Le mythe d'Antigone - Maxicours

#entraideCovid19

#entraideCovid19

#entraideCovid19

#entraideCovid19

Le mythe d'Antigone

Objectif : Appréhender la nature d'un mythe et comprendre les mécanismes de celui d'Antigone, à travers les versions de Sophocle et d'Anouilh.
1. Qu'est-ce qu'un mythe ?
a. L'origine orale
Le mythe n'appartient pas à l'origine au domaine littéraire mais à celui de la religion. Son vecteur a d'abord été la parole, parole transmise de génération en génération, avant même que l'écriture n'existe.

Il est donc très difficile de dater l'apparition d'un mythe. C'est sans doute pour cela que l'anthropologue Levi-Strauss affirme que « les mythes n'ont pas d'auteur ». Les versions écrites qui nous sont accessibles sont donc des versions déjà modifiées, dénaturées du mythe originel.

b. Les critères de définition du mythe
On peut répartir les mythes en plusieurs catégories :
  • certains mythes relatent la naissance de l'univers. On les appelle cosmogoniques (de cosmos, le monde) ;
  • certains développent la formation progressive du monde et de ses éléments, en les liant à des interventions divines : ce sont des mythes théogoniques (de théos, dieu et gonos, naissance) ;
  • les mythes anthropogoniques (de anthropos, homme) se font l'écho de l'apparition de l'homme sur terre ;
  • les mythes dits historiques, enfin, portent sur la fondation d'une ville, d'une nation ; il en est ainsi de L'Enéide de Virgile, ou de L'Iliade d'Homère.

Quelle que soit la nature des mythes, il est à noter que les divinités y ont toujours part.

Les mythes font le lien entre les légendes, le sacré et l'histoire. Mais ils entretiennent toujours un lien évident avec le réel : même si Antigone n'a pas existé, elle incarne à jamais le refus de se soumettre à un pouvoir arbitraire ou injuste ; et cette valeur est bien réelle, à défaut du personnage qui en est l'emblème.

Le mythe se caractérise aussi par la répétition et la pérennité. Il ne peut perdurer que parce qu'il est perpétuellement renouvelé, réécrit.

2. Le mythe d'Antigone
a. De lourds antécédents : le mythe d' OEdipe
C'est un des mythes les plus anciens. Il apparaît certes chez Homère et Virgile mais il est surtout rendu populaire par la tragédie éponyme de Sophocle, OEdipe roi (vers 430 avant JC).

OEdipe est le fils de Laïos, roi de Thèbes, et de Jocaste. Mais après sa naissance, un oracle annonce que cet enfant tuera son père et épousera sa mère. Le couple demande à un serviteur de le tuer. Le serviteur n'accomplira pas cette funeste mission et livrera l'enfant à un berger qui le donnera à son tour au roi et à la reine de Corinthe, Polybe et Mérope, qui ne pouvaient avoir d'enfant.

Devenu adulte, OEdipe consulte un oracle qui lui livre sa destinée parricide et incestueuse mais OEdipe ignore que ses parents ne sont pas ses vrais parents et qu'ils ne sont donc pas menacés. Il quitte Corinthe pour les épargner. Des circonstances vont le mener à croiser le chemin de Laïos et à le tuer sans savoir qu'il réalise ainsi la prophétie. D'autres encore le mèneront à effectivement épouser sa vraie mère, Jocaste, avec qui il aura 4 enfants dont Antigone. Un jour, Oedipe découvrira la vérité : il ne lui restera plus qu'à quitter Thèbes. C'est sa fille, Antigone, qui conduira son père dans son exil.

b. Antigone chez Sophocle
Antigone est à peine évoquée dans la tragédie de Sophocle, OEdipe roi. Sa personnalité s'épaissit considérablement dans OEdipe à Colone (vers 409 avant JC) puis dans Antigone.

Après avoir erré longtemps, OEdipe demande hospitalité aux habitants de Colone, près d'Athènes. C'est là qu'il mourra, dans le repentir le plus sincère. Antigone accompagne son père vers la mort, et on loue son dévouement et son courage. Pendant ce temps, les deux fils d'OEdipe, Etéocle et Polynice, se sont battus pour le pouvoir au point de s'entretuer. C'est donc Créon qui finalement règne et il prononce un décret interdisant d'ensevelir la dépouille de Polynice pour avoir comploté contre la patrie. Sa dépouille est jetée au pied des murailles. A ce moment, Antigone revient et découvre l'ignoble affront fait à la dépouille de son frère. Elle va braver l'interdit mais un garde va la surprendre et l'amener devant Créon.

C'est là qu'Antigone se hisse au statut de mythe : elle brave la mort en affrontant Créon et l'accuse de tyrannie.

Pendant leur affrontement, la soeur d'Antigone aussi est surprise en train d'ensevelir la dépouille de Polynice. Créon ordonne que les deux soeurs soient arrêtées.
Antigone est soupçonnée de comploter contre Créon. Celui-ci décide de la faire enterrer vivante. Mais elle se suicidera avant de subir ce terrible châtiment.

c. Antigone chez Anouilh
L'Antigone d'Anouilh (1944) s'inspire très fidèlement de la tragédie de Sophocle : il en suit la chronologie et reprend tels quels certains passages comme la conversation entre les deux soeurs, Ismène et Antigone, ou encore le dialogue entre Antigone et Créon.

Le mythe, chez Anouilh, perd de son sacré, comme c'est souvent le cas dans les réécritures de mythe au XXe siècle : le Choeur disparaît considérablement et le devin Tirésias n'est même plus là. Effectivement, ce n'est pas le sens sacré d'Antigone qui explique son geste. Et lorsque Créon l'interroge sur ce qui justifie sa rébellion, elle répond qu'elle ne fait cela que pour elle. Argument absurde ?
Antigone prend place dans le quotidien d'une période historique tourmentée, l'après-guerre : elle devient à elle seule une figure emblématique de la Résistance, obstinée dans sa rébellion et décidée dans sa volonté de mourir plutôt que se soumettre. On est certes loin du noble personnage de Sophocle ; ici, Antigone parle vrai, les personnages d'Anouilh font même parfois preuve de familiarité.

Le mythe transcende l'histoire ; il s'approprie l'époque de la réécriture et y fait naître les analogies qui s'imposent pour permettre à chacun de mener sa propre réflexion par rapport à sa situation historique et à la condition humaine.

Remarque : Antigone apparaît aussi dans La Machine infernale, de Cocteau (1934). Antigone ici guide son père mais ses motivations ne sont pas aussi nobles que le laissait entendre la version de Sophocle : elle l'accompagne dans son exil car elle redoute de rester sous l'emprise de Créon à Thèbes. Antigone est loin de l'héroïne obstinée que mettra à l'honneur Anouilh.

Il faut noter que le théâtre est un lieu d'expression idéal pour le mythe car il dévoile ses mécanismes : Choeur et Prologue sont autant de « ficelles » dramaturgiques qui dévoilent les dessous de l'intrigue et de l'interprétation qu'il convient d'en faire. Le spectateur ne perd pas de temps à se laisser prendre au jeu de la fiction. Il se saisit de la force du mythe qui lui est offert. Et Antigone est parmi les plus poignants.

L'essentiel

Le mythe d'Antigone est une source d'inspiration pour les écrivains (Eschyle, Sophocle, Anouilh, Cocteau, Racine - entre autres).
Antigone, personnage à la destinée tragique, est le symbole de la résistance du devoir moral face au pouvoir arbitraire de l'Etat.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.