Une vie de Maupassant - Cours de Français Seconde avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Une vie de Maupassant

Objectif : connaître une oeuvre majeure du courant naturaliste.
1. Autour du roman
a. Les influences
Le naturalisme

Par l'intermédiaire de Flaubert, Maupassant fréquente Zola, les Goncourt ou Huysmans, ce qui l'amène à adhérer au naturalisme. Il a déjà participé au recueil naturaliste Les Soirées de Médan (1880) quand il conçoit le projet d'écrire un roman. Ce mouvement littéraire introduit une dimension scientifique en littérature, ce qui produit des romans plutôt pessimistes portant un regard sans complaisance sur l'homme.

Schopenhauer

Le pessimisme teinte globalement les oeuvres du XIXe siècle. Une vie ne fait pas exception à cette tendance générale. Maupassant y applique certains principes du philosophe allemand Schopenhauer (1788-1860) qui explique que l'existence humaine est vouée au malheur par l'influence d'un monde que l'homme ne peut contrôler. Tout, dans la vie d'un homme, le conduit à la déception. L'exemple le plus frappant dans ce roman, ainsi que chez Schopenhauer, est l'amertume relative à l'amour et au mariage.

b. L'écriture et la publication
Les premiers brouillons qui semblent correspondre à Une vie datent de 1877, année au cours de laquelle Maupassant décide d'écrire ce premier roman. La rédaction est abandonnée de 1878 à 1881. Maupassant la reprend après la mort de Flaubert. Elle se prolonge sur les années 1881 et 1882, pour s'achever en 1883, par la publication en feuilleton dans Le Gil Blas (pendant deux mois). Puis vingt-cinq mille exemplaires sont vendus malgré l'interdiction prononcée par la librairie Hachette. Ce nombre témoigne du succès du roman.
c. L'accueil de l'oeuvre
D'une manière générale, Une vie est un roman qui reçoit un accueil favorable de la critique, même si certains lui reprochent d'être naturaliste ou d'être trop proche de Flaubert.

Paul Alexis, dans Le Réveil du 15 avril 1883, déclare : « L'effet général est très grand et le style emporte tout. Je viens, en somme, d'éprouver une grande satisfaction à savourer trois cents pages de cette prose qui me paraît plus que jamais franche, souple et forte. »

Maxime Gaucher, dans La Revue bleue du 21 avril 1883 affirme : « Telle est, comme on sait, la poétique du naturalisme, qui nous présente les gens sans se croire tenu de nous dire d'où ils viennent et où ils vont. Je ne m'habituerai jamais à cela; mais je n'en déclare pas moins que la série de tableaux que fait défiler devant nous M. de Maupassant est l'oeuvre d'un coloriste et d'un styliste bien remarquable. »

Ferdinand Brunetière, dans La Revue des deux mondes du 1er juillet 1883 dénonce : « C'est un élève dont l'originalité n'est pas assez dégagée de l'admiration et de l'imitation de son maître. Il serait temps d'y aviser. Comme Flaubert, il manque surtout de goût et de mesure. Sans cela, sans quelques pages qui semblent une gageure, et qui s'étalent sans vergogne en trois ou quatre endroits, Une vie serait presque une oeuvre remarquable. »

2. Résumé du roman
Jeanne est une jeune fille de dix-sept ans qui vient de sortir du couvent. Elle rentre chez ses parents, près de Rouen. Romantique, elle attend avec impatience le grand amour. Il se présente à elle sous les traits de Julien de Lamare, jeune noble séduisant. Le père de Jeanne accepte ce mariage car il veut faire le bonheur de sa fille unique.
Mais Jeanne s'aperçoit rapidement que Julien cache sa véritable personnalité sous une apparence socialement respectable. Après un voyage de noces idyllique en Corse, Jeanne subit les tourments d'un quotidien sans amour. Julien est infidèle : il fait un enfant à la servante Rosalie, il trompe Jeanne avec une voisine. Le couple ne s'entend pas, mais Jeanne parvient malgré tout à avoir un enfant : Paul. Elle élève cet enfant avec sa mère et son père et voudrait un deuxième enfant pour solidifier sa famille, mais il meurt à la naissance.
Jeanne est très malheureuse. Rien ne se passe comme elle l'avait souhaité. La relation qu'elle entretient avec un couple du voisinage n'arrange rien, car Julien a une relation avec la femme, Gilberte. Fou de jalousie, le mari de Gilberte tue le couple adultère.
Jeanne se retrouve veuve. Elle continue l'éducation de Paul qui, peu à peu, s'éloigne de sa mère et devient une pâle réplique de son père. Dépensier, joueur, il extorque l'argent de sa mère qui, à la mort de ses propres parents, doit vendre la maison familiale. Elle termine sa vie avec sa servante, revenue vers elle par pitié, et sa petite-fille, envoyée par Paul.
L'essentiel

Ce premier roman de Maupassant est une réussite même si les critiques n'ont pas été unanimes. Ce récit simple fait la somme de l'influence de Flaubert et du naturalisme inspiré par Zola. On retrouve dans l'histoire de Jeanne des traces du pessimisme du XIXe siècle.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents