Étude de cas : Dubaï : un pôle touristique et migratoire - Maxicours

Étude de cas : Dubaï : un pôle touristique et migratoire

Objectifs
  • Comprendre le développement économique exceptionnel de Dubaï depuis les années 1970.
  • Comprendre comment la cité-État est devenue un haut lieu du tourisme mondial.
  • Comprendre le rôle majeur de la main-d'œuvre immigrée dans l’économie de l’émirat.
Points clés
  • Dubaï est une cité-État située sur le golfe arabo-persique. Il s’agit de la capitale des Émirats arabes unis, indépendants depuis 1971. Depuis l’indépendance, Dubaï est devenue extrêmement riche grâce au gaz et au pétrole et investit fortement dans la création de grands centres commerciaux et de parcs hôteliers pour préparer l’après-pétrole.
  • Son aéroport est le plus grand du monde. Dubaï est devenue un pôle majeur du tourisme international et attire un nombre en croissance exponentielle de visiteurs depuis une vingtaine d’années, venus principalement d’Europe et du Moyen-Orient
  • La population est constituée à 92 % de travailleurs étrangers, venus principalement d’Asie du Sud et du Sud-Est, dans leur très grande majorité pour travailler sur les chantiers. Ils sont astreints à des conditions de travail si dures, pour un salaire de misère, qu’elles sont qualifiées de forme d’esclavage moderne par de nombreuses organisations non-gouvernementales.
1. Une croissance exceptionnelle

La ville de Dubaï fait partie des Émirats arabes unis. C’est un pays récent, créé en 1971 par le rassemblement de sept cités-États : Abou Dhabi, qui est la capitale, Ajman, Charjah, Dubaï, Fujaïrah, Ras el Khaïmah et Oumm al Qaïwaïn.

Dubaï est la capitale économique du pays et regroupe plus de 3 millions d’habitants en 2019, sur les quelque 10 millions d'habitants que compte le pays. C’est un pays riche, à haut niveau de vie, qui tire des revenus importants du pétrole et du gaz mais également des secteurs touristique et financier.

En quelques décennies, grâce aux hydrocarbures, le pays a connu une croissance économique exceptionnelle : de pays isolé et pauvre, il est devenu un acteur de la mondialisation.

Dans les années 1960, Dubaï n'est encore qu'un simple village qui vit des activités traditionnelles du désert arabique : culture des dattes, élevage de chameaux et activités commerciales du souk (marché).

En l’espace d’un demi-siècle, sa population a été multipliée par 50, on comptait 60 000 Dubaïotes au moment de la création des Émirats arabes unis, en 1971.

L’exploitation des champs pétrolifères et gaziers a permis à Dubaï d’entrer très rapidement dans la mondialisation. Ce pays désertique et isolé a vu affluer les capitaux et les entreprises étrangères puis a vu proliféré des cités modernes extrêmement rapidement. Le modèle de ces villes étant celui de la ville américaine, avec ses tours modernes d’habitation et de bureaux.

L’entrée dans le monde moderne n’a pas touché de manière égale l’ensemble des émirats, puisque chacun d’entre eux, à l’image des États fédéraux, a sa propre autonomie. Si Dubaï et Abu Dhabi ont opté pour la modernité, d'autres, comme l’émirat de Charjah, ont choisi une ouverture limitée au monde extérieur, privilégiant les valeurs traditionnelles à l’ouverture sur l’Occident.

2. Un pôle majeur du tourisme mondial

La ville de Dubaï est devenue un pôle majeur du tourisme mondial : elle accueille près de 20 millions de touristes en 2019 contre 1 million 20 ans plus tôt.

Pour diversifier ses revenus et préparer l’après-pétrole, l'émirat a investi massivement dans ce secteur et est devenu un carrefour touristique mondial. L’État participe au financement des grands centres commerciaux et des parcs hôteliers. Il a créé la compagnie nationale aérienne Emirates, qui s’illustre par des tarifs abordables et un confort haut de gamme pour les passagers.

Ces efforts sont payants puisque l'aéroport de Dubaï est devenue le premier aéroport mondial pour le trafic international. Ce hub aérien (plateforme de correspondance et de redistribution des flux) est une véritable ville à l’intérieur de la cité-État. Il est célèbre pour son duty free, parmi les plus vastes au monde. Pour se rendre d’un terminal à l’autre, il faut se déplacer en navette du fait de la taille de l’aéroport.

Ainsi, Dubaï attire des visiteurs venus d’Europe et des pays arabes principalement, mais aussi de plus en plus de touristes asiatiques, notamment venus d’Inde.

Contrairement aux pays européens ou asiatiques, qui capitalisent sur leur patrimoine historique et leurs paysages, la ville a investi le domaine des loisirs et de la consommation de masse. En cela, elle présente des points communs avec Las Vegas : même milieu désertique, absence de patrimoine et création artificielle d’un espace dédié aux loisirs et à la démesure.

La ville de Dubaï s’illustre par ses gratte-ciels emblématiques comme l’hôtel de luxe sept étoiles Burj al-Arab (nom qui signifie littéralement « la tour des Arabes »), dans lequel le prix des chambres est en moyenne de 2 500 € la nuit ou encore la plus haute tour du monde le Burj Khalifa, qui culmine à 828 mètres.

Ces centres commerciaux – ou Mall – qui s’inspirent de la démesure américaine avec le Dubai Mall, l’un des plus grands du monde, avec son aquarium, dans lequel se trouvent des requins, ses chutes d’eau ou encore sa patinoire et, bien sûr, ses magasins de luxe.

Skyline de Dubaï, avec, au premier plan, Le Burj al-Arab, hôtel le plus luxueux du monde ǀ © iStock – MasterLu

 

3. Le sort peu enviable des travailleurs étrangers

Le miracle de Dubaï n’aurait jamais eu lieu sans la présence de travailleurs étrangers, qui représentent 92 % de la population. Ce sont eux qui ont construit les gratte-ciels et les grands hôtels, les routes et les principales infrastructures, et qui servent de domestiques aux riches familles émiraties.

Ce sont également ces immigrés qui travaillent dans le domaine des services, dans la restauration, l’entretien, etc. Ils sont principalement originaires du continent asiatique à près de 85 %, viennent des pays en développement d’Asie du Sud-Est (Philippines, Indonésie) et d’Asie du Sud (Inde, Pakistan, Bangladesh). Ils sont environ 2,5 millions à travailler avec des contrats à durée variable dans des conditions difficiles, voire inhumaines.

Ces migrants se voient confisquer leur passeport à leur arrivée et dépendent entièrement du bon vouloir de leur employeur. Celui-ci décide de la durée du travail, qui peut excéder les 60 heures hebdomadaires, des tâches à réaliser ou encore des conditions de travail et de logement.

Nombre d'ouvriers du bâtiment vivent dans des préfabriqués cachés à la vue des touristes. Ils travaillent à la construction de routes par des températures excédant 50 degrés. Ils constituent l’envers du décor : dans la capitale du luxe et de l’ostentation, des millions d’êtres humains sont traités de manière indigne et de nombreuses organisations non gouvernementales (ONG), comme Human Rights Watch, dénoncent des conditions de travail qui s’apparentent à des formes modernes d’esclavage.

Exemple
La tour du Burj Khalifa, devenue le symbole de la ville, a été édifié par 10 000 travailleurs, principalement asiatiques, et payés 2,85 € par jour, sans harnais de sécurité.

Preuve de son importance, la ville de Dubaï reçoit la prestigieuse exposition internationale. Les festivités devaient avoir lieu en 2020 mais ont été repoussées d’un an en raison de la crise du Covid-19.

De nombreux pays du monde y participent, et chacun d’entre eux construira un pavillon représentant les savoir-faire et l’excellence en lien avec le thème retenu : « Connecter les esprits, créer l'avenir », l’un des sous-thèmes étant la durabilité, ce qui peut sembler paradoxal dans une ville marquée par le gaspillage des ressources et l’utilisation d’une main-d’œuvre étrangère trop souvent privée de ses droits élémentaires.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent