Analyser un sujet de dissertation - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Analyser un sujet de dissertation

Objectif : maîtriser les critères d'évaluation et les consignes des épreuves du baccalauréat.

 

Le sujet de type III du baccalauréat est une dissertation portant le programme. Pour le réussir, il faut avoir une connaissance solide de celui-ci. Il faut également posséder une bonne méthode, notamment pour analyser le sujet.
1. Expliquer les termes importants
a. Quels sont les termes importants ?
La notion au programme (par exemple, un mouvement littéraire et culturel du XVIe au XVIIIe siècle) ou des notions littéraires importantes liées au programme (par exemple, l'apologue, le texte biographique, etc.), qui apparaissent dans le sujet, doivent évidemment être définies.

Il faut expliquer les notions clés qui apparaissent dans le sujet. Il est donc important de définir toute notion un peu complexe ou abstraite.
Ex. : le pessimisme, le stéréotype, la vision du monde, l'imagination, la sensibilité, etc.

b. Aboutir à une reformulation claire du sujet
Si le sujet est une citationa fortiori une longue citation, formulée de façon compliquée –, il faut en résumer le contenu dans l'introduction de la dissertation pour montrer que celle-ci a bien été comprise.

Dans tous les cas, il est utile de reformuler brièvement la question posée afin de clarifier les choses, pour soi comme pour le correcteur.

2. Trouver une problématique
Une fois les termes du sujet analysés, il s'agit de trouver une problématique.
a. Comprendre quelle est la portée du sujet
Par rapport à un cours complet sur une œuvre ou sur une question littéraire, un sujet de dissertation est nécessairement restrictif. Il invite à réfléchir à un aspect limité de l'œuvre ou de la question. Il faut se tenir à cet aspect et ne pas déborder sous prétexte de montrer que l'on a des connaissances, sans quoi on risque le hors-sujet.

Ex. : Si un sujet porte sur l'identification du lecteur aux personnages d'un roman, on ne prend en considération que le point de vue du lecteur, on ne parle ni du projet de l'auteur ni de la réception de l'œuvre.

b. Poser les problèmes soulevés par le sujet
Un énoncé suscite nécessairement des questions qu'il faut faire apparaître dans l'introduction pour montrer que l'on a compris l'enjeu du sujet.

Ex. : Un sujet portant sur l'intérêt d'une œuvre peut faire naître les interrogations suivantes : est-ce que l'œuvre divertit, instruit, émeut ? Est-ce qu'elle présente aujourd'hui un intérêt différent de celui qu'elle offrait lors de sa parution ?

3. Tenir compte des indices fournis par la formulation du sujet
Dans sa formulation, le sujet comporte parfois des indices permettant de bâtir le plan.
a. Le sujet oriente la réflexion
Par sa tonalité, par l'emploi de termes mélioratifs ou péjoratifs, par son caractère dérangeant..., le sujet invite l'élève à un certain type de réflexion.
Une formule provocatrice est faite pour être discutée et contestée.
Ex. : Le roman naturaliste conçu par Zola n'a plus aucun intérêt aujourd'hui.

D'une manière générale, certains sujets sont plutôt faits pour être remis en question.
Ex. : Seriez-vous aussi sévère qu'un critique affirmant, à propos de la reprise des mythes antiques par les dramaturges modernes : « Il y a une étonnante mesquinerie à rapetisser ainsi ces grandes figures qui, sur la route de l'humanité, incarnent nos éternelles passions. » ?

D'autres sujets demandent à être confirmés.
Ex. : Rousseau dit dans le livre 2 : « la table ne se trouva pas assez grande pour le nombre que nous étions ». Vous montrerez en quoi cette phrase reflète l'idée principale des Confessions.

b. Le sujet est un guide pour bâtir le plan
Certains sujets impliquent un plan critique (ou dialectique) : les phrases provocatrices, celles qui expriment de façon péremptoire une opinion très tranchée se prêtent à la discussion. Elles entraînent un plan du type : thèse/antithèse/synthèse.

Par leur formulation, certains sujets invitent à un plan thématique : ils posent une question ouverte à laquelle on doit répondre en classant par thèmes les éléments de la réflexion.
Ex. : La question « Quelles sont les fonctions du poète présentées dans ce recueil ? » appelle un plan thématique (chaque partie est consacrée à une fonction).

Enfin, d'autres sujets conduisent à un plan analytique. C'est le cas des sujets longs, qui développent précisément une notion ou un jugement.
Ex. : Un critique écrit au sujet des Confessions de Rousseau : « On y voit, plus que l'autoportrait d'un homme tourmenté, le récit rétrospectif d'une destinée malheureuse, tracé par un écrivain pathétique à force de crier son excellent naturel, malade de ses contradictions, avide de s'attirer la sympathie du lecteur. » Commentez cette réflexion d'après votre lecture des quatre premiers livres des Confessions.

Ici, il s'agit de séparer les idées importantes pour faire de chacune d'elles l'objet d'une partie :
I. Le récit rétrospectif d'une destinée malheureuse.
II. Un écrivain pathétique [...] malade de ses contradictions.
III. Un écrivain avide de s'attirer la sympathie du lecteur.

 

L'essentiel

Le sujet III du baccalauréat est une dissertation portant sur une œuvre ou une question au programme.
Pour réussir, il faut analyser minutieusement l'énoncé : expliquer les termes importants, définir une problématique et s'interroger sur les présupposés du sujet.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents