Electre : Lecture méthodique : Acte II, scène 8 - Maxicours

Electre : Lecture méthodique : Acte II, scène 8

1. Le passage
Edition Le Livre de Poche 1998 :
      de la page 117, Egisthe : « Et cette justice qui te fait brûler ta ville... » ;
      à la page 119, Electre : « ...elle est éternelle mais ce n'est qu'un éclair. ».

Interviennent Electre et Egisthe.

2. Présentation du passage
Cette scène marque l'accélération du tragique, dans la mesure où vient s'ajouter au conflit des Atrides la menace d'invasion corinthienne. Egisthe, pour éviter la guerre et sauver la ville, réclame le consentement d'Electre pour son mariage avec Clytemnestre. Il deviendrait ainsi le roi légitime et tout puissant d'Argos et obtiendrait le soutien du peuple. Electre, toutefois, refuse obstinément cette union car elle accuse le régent d'être l'assassin d'Agamemnon.

Dans ce passage se confrontent deux personnages et deux conceptions différentes du pouvoir : le débat semble sans issue entre l'idéalisme de l'un (Electre) et le réalisme de l'autre (Egisthe).

Le thème du regard et de la lumière garantit néanmoins l'unité de l'extrait, malgré la divergence des discours.

3. Les axes de lecture
a. L'idéalisme d'Electre
L'extrait débute avec une interrogation d'Egisthe qui pousse Electre à exposer, par étapes, sa propre conception du rôle de chef d'Etat. Elle est celle qui réfléchit, mais qui n'agit pas, elle vit dans les concepts (la justice, la vérité, la pureté) et les métaphores.

Electre rejette la transformation et le repentir d'Egisthe. Cela se traduit dans son discours par de la dérision lorsqu'elle évoque la guerre et l'incendie ou le champ de bataille. Elle érige le crime du régent en symbole et considère que le peuple est complice puisqu'il est représenté par cet homme condamnable.

Le discours de la jeune fille est marqué par la démesure : implacable, elle est obsédée par l'idée de pureté qu'elle aimerait voir régner partout. Il ne faut pas oublier que l'excès est condamné chez les Grecs qui prônent la modération en toute chose : en cela, le comportement d'Electre est doublement blâmable.

Enfin, Electre ne voit les gens qu'individuellement, ce qui amène son regard à se concentrer sur les fautes de chacun : elle ne distingue pas les individus du peuple, pris dans sa globalité. Elle s'intéresse donc à chaque problème en particulier : elle refuse de faire l'impasse sur le moindre crime, même s'il s'agit de sauver un peuple. Elle ne s'attache qu'à ces préoccupations, sans considérer le danger imminent de la guerre.

b. Le réalisme d'Egisthe
En face d'Electre, Egisthe paraît plus réfléchi : plus diplomate, il lui pose des questions pour qu'elle se justifie et pour tenter de lui faire prendre conscience de sa démesure. Il condamne ses idées en mettant l'accent sur la cruauté qui en découle.

En réponse aux métaphores de la jeune fille, le régent a recours à des images plus concrètes. En lui se manifeste la maturité d'un homme politique qui considère son peuple comme « un corps à régir » : il est réaliste.

Surtout, Egisthe parle peu car il ne dit plus que l'essentiel. L'urgence de la situation le pousse à rechercher l'efficacité, tandis que la certitude que la guerre aura lieu se renforce à chaque parole que prononce Electre.

c. Le thème du regard et de la lumière
Systématiquement, Electre associe la justice à la pureté, à la lumière. Cette lumière semble être la condition nécessaire à la véritable survie d'Argos, elle est synonyme d'espoir.

La prospérité qui régnait sur la ville jusqu'alors n'était qu'un leurre, dans la mesure où elle s'est fondée sur l'obscurité du mensonge et de l'injustice. Dans l'esprit d'Electre un peuple ne peut survivre s'il n'est pas pur, et sans vérité, l'avenir n'a pas de sens. Pour elle, le malheur de la guerre est le prix à payer pour retrouver la lumière dans le regard du peuple.

L'image de la lumière a surtout un rôle esthétique dans le texte. A travers la métaphore filée de la vérité, la lumière prend pour Electre une dimension divine très forte mais dont elle ne se satisfait pas. La vérité est fugace et les hommes doivent savoir saisir cet éclair, sinon il sera trop tard pour se venger.

4. Conclusion
La tension et le tragique montent dans ce passage : la guerre est inévitable puisque Egisthe ne parvient pas à convaincre Electre, dont le refus est irrémédiable. Sourde aux paroles du régent, celle-ci veut faire justice elle-même et lutte pour avoir le dernier mot. Aucun accord n'est possible et la cruauté d'Electre l'emportera.

Outre le tragique du mythe, la pièce se teinte ici d'un tragique moderne : l'engrenage de la guerre dans lequel s'inscrit l'écriture de la pièce (1937). Ainsi, la tension du contexte de l'écriture est reprise dans la fiction.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.