Smith - Maxicours

#entraideCovid19

#entraideCovid19

#entraideCovid19

#entraideCovid19

Adam Smith (1723-1790) est un philosophe écossais, considéré comme le fondateur, au siècle des Lumières (ou de l'Enlightment, terme anglais correspondant), du libéralisme économique. Il introduit une science nouvelle, qu'on nommera "économie politique". Il est l'auteur de deux œuvres majeures, L'Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), et la Théorie des sentiments moraux (1769), ouvrage dans lequel Smith se demande si le sens moral est, chez l'homme, inné.
1. Le paradoxe de Smith : l'homme est à la fois égoïste et altruiste
a. L'individu est enclin à la sympathie
Smith affirme, dans la Théorie des sentiments moraux, que l'homme éprouve de la sympathie à l'égard de ses semblables, sympathie qui lui permet de dépasser sa propension naturelle à l'égoïsme. L'individu est en effet capable de se mettre à la place d'un autre individu, lorsque celui-ci souffre, par exemple. L'homme éprouve donc de la compassion à l'égard de ses semblables ; néanmoins, cette compassion relève finalement de l'égoïsme, dans la mesure où il s'identifie à celui qui souffre, par exemple. Il peut véritablement, néanmoins, se réjouir du bonheur d'autrui. La bienveillance à l'égard de nos congénères demeure, pour Smith, le véritable mobile de nos actions. C'est pourquoi l'idée d'un bonheur possible pour l'ensemble des hommes reste primordiale dans sa pensée. La réalisation d'un bien commun ne peut cependant pas ressortir d'une finalité, d'un dessein qui seraient ceux de l'Etat. Seuls les individus peuvent concourir à leur propre bonheur.
b. L'individu est tout autant mû par la seule considération de son propre intérêt
Dans l'Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations, Smith met l'accent, au contraire, sur l'égoïsme humain : spontanément, l'homme cherche à satisfaire ses désirs particuliers, il poursuit son propre intérêt. Pour Smith, cet égoïsme naturel ne pose pas de problème moral majeur, dans la mesure où cette tendance qu'a l'homme à assurer en premier lieu son propre bonheur contribue à la réalisation du bonheur général.
Reste que, selon Smith, et d'une manière plus générale, ce qui relève de l'économie ne relève pas de la morale. On lui reprochera donc, sur le plan économique, ce qu'on a reproché à l'homme politique et philosophe italien Nicolas Machiavel (1469-1527) sur le plan politique, à savoir de séparer radicalement les questions politiques des questions morales.
2. La main invisible
a. Liberté d'entreprendre, propriété privée des moyens de production, libre-échange
La maxime du "laisser faire, laisser passer", que l'on associe au libéralisme économique, et au nom d'Adam Smith, ne figure cependant pas dans l'œuvre de ce dernier. Elle est attribuée à l'économiste et négociant français Vincent de Gournay (1712-1759). Cet adage équivaut tout simplement à la liberté d'entreprendre, et à ce que soit assurée la propriété privée des moyens de production, seule capable de créer la richesse économique des nations. Smith établit les bases, par conséquent, de ce que nous appelons aujourd'hui le "libre-échange".
Inséparable du libre-échange, la théorie dite de "la main invisible" relève de la conviction suivante : les actions guidées par l'intérêt individuel - par l'égoïsme, donc - concourent à l'épanouissement économique des pays. En poursuivant son propre intérêt, l'individu contribue à créer les conditions de réalisation de l'intérêt général. L'égoïsme n'est pas, à ce titre, un sentiment immoral, dans la mesure où il contribue à l'utilité publique :  "tout en ne cherchant que son intérêt personnel, [l'individu] travaille souvent d'une manière bien plus efficace pour l'intérêt de la société, que s'il avait réellement pour but d'y travailler" (Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations, Livre IV, chapitre 2).
La "main invisible" correspond, par conséquent, à une sorte de providence, d'heureux hasard, qui font qu'en poursuivant son 'intérêt particulier, l'individu contribue à la bonne santé du tout.
b. Avant et après "la main invisible" : Bernard de Mandeville et Kant

On retrouve une idée similaire à celle de "la main invisible" chez Bernard de Mandeville, médecin et philosophe hollandais, dans l'ouvrage intitulé La fable des abeilles, paru en 1714. L'idée selon laquelle les "vices privés" concourent au "bien public" est exprimée dans la fable. Montrant comment l'orgueil et la vanité des hommes - prétendus vices - et comment encore la modestie ou l'honnêteté - prétendues vertus - produisent les effets inverses de ceux attendus, La fable des abeilles provoque, au 18ème siècle, un véritable scandale, dans la mesure où, finalement, les vertus sont présentées comme des vices, et les vices comme des vertus. En effet, les premières ne sont aucunement utiles, tandis que les secondes le sont.
Kant, par le biais de la théorie de "l'insociable sociabilité des hommes", montre dans
l'Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique (1784) que les tendances naturelles des hommes sont contradictoires : spontanément, l'homme est à la fois sociable et associable. Il recherche en même temps l'isolement et la solitude, mais aussi la compagnie de ses semblables. Ainsi, la propension naturelle que l'homme a de poursuivre son propre intérêt peut en effet s'avérer utile à la société : un accord pathologiquement extorqué en vue de l'établissement d'une société peut se convertir en un tout moral. De cette manière, un défaut (l'égoïsme) peut se transformer en une qualité.

3. Le non-interventionnisme étatique
a. L'Etat de doit pas intervenir, mais il est néanmoins utile
En affirmant que l'État ne doit pas intervenir dans les agissements privés des hommes, sur le plan économique, Smith pose les bases du libéralisme. Il ne relève pas des fonctions d'un État de vouloir planifier le bonheur de tous les hommes. Le rôle de l'État doit par conséquent se borner à ce que puissent se développer les mécanismes économiques. Smith est convaincu que l'autorégulation des marchés est capable de générer l'harmonie sociale. Les princes et les ministres ne peuvent quoi qu'il en soit vouloir surveiller, réguler ou évaluer les productions des individus particuliers : "qu'ils surveillent seulement leur propre dépense, écrit Smith, et ils pourront s'en reposer sans crainte sur chaque particulier pour régler la sienne".
Demeure en outre du ressort de l'État les affaires relatives à la sécurité, à la paix civile, ou encore à l'éducation des classes les plus pauvres. Smith n'est donc pas hostile à l'État, lequel doit néanmoins encourager le désir des individus d'améliorer les conditions matérielles de leur existence.
b. Le colonialisme et l'esclavage ne profitent pas à l'économie
Il ne faut cependant pas assimiler la pensée libérale de Smith à un libéralisme cynique et violent, habituellement considéré comme responsable du mécanisme selon lequel l'enrichissement des riches favoriserait l'appauvrissement des pauvres.
Smith s'attaque par exemple au colonialisme et à l'esclavage, et montre qu'il s'agit, dans les deux cas, de deux entreprises d'exploitation extrêmement coûteuses. On le voit, Smith raisonne essentiellement en économiste, et non en moraliste ou en termes d'égalité ou d'inégalité entre les hommes, ce qu'on peut évidemment lui reprocher.

Le travail est finalement, aux yeux de Smith, la valeur centrale de toute économie, et la seule véritable source de richesse. Ce ne sont pas la terre, ou encore les échanges, qui représentent les biens les plus utiles, mais le travail. Les prix ou les profits, la combinaison des salaires dépendent finalement de la valeur que le travail génère ; le travail seul confère sa valeur au produit. La monnaie elle-même n'est que l'intermédiaire des échanges. Les nations s'enrichiront, par ailleurs, grâce à ces échanges des fruits du travail des hommes.
Enfin, le terme d'enrichissement, chez Smith, n'est pas synonyme d'exploitation ou de capitalisme, au sens que prendront ces termes aux siècles suivants. Smith, considérant que les machines et les outils ne pouvaient qu'améliorer le sort des ouvriers, déshumanisés par la répétition de gestes mécaniques, a essayé de concevoir un système grâce auquel les hommes pouvaient espérer améliorer leur condition de vie.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.