Des écosystèmes qui incluent l'Homme - Maxicours

Des écosystèmes qui incluent l'Homme

Objectifs
  • Comprendre que l’Homme est en interaction avec son environnement naturel.
  • Décrire les différents types d’interactions qu’entretiennent l’Homme et les écosystèmes.
  • Analyser les impacts de la gestion de la biodiversité et des écosystèmes sur la santé humaine.
Points clés
  • Les êtres humains font partie intégrante des écosystèmes. À ce titre, ils entretiennent de nombreuses interactions biotiques avec les autres êtres vivants, qui peuvent être de plusieurs types : exploitation, concurrence, coopération, commensalisme.
  • Les êtres humains tirent bénéfice de la nature, mais peuvent également être en compétition avec des espèces naturelles.
  • Ils peuvent aussi avoir une influence positive sur la biodiversité. De nombreux écosystèmes n’existeraient pas sans les activités humaines, comme les garrigues. De même, de nombreuses espèces prospèrent dans les milieux anthropisés, c’est-à-dire qu’elles s’adaptent aux zones urbaines.
  • Certains animaux sont néfastes pour l’Homme, comme les moustiques ou les tiques, car vecteurs de maladies. Une bonne gestion et protection de la biodiversité permet de lutter contre ces maladies infectieuses, en maîtrisant les cycles de vie des êtres vivants qui en sont les vecteurs ou les hôtes.
Pour bien comprendre
  • Les interactions au sein d’un écosystème
  • Structure et dynamique d’un écosystème
  • Perturbations et résilience des écosystèmes
1. Les interactions entre l’Homme et les écosystèmes
a. Les interactions d’exploitation

L’Homme, comme toute espèce, est en interaction avec les écosystèmes dans lesquels il vit. Ces relations sont indispensables pour sa survie, mais aussi son bien-être. Les écosystèmes peuvent inversement être influencés par l’Homme, parfois de façon importante.

Les interactions entre les humains et les écosystèmes sont de plusieurs sortes.

Il y a l’exploitation par l’Homme. Celui-ci dépend des écosystèmes pour obtenir et produire sa nourriture. Comme tout animal hétérotrophe, il absorbe la matière organique produite par d’autres êtres vivants. Consommateur omnivore et généraliste, tout autant phytophage que zoophage, il se nourrit de toutes les espèces comestibles qu’il trouve dans l’environnement. L’Homme occupe donc différentes positions dans les réseaux trophiques. De plus, la cuisson et les autres techniques de préparation des aliments lui permettent d’élargir sensiblement la palette de ses ressources alimentaires.


  L’Homme occupe alternativement plusieurs positions : consommateur primaire, secondaire et tertiaire.

L’agriculture dépend en grande partie des écosystèmes naturels. Par exemple, les insectes pollinisateurs sont indispensables pour la reproduction de nombreuses plantes entrant dans l’alimentation humaine. La microfaune du sol, les champignons et les bactéries sont tout autant cruciales, car elles permettent le recyclage de la matière organique et l’assimilation des nutriments par les plantes.
Enfin une biodiversité riche et stable permet de limiter la prolifération des maladies et des ravageurs.


  De nombreuses espèces d’abeilles sauvages (ici : apis mellifera) contribuent à la pollinisation de la flore utilisée dans l’agriculture.

L’Homme dépend également largement des écosystèmes pour le dioxygène qu’il respire. La production nette de ce gaz sur terre est essentiellement due aux organismes photosynthétiques océaniques.

Enfin, l’humain exploite la biomasse, par exemple le bois, comme source d’énergie et de matériaux de construction.

b. Les interactions de concurrence

L’Homme est en concurrence avec certains animaux. Ceux-ci, qui sont encore parfois désignés sous le terme de « nuisibles », s’attaquent aux productions de l’élevage et de l’agriculture : campagnol, mulot, loup, renard, pyrale du maïs, etc. Ils sont nombreux à avoir été activement chassés, jusqu’à parfois provoquer localement leur extinction.
Cependant, avec la diminution de la chasse et le recul de certaines pratiques agricoles, plusieurs de ces animaux voient leur population localement augmenter dans des zones où ils avaient disparu, comme le loup qui fait sa réapparition en France (voir ci-dessous).

Exemple
Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le loup (canis lupus) était présent sur 90 % du territoire français, malgré les tentatives de destruction en raison des dégâts qu’il causait aux troupeaux, et des peurs qu’il suscitait. Le déclin de la population lupine s’est accéléré au XIXe siècle avec la démocratisation de la chasse, la modernisation des armes à feu et l’emploi du poison. Le loup disparaît de notre pays peu avant 1940. Cependant, dans les années 1990, des populations de loups provenant d’Italie traversent les Alpes et s’installent en France. Depuis, leur nombre est en constante augmentation.
Ce retour du loup ne se fait pas sans provoquer des heurts avec les éleveurs. Bien qu’il attaque préférentiellement les ongulés sauvages (en France, des chevreuils, des chamois, et parfois aussi des cerfs, des mouflons et des sangliers), c’est un prédateur opportuniste et, en zone d’élevage, il n’hésite pas à s’en prendre aux troupeaux domestiques.
Chaque année, plusieurs centaines d’attaques de troupeaux sont attribuées au loup en France (plus de 12 000 bêtes tuées en 2018). Cette réapparition du loup exige donc des adaptations de la part des activités humaines pour cohabiter pacifiquement avec ce prédateur.
c. Les interactions de coopération

L’Homme entretient également des relations de coopération avec de nombreuses espèces vivantes. On peut citer en premier lieu les animaux domestiques, dont l’un des exemples les plus frappants est le chien (canis lupus famirialis). Alors que son ancêtre est un concurrent de l’espèce humaine (voir plus haut), le chien moderne a développé une relation très proche avec l’Homme. En échange de nourriture et d’un refuge, le chien a co-évolué avec notre espèce afin de se spécialiser dans de très nombreuses fonctions utiles aux activités humaines : protection des troupeaux, chasse, traction de traîneau, compagnie, etc.
Mais il ne faut pas considérer que l’Homme ne coopère qu’avec des espèces domestiques. Il existe également des exemples de coopération avec des espèces sauvages.

Exemple
Au Mozambique, les chasseurs de miel du peuple Yao ont établi une surprenante collaboration avec une espèce d’oiseau, le grand indicateur (indicator indicator). Lorsque celui-ci découvre un essaim d’abeilles, il se poste à côté et chante pour attirer l’attention. Si un chasseur passe à proximité, il sait qu’il y a un essaim grâce au chant de l’oiseau. Il chasse les abeilles avec de la fumée et s’approprie le miel, tandis que l’oiseau se nourrit de la cire de la ruche et des larves d’abeille.
Les chasseurs Yao ont développé une coopération très étroite avec cette espèce d’oiseau : ils utilisent un sifflement spécifique pour signaler à indicator indicator qu'ils cherchent du miel, augmentant les chances de guidage. C'est un cas de mutualisme entre humains et animaux sauvages.

Le grand indicateur, indicator indicator.
Crédits : Gisela Gerson Lohman-Braun CC BY-SA 2.0
.
d. Le commensalisme dans les milieux anthropisés

Certaines espèces entretiennent des relations de commensalisme avec les humains, c’est-à-dire qu’elles profitent de la présence de l’Homme sans que celui-ci n’en soit affecté.
Ainsi, de nombreuses espèces se sont adaptées aux milieux anthropisés (c’est-à-dire modifiés par l’Homme) et y prospèrent. Pigeons, merles, rats noirs, renards et même coyotes, de très nombreuses espèces sauvages vivent dans les milieux urbains où ils trouvent refuge et nourriture.
Les villes et les zones de vie urbanisées sont de véritables écosystèmes, parfois très riches en biodiversité.

Exemple
Depuis une vingtaine d’années, les renards roux (vulpes vulpes) prospèrent dans Londres et les grandes villes anglaises. Ils y trouvent leurs ressources alimentaires et se sont parfaitement adaptés au milieu urbain. À Londres, au fil des années, les renards se sont habitués à la présence humaine. Certains sont si peu farouches qu’ils n’hésitent pas à s’approcher des maisons comme des humains. Il y aurait entre 8 000 et 10 000 renards à Londres.

Renard roux (vulpes vulpes) dans une rue de Londres.
e. Des écosystèmes créés par les humains

L’Homme interagit avec son environnement depuis plusieurs milliers d’années. Son influence a créé ou développé certains types d’écosystèmes, qui ne se peuvent se maintenir que par son intervention. C’est particulièrement le cas pour les milieux ouverts : prairies, garrigues, plaines de montagne, etc. Sans les activités humaines (pâturage, fauche, etc.), ces écosystèmes évolueraient spontanément vers la forêt, qui est le milieu d’équilibre.
Ces milieux ont pourtant une grande importance écologique, leur biodiversité étant souvent très élevée. Ils permettent en effet à de nombreuses espèces inféodées de plantes annuelles et d’insectes d’y trouver des conditions favorables pour se développer et prospérer.


Troupeau de bovins en pâturage. Sans le pâturage des troupeaux domestiques, la plupart des prairies européennes évolueraient spontanément vers l’écosystème forestier.

Prairie fleurie de coquelicots, une plante annuelle. De nombreuses plantes ne peuvent pousser que dans les milieux ouverts de type prairie.

L’Homme est donc une partie intégrante des écosystèmes. Il est en interaction réciproque avec la nature depuis des millénaires, et de nombreux écosystèmes ont co-évolué avec sa présence.

2. Écosystème et santé humaine
a. Des espèces dangereuses pour l’Homme et responsables de maladies

Les humains entretiennent aussi des relations plus négatives avec les écosystèmes, et peuvent devenir la victime d’espèces naturelles. L’Homme est au sommet de toutes les chaînes alimentaires et il n’est la proie d’aucun animal, même si plus de 1 000 personnes dans le monde sont tuées par des animaux prédateurs chaque année. Cependant, l’Homme est la cible de très nombreux parasites : moustiques, tiques, poux, ascaris, vers solitaires…
Plus grave encore, les humains sont soumis au risque d’attraper des maladies infectieuses dont ces parasites peuvent être porteurs. Ainsi, à cause des maladies infectieuses dont il est vecteur, le moustique est le premier animal responsable de la mort d’êtres humains chaque année.
En comparaison, les requins, qui sont pourtant associés à une menace beaucoup plus grande dans la culture populaire, ne se trouvent qu’en 15e position, avec seulement 10 décès par an qui leur sont imputables.


b. Préserver la biodiversité pour protéger l’Homme des maladies infectieuses

La biodiversité peut jouer un rôle très important dans l’émergence et la prévalence de maladies dangereuses pour l’Homme, en particulier les maladies qui nécessitent un vecteur (moustiques, tiques, etc.).

De nombreux vecteurs de pathogènes suivent des cycles de vie complexes, passant successivement par différents hôtes et milieux, ce qui leur donne d’autant plus de chances d’être contaminés et de propager des maladies.
Il existe aussi, dans les écosystèmes naturels, des populations d’animaux sauvages qui sont des réservoirs d’agents infectieux pathogènes.
Par exemple, le virus Ebola est présent de façon endémique au sein de populations de chauve-souris dans les régions de forêts tropicales africaines. Ces réservoirs de virus sont à l’origine du déclenchement des épidémies, et rendent l’endiguement et l’élimination de la maladie très difficiles.
L’exploitation forestière, augmentant les risques de contamination entre humains et animaux, serait une des principales causes de l’apparition de nouvelles maladies infectieuses, dont le SIDA au XXe siècle, par exemple.
Ainsi, les écosystèmes jouent un rôle très important dans la santé humaine. Leur étude est donc indispensable pour la compréhension et la lutte contre des maladies émergentes.

Exemple : le lien entre écosystème et maladie de Lyme.
La maladie de Lyme est une maladie infectieuse causée par une bactérie, borrelia burgdorferi, transmise par les tiques.
La tique européenne (ixodes ricinus) est un insecte parasite qui s’accroche à des mammifères pour se nourrir de leur sang. Le cycle de vie de la tique est complexe. Elle passe par plusieurs hôtes pour compléter son cycle de reproduction. Si la tique est elle-même contaminée par la bactérie, elle peut la transmettre à l’hôte.

Le risque d’être piqué est particulièrement élevé lors d’une promenade en forêt au printemps et à l’automne, lorsque les tiques se positionnent au sommet des grandes herbes pour attendre leurs hôtes. Le réchauffement climatique pourrait être un facteur aggravant de la propagation de cette maladie. En effet, les tiques profitent des hivers doux et humides pour se reproduire. Or, les périodes de grands gels sont en constante diminution en Europe.
Cependant, la présence de prédateurs pourrait être une aide pour réduire la propagation de cette maladie : des chercheurs ont montré que plus le nombre de renards (vulpes vulpes) et de fouines (martes foina) était important dans l’écosystème forestier, plus le nombre de tiques infectées était faible. En effet, une fois éclosent, les tiques s’attaquent aux organismes les plus faciles d'accès. Il s'agit du plus souvent de rongeurs, lesquels évoluent près du sol. Or, ces animaux sont souvent porteurs d'infections transmissibles à la tique, qui contaminera alors d'autres animaux lors de ses futurs repas, et ainsi de suite.
En réduisant le nombre de rongeurs, hôtes des infections, les prédateurs participent à la diminution du risque de la transmission de la maladie de Lyme à l'Homme.
Ainsi, en favorisant les populations de renards et d’autres prédateurs, il est par exemple possible de réduire le risque de propagation de la maladie de Lyme.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent