Candide : L’auteur et son œuvre - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Candide : L’auteur et son œuvre

1. Biographie de Voltaire
Ses débuts d’écrivain
François-Marie Arouet naît à Paris en 1694.
Très tôt, il se lance dans une carrière littéraire. Il rencontre le succès avec ses tragédies ou ses épopées, mais son insolence et son esprit critique dérangent aussi : il est plusieurs fois emprisonné à la Bastille.
Un philosophe
De 1726 à 1728, il s’exile en Angleterre. Il y découvre la monarchie parlementaire, la tolérance religieuse et l’esprit d’entreprise. Il tirera de ces découvertes deux essais très critiques envers les institutions et les mentalités françaises : les Lettres philosophiques (1734) et quelques chapitres du Siècle de Louis XIV (publié seulement en 1751).

Revenu en France, il poursuit une carrière brillante de dramaturge, mais préfère s’éloigner de Paris. Il part pour Cirey, en Lorraine, chez Emilie du Châtelet, son amie, femme cultivée et savante.

Cette période d’exil est pour Voltaire une retraite studieuse. Il se passionne pour les sciences, étudie l’histoire et écrit des recueils poétiques (Le Mondain en 1736) et des œuvres dramaturgiques (Mahomet en 1741). Il rédige aussi Zadig, son premier conte philosophique en 1747. Mais madame du Châtelet meurt et il quitte Cirey. Il part alors en Allemagne, à l’invitation de Frédéric de Prusse, puis revient en France en 1755, et s’installe définitivement près de Genève, à Ferney.

Un défenseur des Lumières
En 1755, bouleversé par le tremblement de terre de Lisbonne qui fait des milliers de victimes innocentes, il écrit son Poème sur le désastre de Lisbonne, qui l’inspire aussi dans son conte philosophique le plus célèbre, Candide ou l’optimisme. Il entreprend aussi de défendre L’Encyclopédie condamnée en 1759 par le Parlement.

Il se consacre alors à la dénonciation des injustices, des inégalités, de l’intolérance et des superstitions religieuses. L’affaire Calas est pour lui la manifestation du fanatisme et de l’intolérance religieuse. Il bataille et écrit son Traité sur la tolérance en 1763, obtient la révision du procès et la réhabilitation du malheureux Calas exécuté en 1761.

En écrivant le Dictionnaire philosophique en 1764, il affirme à nouveau les valeurs de progrès, de justice, de tolérance, de liberté et de raison auxquelles il croit.
En 1778, il revient à Paris. Après le triomphe de sa dernière tragédie, Irène, il meurt à quatre-vingt-quatre ans et depuis 1791, ses restes reposent au Panthéon.

2. Voltaire et Candide
Voltaire écrit Candide en 1758 et le fait publier à Genève en 1759 de façon anonyme : son auteur se cachant, pour mieux échapper à la censure, sous le masque du docteur Ralph !
L’ouvrage est un succès malgré sa condamnation : on reproche à son auteur d’avoir voulu présenter l’univers sous sa forme la plus hideuse !

En 1758, de sa retraite de Ferney, Voltaire déjà âgé – il a soixante-quatre ans – pose un regard lucide mais inquiet sur le monde. Dans les mois ou années qui ont précédé, Voltaire a été horrifié par plusieurs événements : en 1755 le tremblement de terre de Lisbonne a fait plusieurs dizaines de milliers de morts et en 1756, en Europe débute la guerre de Sept ans qui oppose la France alliée à l’Autriche, à l’Angleterre soutenue par la Prusse. De plus la menace permanente de la censure qui s’abat sur lui et sur les œuvres des philosophes éclairés – par exemple sur L’Encyclopédie –, de même que l’exil auquel on le force exaspèrent Voltaire. Pour lui tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Il s’interroge alors sur la question du Mal et songe que l’optimisme, réponse apportée par Liebniz, philosophe allemand du début du siècle, est une aberration !

Il va donc écrire un conte philosophique, c’est-à-dire construire un récit pour démontrer la vanité de cette théorie et pour dénoncer tous les travers de son époque : la violence et la cruauté des hommes, leur intolérance et leur fanatisme.
Voltaire, évoquant son récit Le Taureau blanc, dévoile son intention: « Je veux qu’un conte soit fondé sur la vraisemblance, et qu’il ne ressemble pas toujours à un rêve. […] Je voudrais surtout que, sous le voile de la fable, il laissât entrevoir aux yeux exercés quelque vérité fine qui échappe au vulgaire ».

Simonsen dans le Dictionnaire des littératures explique la démarche du philosophe : « Le conte de Voltaire […] est avant tout une parabole, c’est-à-dire un récit qui se donne ouvertement non pour un reflet fidèle de la réalité, mais pour une construction fabriquée dans le propos d’illustrer un point de vue ».

3. Résumé de Candide
Candide est un jeune homme naïf qui vit dans le château du baron de Thunder-Ten-Tronckh. Il est chassé de ce petit bout de paradis parce qu’il est surpris avec Cunégonde, la fille du baron, dont il est amoureux. Il quitte alors sa bien-aimée et Pangloss, le précepteur de la maison qui a enseigné à Candide que tout est au mieux dans le meilleur des mondes.

Candide est alors confronté aux réalités du monde les plus cruelles. Il assiste au spectacle de la guerre, au tremblement de terre de Lisbonne, à un autodafé, retrouve un temps Pangloss, puis Cunégonde, tous deux victimes mais rescapés des horreurs du monde. Mais Candide est obligé de fuir : il perd à nouveau Cunégonde en Amérique du Sud et accompagné de son valet Cacambo part au Paraguay ; il y affronte le frère de Cunégonde, et manque d’être tué par le peuple des Oreillons.

Il atteint l’Eldorado, pays merveilleux où tout n’est que richesse et paix. Mais mu par le désir de retrouver Cunégonde, il reprend sa route. Il rentre alors en Europe où il assiste à la guerre et est victime d’escrocs redoutables. Il réussit à se rendre à Venise où il espère revoir Cunégonde. Mais elle n’y est pas. Il la retrouve, vieillie et enlaidie, à Constantinople, en même temps que Pangloss et le fils du baron.

Tous se fixent dans une petite métairie sur les bords de la Propontide. Alors que Pangloss soutient toujours que le monde est le meilleur des mondes, Candide abandonne toute discussion métaphysique, épouse Cunégonde et affirme qu’il « faut cultiver son jardin ».

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents