. Vous pouvez exercer ces droits en adressant un mail à : contact-donnees@sejer.fr. Vous avez la possibilité de former une réclamation auprès de l’autorité compétente. En savoir plus sur notre politique de confidentialité