Un grand projet européen : Ariane - Maxicours

Un grand projet européen : Ariane

Objectif
  • Comprendre et être capable d’expliquer les spécificités de l’industrie aéronautique et spatiale européenne.
Points clés
  • L’industrie aéronautique et spatiale européenne est un secteur porteur qui a su s’imposer à diverses échelles depuis 30 ans.
  • Pourtant, il est en proie aux difficultés. Il doit proposer des innovations constantes afin de faire face à une concurrence accrue.
Pour bien comprendre
  • Haute technologie
  • Recherche et développement
  • Concurrence
  • Partenariat

À l’origine du projet Ariane, on trouve la volonté politique des pays d’accéder d’une façon autonome à l’espace. À cela s’ajoute le souhait de participer au développement d’un marché européen de satellites. Un satellite sur deux dans le monde est envoyé dans l’espace par la fusée Ariane.

1. Les débuts de l'expérience européenne : une volonté politique

Jusque dans les années 1960, l'accès à l'espace était dominé par les États-Unis et l'URSS, et les États européens s'étant lancé dans le développement de programmes nationaux de recherche spatiale ne pouvaient pas prétendre concurrencer ces deux grandes puissances. Ce décalage a motivé un certain nombre de pays européens à unir leurs efforts en matière de recherche spatiale. 

Dès 1973, un programme de recherche et de développement d'un lanceur européen est mis en place. C'est le projet Ariane, qui, depuis, a connu un grand succès.

Certains de ces pays avaient par ailleurs déjà eu l'occasion d'unir leurs forces de travail autour d'un autre projet d'envergure, et ce dès les années 1960, avec la fondation d'Airbus. Chaque avion était en effet le fruit d'une coopération entre les États, et c'est sur le même modèle que s'est construit le projet Ariane.

Décomposition et origines des pièces d'un avion Airbus
2. Une coopération qui fonctionne

La fusée Ariane a fêté ses 40 ans et compte, en 2019, 22 pays européens engagés dans son financement et son développement. La France, en particulier, en assure plus de la moitié et se place comme le responsable du projet.

Les fusées Ariane sont, par ailleurs, lancées depuis un site situé en Guyane française, à l'abri des risques naturels sismiques et cycloniques. La présence du groupe Ariane en Guyane permet également à ce DROM de gagner en attractivité.

DROM : départements et régions d’outre-mer.

Ce projet européen permet donc, dans le cas de la Guyane, de lutter contre les inégalités socio-économiques et spatiales en France, dont les territoires hors métropole connaissent de grandes difficultés, et à l’échelle européenne.

Exemple
En 2018, le chômage est de 49 % en Guyane contre 9 % en France. Le secteur spatial représente 17 % du PIB de cet espace géographique, 15 % des emplois indirects et 25 % de l’emploi privé.

Centre spatial de Kourou, Guyane

En 2015, Ariane représentait près de 9 000 emplois qualifiés répartis entre la France et l’Allemagne.

Remarque
En 2018, ArianeGroup annonce la suppression de 2300 postes entre 2018 et 2022. Cette suppression est liée au lancement d’Ariane 6 qui est prévue en 2020 et à la concurrence accrue d’autres entreprises à l’échelle mondiale.

Si de nombreux concurrents existent (les Russes, les Américains du Nord et, depuis peu, les Chinois), 60 % du marché mondial des lancements en orbite géostationnaire est détenu par Ariane, et l'entreprise s'est donc imposée comme la meilleure de son domaine (seulement 10 échecs sur 300 depuis 1981).

Exemple
En 2018, Arianespace a effectué 11 lancements depuis le centre de Kourou en Guyane, dont cinq à la demande d’institutions européennes. En 2018, Ariane domine le marché des satellites géostationnaires.

8 milliards d'euros sur dix ans ont été engagés par l'Europe pour la construction des lanceurs d'Ariane, dont la moitié pour le développement « Ariane 6 » ainsi que pour la construction d'un pas de tir. Les 4 autres milliards se répartissent entre des adaptations d' « Ariane 5 » et un soutien financier aux lancements.

Dans ce programme, la France reste le premier acteur (en y contribuant pour la moitié), devant l'Allemagne (22 %) et l'Italie (12 %). Le reste se répartit entre l'Espagne, les Pays-Bas, la Belgique, la Suède et la Suisse. L'Allemagne a annoncé, le 27 novembre 2015, qu'elle augmentera sa contribution au financement d'« Ariane 6 », passant alors de 115 à 175 millions d'euros.

Remarque
En 2018, les États membres de l’agence spatiale européenne débloquent des fonds pour le projet d’Ariane 6. Ces fonds sont estimés à 300 millions d’euros, ce qui est relativement faible, et ont fait l’objet de vives hésitations.

Malgré ce succès, le groupe Ariane doit faire face à d’importantes difficultés au dernier trimestre de l’année 2018 : suppression de 2 300 postes et changement de P.D.G. La concurrence internationale, notamment américaine, affaiblit le groupe et les commandes de satellites n’ont pas cessé de diminuer. De plus, l’organisation industrielle du groupe est couteuse puisque la fabrication du lanceur d’« Ariane 6 » est répartie sur 16 sites en Europe.

Exemple
Le groupe a assuré le lancement de 22 missiles en 2013 contre 9 seulement en 2017. Les États européens ne signent pas nécessairement tous leurs contrats auprès d’Arianespace. Ils se tournent désormais vers l’entreprise qui propose la meilleure offre.
Remarque
En 2014, ArianeGroup est créé suite à la fusion des activités Airbus et Safran qui détiennent le groupe à parts égales. Arianespace devient alors une des filiales d’ArianeGroup.
3. Une course aux étoiles à l'échelle mondiale

De grands groupes concurrencent Ariane dans le domaine du lancement de satellites.

En plus des concurrents anciens, comme les Américains et les Russes, le début du XXIe siècle a vu l’arrivée de nouveaux acteurs provenant des pays émergents : la Chine, l’Inde ou la Corée du Sud. Si la première se lance dans l’exploration de notre satellite lunaire, la Corée du Sud a mis, elle, son premier satellite en orbite.

De son côté, l’Inde a lancé sa propre sonde martienne.

Exemple
Space X, principal concurrent américain d’ArianeGroup, a mis en place des lanceurs réutilisables. Ariane devrait réduire ses couts de lancement 40 à 50 % si elle souhaite résister à ses concurrents.

L'Europe fait face à cette concurrence grâce à sa société Arianespace, financée par le CNES (Centre national d'études spatiales) et l'ensemble des industriels européens du secteur, créée en 1960 et dont l'activité principale est le lancement de satellite.

Elle garantit ainsi à l'Europe un accès indépendant à l’espace tout en s'imposant sur le marché commercial dans son domaine. L’Europe a doté Arianespace d’une capacité unique lui permettant de mettre en orbite depuis le Centre spatial guyanais tous les types de charges utiles, à tout moment et vers toutes les orbites.

Cette capacité repose sur une gamme de trois lanceurs opérés en synergie :

  • Ariane 5, lanceur lourd ;
  • Soyuz, lanceur moyen ;
  • Vega, lanceur léger.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Découvrir le reste du programme

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent