L'autorité de l'employeur - Cours de Droit Terminale pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

L'autorité de l'employeur

Objectif(s) :
Quels sont les pouvoirs de l’employeur ?
L’employeur peut-il tout faire, tout décider ?
Le contrat de travail est caractérisé par un lien de subordination entre le salarié et son employeur. Ce dernier dispose de différents pouvoirs. On en dénombre trois : le pouvoir de direction, le pouvoir réglementaire et le pouvoir disciplinaire.
1. Le pouvoir de direction de l’employeur
a. Direction et information
• L’employeur est le responsable de l’activité économique dont il a la charge, qu’il soit chef d’entreprise ou dirigeant d’une société. Ces décisions engagent l’avenir de la structure et sont prises dans l’intérêt de l’entreprise, mais doivent également respecter les droits des salariés.

Exemples : organiser le temps de travail et les modes de production, etc.

• L’employeur a un devoir d’information auprès des instances représentatives du personnel. À ce titre, il devra motiver ses décisions et mettre à la disposition du personnel les documents correspondants.
b. La modification du contrat de travail
• L’employeur peut proposer au salarié une modification de son contrat de travail. Selon qu'il s'agit de la modification du contrat (d'un de ses éléments essentiels) ou d'un simple changement des conditions de travail, le refus du salarié aura des conséquences différentes.
La modification du contrat peut porter sur un élément essentiel de ce contrat (la rémunération, la qualification, et, plus généralement, sur les attributions du salarié, etc).
Elle peut également porter sur un élément du contrat qui pouvait être déterminant pour le salarié lors de la conclusion du contrat, à condition que cela soit stipulé par une clause claire et précise.

Exemples : en cas de passage d'un horaire de jour à un horaire de nuit, de réduction des heures de travail avec perte de rémunération, etc.

• La modification du contrat de travail ne peut pas être imposée par l'employeur, mais seulement proposée. En cas de refus, il appartient à l'employeur, soit de renoncer à modifier le contrat, soit de licencier le salarié. Il doit alors respecter la procédure de licenciement, le préavis et, le cas échéant, verser des indemnités de licenciement.
Il faut noter que la mise en œuvre d’une clause du contrat de travail (clause de mobilité, de changement d’horaire, etc.) n’est pas constitutive d’une modification du contrat si son utilisation n’est pas abusive, c’est-à-dire si elle est utilisée pour les intérêts de l’entreprise et dans un délai de convenance.

- Si la modification n'a pas une cause économique, l’employeur doit informer le salarié de sa proposition de modification et lui laisser un délai de réponse. L'absence de réponse du salarié au terme de ce délai ne vaut pas acceptation. Le salarié peut réagir, même longtemps après la mise en œuvre de la modification.

- Si la modification a une cause économique, l'employeur informe chaque salarié de sa proposition de modification d'un élément essentiel du contrat de travail, par lettre recommandée avec accusé de réception, en précisant au salarié qu'il dispose d'un délai d'un mois pour répondre et faire connaître, éventuellement, son refus. Passé ce délai, il sera réputé avoir accepté la modification et ne pourra plus exprimer son refus.
c. Le changement d’une condition de travail
Le changement des conditions de travail peut être imposé par l'employeur dans le cadre de son pouvoir de direction. Le refus du salarié n'entraîne pas, à lui seul, la rupture du contrat mais constitue une faute professionnelle que l'employeur peut sanctionner, au besoin, par le licenciement.
L'employeur peut éventuellement prononcer un licenciement pour faute grave, sans préavis ni indemnités.

Exemple : la seule diminution des heures de travail, sans réduction de salaire, est assimilée à un simple changement des conditions de travail que le salarié est tenu d'accepter, sauf à commettre une faute professionnelle.
2. Le pouvoir réglementaire de l’employeur
Le règlement intérieur est un document qui fixe certaines règles de comportement dans l'entreprise, relatives à l'hygiène, la sécurité et la discipline. Il est obligatoire dans toute entreprise ou organisme employant habituellement au moins 20 salariés.

- L'élaboration du règlement intérieur se déroule en plusieurs étapes : l'employeur rédige un projet de règlement intérieur qu’il soumet ensuite pour avis aux représentants du personnel.
Attention : en l'absence de consultation des institutions représentatives du personnel, le règlement intérieur ne s'applique pas aux salariés, et l'employeur est passible des sanctions pour délit d'entrave.

- L'employeur doit ensuite transmettre deux exemplaires du règlement intérieur : à l'inspecteur du travail, qui peut en vérifier le contenu et exiger la modification ou la suppression de dispositions qu'il estime illicites, et au greffe du conseil de prud'hommes.

- Enfin, l'affichage du règlement intérieur, à un endroit de l'entreprise accessible à l'ensemble des salariés, est obligatoire. À défaut d'envoi à l'inspecteur du travail ou d'affichage sur le lieu de travail, le règlement intérieur est inopposable aux salariés.

Le règlement intérieur doit être écrit et rédigé en français (quitte à fournir une traduction aux salariés de langue étrangère) et comporter un certain nombre de dispositions.

Exemples : des mesures relatives à la sécurité, comme le fait de porter une tenue de chantier comprenant des vêtements de travail, des gants de manutention et un casque ; des mesures relatives à l'hygiène ; des mesures générales et permanentes relatives à la discipline, comme l'obligation de respecter certains horaires de travail, de respecter le secret professionnel ; des mesures relatives au harcèlement sexuel ou moral.

- Le règlement intérieur ne peut contenir, en revanche, certaines mentions contraires aux lois, règlements, conventions et accords collectifs applicables à l'entreprise, aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives, ni des restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir, ni proportionnées au but recherché.

Exemples : la clause prévoyant l'ouverture du courrier adressé au salarié, celle restreignant le droit pour un salarié de se retirer d'une situation dangereuse, ou encore une clause discriminatoire (c'est-à-dire fonction du sexe, des mœurs, de l'orientation sexuelle, de l'âge, de la situation de famille, ou de l'origine du salarié notamment).
3. Le pouvoir disciplinaire de l’employeur
a. La faute disciplinaire
Dès lors qu’un salarié commet une faute, c’est-à-dire qu’il manque à ses obligations professionnelles, l’employeur peut décider de prendre une sanction disciplinaire. Il n’existe aucune définition générale de la faute disciplinaire. Cependant, le règlement intérieur de chaque entreprise peut décider de quel comportement sera jugé comme constitutif d’une faute susceptible d’être sanctionnée.
Ainsi, le comportement du salarié est fautif dès lors qu’il ne correspond pas à l’exécution normale du contrat de travail. À l’inverse, il ne sera pas fautif si le salarié ne fait qu’exercer un droit dont il dispose (droit de grève, droit d’expression, etc.).
b. Le délai pour agir
• Une fois la faute constatée, l’employeur a deux mois pour la relever et la sanctionner. L’article L 122-44 du Code du travail stipule qu’« aucun fait fautif ne peut donner lieu à lui seul à l’engagement de poursuites disciplinaires au-delà d’un délai de deux mois à compter du jour où l’employeur en a eu connaissance ». À défaut d’avoir agi, l’action sera prescrite. Celle-ci ne pourra être invoquée qu’à l’occasion d’une nouvelle faute. Les termes « toute mesure » de l’article L 122-40 du Code du travail laissent à l’employeur une latitude d’exercice pour sanctionner la faute. La sanction doit être proportionnée et justifiée par rapport aux faits reprochés au salarié. Les formes de sanction sont diverses et variées.

Exemple : l’avertissement, le blâme, la mise à pied disciplinaire, la mutation, la rétrogradation, ou, le licenciement.

• Certaines sanctions sont interdites par la loi et la jurisprudence, comme les sanctions discriminatoires. L’employeur ne peut pas sanctionner un salarié en raison de son origine, de son sexe, de ses mœurs, de sa situation de famille, de ses activités syndicales, de ses convictions religieuses, etc. Cependant, certaines restrictions aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives peuvent être apportées.

Exemple : la Cour de cassation a décidé que la sanction disciplinaire était justifiée car « la tenue vestimentaire de M. X était incompatible avec ses fonctions et ses conditions de travail ».

Les sanctions pécuniaires sont prohibées, mais la sanction disciplinaire ayant des répercussions pécuniaires est légale.
c. Une procédure disciplinaire à respecter
Cette procédure comporte deux phases : l’entretien préalable et la notification de la sanction.

• L’entretien préalable : c'est une obligation légale, avant la notification de la sanction. Il doit avoir lieu, sauf si la sanction envisagée est « un avertissement ou une sanction de même nature qui n’a pas d’incidence, immédiate ou non, sur la présence dans l’entreprise, la fonction, la carrière ou la rémunération du salarié » (article L122-41 du Code du travail).

Exemple : l’avertissement est une sanction mineure n’ayant pas d’incidence immédiate sur la place du salarié dans l’entreprise. Il ne nécessite donc pas la mise en œuvre d’un entretien préalable, contrairement au blâme, à la rétrogradation, la mutation ou le licenciement.

Le salarié est convoqué par écrit à l’entretien dans les deux mois de la connaissance des faits. La convocation doit être remise en main propre contre décharge ou envoyée en lettre recommandée avec accusé de réception comportant des informations obligatoires.
Au cours de l’entretien, l’employeur indique le motif de la sanction ; le salarié peut se défendre, apporter des explications concernant les faits qui lui sont reprochés.

• La notification de la sanction : l’employeur doit notifier au salarié le motif de la sanction et la sanction elle-même. Les sanctions qui ont été infligées suite à un entretien préalable ne peuvent intervenir moins d’un jour franc ni plus d’un mois après le jour fixé pour l’entretien.

Dans un arrêt du 10 juillet 2002, la Chambre sociale de la Cour de cassation a énoncé que l’employeur est présumé avoir renoncé à l’application de la sanction si 20 mois se sont écoulés depuis sa notification.
L'essentiel
L’employeur dispose de prérogatives importantes. Par son pouvoir de décision, il dirige et prend les initiatives de l’entreprise, mais il peut aussi décider d’un changement dans les conditions de travail ou d’une modification du contrat de travail.

Son pouvoir réglementaire est un devoir de surveillance sur l’entreprise. En ce sens, il doit prévoir, en concertation avec les instances représentatives du personnel, un règlement intérieur.

Enfin, son pouvoir disciplinaire permet de sanctionner, dans des conditions bien précises, le salarié qui aurait commis une faute en contravention de l’exécution de son contrat de travail. Toutefois, un droit disciplinaire a été prévu par le Code du travail pour protéger les salariés.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents