Byzance - Cours d'Histoire Seconde avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Byzance

1. L'empereur et le pouvoir à Byzance
a. Le basileus
L'Empire byzantin a déjà presque huit siècles au début du XIIe siècle. Partie orientale de ce qui fut l'Empire romain, Byzance préserve son héritage romain. L'Empire dispose donc d'un système cohérent, mais figé. Il est dirigé par un empereur appelé basileus (« roi » en grec). Comme à Rome dans l'Antiquité, c'est l'armée qui choisit l'empereur, puis le Sénat et le peuple ratifient ce choix. L'Eglise ne joue aucun rôle dans cette nomination.
Mais l'étape décisive de l'investiture se déroule dans la basilique Sainte-Sophie, à Constantinople, où le patriarche (le plus haut dignitaire de l'Eglise byzantine) couronne l'empereur. Celui-ci est considéré comme le lieutenant de Dieu sur Terre. Il est donc naturel que l'empereur intervienne dans la vie de l'Eglise. C'est ce qu'on appelle le « césaropapisme » : pouvoir religieux et politique sont réunis dans la même personne.
b. La vie de cour et l'administration
Cette théocratie s'exprime également dans la vie de cour. L'empereur est sacralisé, vêtu de pourpre. Les visiteurs étrangers doivent s'allonger devant lui en signe de prosternation. Un ordre très strict régit l'ensemble de la vie de cour. L'Etat byzantin repose sur une hiérarchie très organisée de dignités (titres) et de fonctions. Les plus hautes fonctions sont souvent distribuées par l'empereur à des membres de sa famille.
L'Empire se caractérise par une administration d'une remarquable qualité. Une bureaucratie puissante et cohérente est assurée par des fonctionnaires nombreux et qualifiés. Le chef de l'administration impériale (prôtoasékrétis) occupe la fonction administrative la plus prestigieuse.
2. La chrétienté orientale
a. Des chrétiens...
L'Empire byzantin est un empire chrétien. La religion fournit un système de valeurs universellement admises dans l'Empire : le monde terrestre est l'image du monde céleste. De même qu'il n'existe qu'un Dieu au ciel, on ne trouve qu'un empereur sur Terre. L'empereur nomme le patriarche, convoque et préside les conciles, où l'on décide de la doctrine religieuse.
La religion occupe dans la vie des Byzantins une place centrale. Elle ordonne leur temps et leur façon de penser. La religion populaire s'appuie sur la dévotion portée aux reliques des saints et aux icônes sacrées. Les Byzantins des villages se tournent également vers les moines, à qui l'on attribue toutes sortes de pouvoirs, et notamment celui d'aider à gagner son salut. Or tout chrétien aspire essentiellement à obtenir le salut de son âme.
b. ... qui rejettent l'autorité du pape
Les Byzantins se distinguent des chrétiens d'Occident. Ils se disent « orthodoxes », c'est-à-dire détenteurs de la vraie doctrine. Ils dénoncent les dérives de la chrétienté occidentale. Les motifs de discorde sont anciens et variés. Le couronnement de Charlemagne par le pape a suscité l'incompréhension des Byzantins. Les tensions entre Rome et Byzance mènent en 1054 au schisme, c'est-à-dire à la cassure entre chrétiens d'Orient et d'Occident : le patriarche et le pape s'excommunient mutuellement.
Mais la rupture n'est définitive qu'en 1204, lors de la prise de Constantinople par les croisés. Les Byzantins ne peuvent accepter d'avoir été maltraités par des chrétiens qui se proclament soldats de Dieu.
3. Un Empire menacé
a. Les menaces de la fin du XIe siècle
Au milieu du XIe siècle, l'Empire byzantin est encore la première puissance du monde. Constantinople est la plus grande place commerciale mondiale.
Mais à la fin du siècle, les périls se multiplient. Les Normands chassent les Byzantins d'Italie du Sud et les peuples slaves se font menaçants. Les Turcs multiplient les raids en Asie Mineure, et remportent en 1071 une victoire décisive. Au début du XIIe siècle, l'Empire est très fortement ébranlé.
b. L'Empire des Comnènes
La dynastie des Comnènes arrive au pouvoir en 1081. Elle organise la reconquête : l'empereur Alexis Comnène parvient à récupérer la plus grande partie de l'Asie mineure. Mais l'appel à l'aide qu'il lance à l'Occident se révèle être un mauvais calcul. La ville de Venise apporte l'aide de sa flotte, mais contre des privilèges commerciaux qui ruinent les Byzantins. L'Empire ne parvient pas à recouvrer sa puissance. La monnaie byzantine, le nomisma d'or, est très fortement ébranlée. L'arrivée des croisés se traduit par la création d'Etats latins, qui suscitent des réactions de xénophobie chez les Byzantins.
c. La prise de Constantinople
En 1176, les Byzantins subissent une grave défaite face aux Turcs, et tout leur effort de reconquête est anéanti. L'Empire est menacé à nouveau de toutes parts et ne parvient même pas à garder ses alliés. Les Vénitiens sont ainsi chassés de Constantinople en 1171. Profitant de l'instabilité du pouvoir impérial qui suit la chute des Comnènes, les Vénitiens et les croisés prennent le 13 avril 1204 la ville de Constantinople et se partagent l'Empire.
Le pouvoir byzantin se replie sur Nicée.
L'essentiel

Héritier de l'Empire romain, l'Empire byzantin est une théocratie. Le pouvoir est exercé par l'empereur, le basileus, qui est également investi d'une autorité religieuse. Pouvoirs temporel et spirituel sont donc indissociables. Les Byzantins sont chrétiens, mais se sont séparés de l'Eglise de Rome, soumise à l'autorité du pape. Très grande puissance politique, commerciale et militaire jusqu'au XIe siècle, l'Empire connaît de grandes difficultés au siècle suivant.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents