Molière, Dom Juan (1665) - Maxicours

Molière, Dom Juan (1665)

Objectifs : Inscrire la pièce dans son temps et cerner la complexité du héros qu’elle met en scène.
1. La pièce dans la carrière de Molière
a. La nécéssité de trouver une pièce après Tartuffe
Après la cabale de Tartuffe (1664), Molière a besoin rapidement d’une nouvelle pièce pour sa troupe. Il s’empare alors d’un sujet remis à la mode par les Comédiens Italiens : le mythe de Don Juan qui lui permet à la fois de plaire au public tout en réglant ses comptes avec les dévots, dont il fustige l’hypocrisie, dans la tirade de la scène 2 de l’acte V.
b) Un sujet populaire
Les sources : si Molière ne connaissait pas la pièce de Tirso de Molina, il a en revanche puisé chez ses contemporains, Dorimond et Villiers, qui tous deux mettaient en scène, dans leur pièce, le personnage de Don Juan. Mais la pièce de Molière, tout en s’inspirant d’un thème populaire, marque une étape déterminante dans l’histoire du mythe de Don Juan, qui est liée à la complexité du personnage de Molière et au talent dramaturgique de son auteur. (Un siècle plus tard, Mozart composera, dans la lignée de Molière et avec la collaboration de Da Ponte, un opéra sur le même thème : Don Giovanni).

c) Du succès à la condamnation
La pièce rencontre un très grand succès lors de première représentation le 15 février 1665. Molière y interprète le rôle de Sganarelle et s’est assuré l’appui du Roi par l’aspect moralisateur de la fin. Pourtant, les dévots, et en particulier le prince de Conti, condamnent le côté subversif de la pièce et reprochent à Molière d’avoir confié la morale à un valet ridicule. Ils réussissent à faire interdire la pièce, qui ne sera pas reprise après la trêve pascale. (La pièce ne sera rejouée qu’en 1841).

 

2. Résumé et personnages
a. Résumé
  • Acte I 
    Dom Juan a épousé Dona Elvire mais l’abandonne aussitôt et enlève une jeune femme promise à un autre. Mais la femme trahie le retrouve et le menace. Quant à sa nouvelle proie, elle lui échappe. Qu’à cela ne tienne ! Dom Juan jette son dévolu sur Charlotte.
  • Acte II 
    Dom Juan séduit sans beaucoup de mal la jeune paysanne mais les choses se compliquent lorsqu’il se retrouve confronté à l’arrivée d’une autre paysanne, Mathurine, à qui il a promis le mariage aussi. Il est finalement obligé de fuir cette situation délicate.
    De son côté, Elvire fait preuve de détermination face au scélérat et lui envoie 12 hommes armés. Dom Juan doit battre en retraite dans la forêt avec son serviteur, Sganarelle.
  • Acte III 
    Dom Juan avoue son impiété à Sganarelle, scandalisé, d’autant que l’impie apporte des preuves peu recommandables de ce qu’il affirme : il accepte de donner de l’argent à un mendiant si celui-ci accepte de blasphémer !
    Au hasard du chemin, Sganarelle et Dom Juan se retrouvent sur la tombe d’un homme tué 6 mois auparavant en duel par le séducteur. Sans recueillement aucun, Dom Juan invite la statue de la victime à dîner le lendemain chez lui et … la statue acquiesce !
  • Acte IV 
    Dom Juan est assailli par les fâcheux : M. Dimanche lui réclame de l’argent, Dom Louis, son père, le met en garde contre son manque de respect et de valeurs, et Dona Elvire à nouveau le supplie d’accepter de se convertir.
    Au milieu de tant de perturbations, le morbide convive fait son apparition à la table de Dom Juan. Il lui retourne l’invitation pour le lendemain. Dom Juan accepte.
  • Acte V
    Dom Juan feint de se convertir mais ce n’est qu’une ruse : il veut utiliser l’hypocrisie pour parvenir à ses fins. Il tente d’échapper à Elvire en prétendant vouloir désormais mener une vie austère !
    Dom Juan pousse l’immoralité trop loin : un Spectre apparaît pour le mettre en garde mais devant l’obstination du libertin, la Statue du Commandeur vient chercher Dom Juan et l’entraîne dans les flammes de l’enfer.
b. Les personnages
  • Le duo maître / valet

    Ce duo propre à la comédie reste au cœur de la pièce. Le personnage éponyme est certes au centre de l’intrigue, mais il ne serait rien sans son complice.

    Le héros est bien né, doté par la nature de tous les atouts du séducteur (belle apparence et aisance verbale) ; sa motivation est la conquête, et épouser une femme signifie pour lui la quitter. Rien dans la morale ne le touche : ni le respect des femmes, ni celui de son père, et encore moins celui de Dieu.

    Sganarelle (Leporello dans l’opéra de Mozart) est aux antipodes de son maître et en cela, lui sert de faire-valoir : manières maladroites, apparence peu flatteuse, et dévot dans l’âme. C’est lui qui ramène la pièce du côté du comique et du burlesque dès qu’elle risque de tourner au tragique.

  • Les victimes 

    Elvire est le personnage féminin central ; abandonnée et trahie, elle veut d’abord se venger mais les sentiments religieux lui inspirent la charité à l’égard de l’impie. Elle est l’emblème de toutes les femmes trompées par le séducteur.

    Le père de Dom Juan est lui aussi du côté des victimes : bafoué par l’irrespect de son fils, il est aussi trompé par la fausse rédemption de ce dernier.

    Pierrot, abandonné par sa fiancée séduite par Dom Juan, est lui aussi une victime.

    D’autres personnages satellites sont tour à tour malmenés par le libertin : le Pauvre à qui on demande de blasphémer pour avoir quelque sou, ou M. Dimanche qui bien que non noble met à mal la probité de Dom Juan.

  • Les vengeurs 

    Les frères de Dona Elvire demandent réparation pour leur sœur et se constituent en quelque sorte comme les vengeurs sur terre des méfaits de Dom Juan.
    La justice du Ciel, elle, interviendra par la voix de la statue.

Remarque : La pièce est sous-titrée Le Festin de Pierre. « Pierre » est à la fois une référence au fait que l’invité en question soit la statue d’un défunt, mais il semble aussi que Pierre était le nom du Commandeur invité par Dom Juan, dans des versions françaises de cette légende, antérieures à celle de Molière.

3. Une pièce baroque
a) Rappel sur le baroque
Le mouvement baroque se développe au XVIIe siècle dans un contexte d’instabilité politique et religieuse (guerres de religion et remise en cause du géocentrisme au profit de l’héliocentrisme avec Copernic et Galilée : la terre n’est plus le centre de l’univers).

Sur le plan littéraire, le baroque se développe en France au début du XVIIe siècle et se caractérise par l’instabilité, la mobilité, la métamorphose et l’ornementation. Autant de caractéristiques que l’on retrouve dans la pièce de Molière et chez son personnage principal.
b) Mépris des unités et faste des décors
Représentée en plein apogée du classicisme, la pièce de Molière ne respecte pourtant pas les règles classiques des unités, et en particulier l’unité de lieu et de ton. On trouve ainsi une multitude de lieux, dans la pièce.
L’acte 1 se déroule dans un superbe palais, l’acte 2 au bord de la mer, l’acte 3 dans une forêt, l’acte 4 dans une chambre de l’appartement de Don Juan, l’acte 5 à la porte d’une ville. Ces décors sont à la fois pittoresques et fastueux et correspondent au goût de l’époque pour le théâtre à machines. Le dénouement fait ainsi intervenir une machinerie qui précipite Don Juan dans les antres de l’Enfer (le tonnerre tombe avec un grand bruit et de grands éclairs sur don juan ; la terre s’ouvre et l’abîme ; et il sort de grands feux de l’endroit où il est tombé.).
Les costumes sont également en harmonie avec la richesse des décors. A titre d’exemple, on peut mentionner, l’habit de Don Juan, décrit en ces termes par Sganarelle : une perruque blonde et bien frisée, des plumes à votre chapeau, un habit bien doré et des rubans couleur de feu.
c) Mépris de l’unité d’action et de ton

Molière accumule les péripéties sans toujours les relier ensemble : qu’y a-t-il de commun entre l’ouverture sur Elvire et la chute sur la statue du Commandeur ? Et surtout, il mêle dans sa pièce, différentes tonalités : l’acte 1 est plutôt comique, l’acte 2 relève de la pastorale, et le dernier acte du surnaturel, illustré par le sceptre qui se métamorphose en allégorie du Temps et la Statue du commandeur qui marche et qui parle.
4. Don Juan, un personnage baroque

Par son inconstance, sa fuite en avant et son goût pour la métamorphose, Don Juan apparaît bien comme un personnage baroque.
a) Un libertin

Rappel sur le libertinage : au XVIIe siècle, le libertin est celui qui s’affranchit des croyances religieuses. Les libertins reprennent à leur compte les découvertes de Copernic et Galilée et s’inspirent de la philosophie antique de l’épicurisme. Si le libertinage est au départ une attitude philosophique et intellectuelle, cette philosophie matérialiste, fondée sur la recherche du plaisir conduit aussi à un relâchement des mœurs. Le personnage de Don Juan réunit ce double aspect.

Molière a été en contact avec cette philosophie, tout d’abord, au collège de Clermont, où il a été formé par des émules de Gassendi, mathématicien, partisan des théories de Copernic et de Galilée. Plus tard, il a côtoyé des libertins, comme le prince de Conti (avant que celui-ci ne rejoigne le parti dévot) ou Ninon de Lenclos (dont il a fréquenté le salon où l’on cultivait les idées libertines).

Don Juan, libertin : un personnage à la fois athée et séducteur. Ce grand seigneur méchant homme multiplie les conquêtes (Elvire, Charlotte, Mathurine). Perpétuel insatisfait et mégalomane, il voudrait comme Alexandre (...) qu’il y eût d’autres mondes, pour y pouvoir étendre (s)es conquêtes amoureuses ». Non content de séduire, c’est un épouseur à toutes mains qui cherche à bafouer le sacrement du mariage.
De fait, Don Juan aime la provocation et n’a de cesse de défier le Ciel, qu’il provoque par l’intermédiaire du Pauvre, de la Statue du Commandeur, de Sganarelle, ou encore de son père, qui tous tentent en vain de le ramener à la raison et à la vertu. Mais l’endurcissement au pêché et le refus d’accepter toute transcendance divine conduisent Don Juan au châtiment final. Ces refus et provocations sont moins le signe d’un athéisme radical que l’expression d’un scepticisme et d’un questionnement. Face à la statue mouvante et parlante, don Juan avoue à Sganarelle : Il y a bien quelque chose là- dedans que je ne comprends pas, mais ajoute aussitôt : quoi que ce puisse être, cela n’est pas capable ni de convaincre mon esprit, ni d’ébranler mon âme (V, 2).
Le châtiment final vient lui apporter la preuve qu’il recherchait, la Statue donne la leçon de la pièce : l’endurcissement au pêché entraine une mort funeste ; et les grâces du ciel que l’on renvoie ouvrent un chemin à sa foudre.
b) un personnage en mouvement
Don juan ne vit que dans le présent, il se moque du passé et ne cherche qu’à vivre selon ses plaisirs instantanés. Mais le passé, incarné entre autres par la Statue, le rattrape progressivement et cette fuite en avant l’accule bientôt à la mort.
c) Don juan un acteur, un être sans identité préalable

Don Juan échappe à toute définition comme le montre le portrait que tente d’esquisser Sganarelle : ce n’est là qu’une ébauche du pers et pour en achever le portrait il faudrait bien d’autres coups de pinceau. Tel un acteur, il sait se métamorphoser au gré des circonstances et n’hésite pas à endosser le masque d’hypocrite et à jouer au Tartuffe devant son père.



La pièce de Molière relance le mythe, dans la mesure où le personnage qu’il met en scène échappe à toute définition réductrice. Comme le dit un critique, Don Juan est un personnage total, héros et antihéros : il est tour à tour médiocre et grandiose, ridicule et éblouissant.

 

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.