Réussir l'épreuve de français : quelques conseils - Maxicours

Réussir l'épreuve de français : quelques conseils

Objectif
  •  Avoir quelques conseils pour l'épreuve de français.
Points clés
  • L'épreuve de Français dure au total 3 heures.
  • Il y a des questions sur un texte et une image, un exercice de réécriture, une dictée et une rédaction.
  • Pour chacun des exercices imposés, il est essentiel de prendre le temps de comprendre ce qui est demandé pour éviter les erreurs liées au stress. Bien se relire est primordial.
1. Bien comprendre les documents

Pour tous les types de document, l'essentiel est de se demander ce que les auteurs du texte et du document (photographie, peinture, etc.) ont voulu provoquer chez le lecteur (ou le spectateur).

On peut distinguer 2 catégories de documents.
À chacune de ces catégories correspond un ensemble d'éléments à prendre en compte pour bien les comprendre.

a. Le texte littéraire

► Avant de lire le texte

Face au texte, la première chose à faire est de numéroter les lignes du texte.
Ainsi, il sera plus facile de se repérer lorsqu'il faudra citer le texte dans ses réponses.

Ensuite, on peut:

  • Lire le paratexte.
    Le paratexte est l'ensemble des éléments autour du texte. Ces éléments permettent souvent d'identifier le genre et le type de texte, l'auteur, l'époque à laquelle le livre a été écrit, etc.
  • Lire toutes les questions.
    Lire toutes les questions une première fois permet de préparer sa lecture. En ayant en tête les questions qui vont être posées, la première lecture du texte permet ainsi de déjà repérer certaines réponses.


► En lisant le texte

Il est important de lire deux fois le texte pour bien le comprendre.
Cela permet de trouver d'abord son sens en général puis de le comprendre dans le détail.

Lire deux fois le texte permet de répondre aux questions :

  • et quand se situent les faits racontés ?
  • Qui sont les personnages et le narrateur ?
  • Quel est le thème du texte ?
  • Quels sont les points de vue exprimés ?


Il est aussi possible d'annoter le texte au crayon, sans le surcharger afin qu'il reste lisible.

b. Le document iconographique

Pour bien comprendre le document iconographique (l'image, le dessin ou la photographie), deux éléments sont à retenir :

  1. Il faut comprendre le contexte de l'image.
    Pour cela il faut lire la légende qui indique les éléments importants : le titre, l'artiste, l'année, les dimensions, le support et les matériaux utilisés, etc. 
  2. Il faut parcourir l'intégralité de l'image du regard.
    En mobilisant ses connaissances, on peut mieux comprendre l'intention de l'artiste, ce qu'il a voulu transmettre comme émotion ou comme idée, à la fois en général et dans le détail.


À l'aide du contexte de l'image, de ses propres connaissances et de l'observation de toute l'image, il devient plus facile de trouver un ou plusieurs éléments de comparaison entre le texte et le document.

2. Savoir bien répondre aux questions

Pour bien répondre aux questions, il est important de bien les comprendre et d'y répondre de la bonne manière.

a. Avant de répondre

Avant d'écrire sur sa copie, il est préférable de :

  • Lire toutes les questions.
    Lire toutes les questions permet d'avoir une lecture plus efficace du texte et de bien comprendre ce que chacune d'entre elles demande.
  • Regarder éventuellement le nombre de points que vaut chaque question, s'ils sont indiqués.
    Plus une question vaut de points, plus la réponse devra être détaillée.
b. En répondant aux questions

En répondant à une question, il faut éviter de commencer par « oui », « non », « car », « parce que ». Pour bien rédiger sa réponse, il vaut mieux :

  • Reprendre les termes de la question au début de sa réponse.
    Cela permet de rédiger sa réponse en étant assuré que l'on répond à la bonne question.
    Exemple :
    Question : Quel est le thème du dernier paragraphe ?
    Réponse : Le thème du dernier paragraphe est…
  • Répondre avec ses propres mots puis citer le texte.
    Une fois que l'on a repris les termes de la question, on répond avec des mots différents de ceux du texte. On peut citer le texte entre guillemets («…») pour appuyer ce que l'on vient de répondre, en précisant la ligne du texte. Il n'est pas obligatoire de citer toute une phrase, seuls les éléments intéressants peuvent être cités.
    Exemple :
    Le thème du dernier paragraphe est la gourmandise.
    En effet, le texte parle de « bonbons » (l.19) et de « montagnes de chocolat que je dévore » (l.23).
  • Répondre dans l'ordre, mais ne pas hésiter à passer certaines questions.
    Il vaut mieux revenir plus tard à une question plutôt que de rester bloqué trop longtemps.


Si le temps presse parce qu’on a mis du temps à comprendre le texte, ou parce que l'on écrit lentement, ce n'est pas grave. Dans ce cas, on écrit de manière brève, concise et argumentée, mais en restant précis et clair. On évite de passer trop de temps à reprendre les mots de l'énoncé : l'essentiel est de répondre aux questions.

c. Les différents types de question

► Les questions qui demandent un avis personnel
Pour ces questions, il faut s’appuyer sur les documents, et répondre de manière aussi nuancée, argumentée et précise que possible.

► Les questions qui font le lien entre le texte et l'image
Pour ces questions, on peut reprendre des mots extraits du texte pour les comparer avec ce que l’on voit dans l'image.

Exemple :
On peut rapprocher les mots d'un texte qui parle du bonheur avec des éléments de l'image qui renvoient à des choses joyeuses. 


La dernière question est une question qui vaut en général beaucoup de points. Il faut garder suffisamment de temps pour y répondre. Il s'agit souvent d'une question de synthèse : on peut utiliser des éléments des réponses précédentes pour construire sa réponse.

3. Réussir la dictée

La dictée est prononcée 3 fois :

  1. La première écoute permet de repérer les éléments les plus généraux du texte.
  2. Ensuite, vient le moment d'écrire sur sa copie pendant la deuxième écoute, plus lente que la première.
  3. La dictée est répétée une troisième et dernière fois pour qu'on puisse relire sa copie.
a. Pendant la dictée

La première écoute
La première écoute permet de comprendre le sens général du texte (temps, sujets, longueur) et d'identifier le temps le plus utilisé.
Elle permet aussi de repérer la ponctuation et les liaisons, d'identifier certains accords et certaines lettres muettes.

La deuxième écoute
La deuxième écoute est consacrée à la rédaction sur sa copie : il faut donc suivre le rythme de la dictée.
On écrit 1 ligne sur 2, en espaçant les mots et en laissant de la marge.

Si l'on a pris du retard, ce n'est pas grave : on laisse un espace blanc sur sa feuille, et on revient dessus plus tard. L'essentiel est de continuer à suivre la dictée pour ne pas être perdu.


La troisième écoute
La troisième écoute permet de compléter les blancs que l'on a laissés.

Il est toujours possible de demander au professeur de relire un passage que l'on n'a pas eu le temps de noter. N'hésitez pas à poser la question à la fin de la dictée.

b. Après la dictée

Première relecture
À la première relecture, on est attentif au sens général du texte.
On se relit, et on se pose les questions suivantes :

  • Est-ce qu’il manque des mots ?
  • Est-ce que les majuscules sont bien placées ?


Deuxième relecture
À la deuxième relecture, on repère tous les verbes conjugués en identifiant leur temps.
On peut ensuite :

  • vérifier qu’ils sont bien conjugués au bon temps, avec la bonne conjugaison et à la bonne personne avec le bon accord ;
  • vérifier chaque participe passé.


 Troisième relecture
La troisième relecture s'intéresse à tous les groupes nominaux.
On vérifie alors que les adjectifs sont bien accordés avec le nom-noyau de chaque groupe nominal, c'est-à-dire qu'ils sont au bon genre (féminin ou masculin), et au bon nombre (singulier ou pluriel).

Quatrième relecture
À la quatrième relecture, on repère les mots « piège » en vérifiant leur classe grammaticale (nom, adverbe, adjectif, etc.). On en déduit la bonne orthographe.

4. Maitriser l'exercice de réécriture

L'exercice de réécriture consiste à réécrire un passage du texte en modifiant certains éléments, comme le nombre des sujets (on peut passer, par exemple, du singulier au pluriel), le temps des verbes (on peut passer du présent au passé composé) ou leur sujet (on peut passer de la 1re personne du singulier à la 2e personne du pluriel).

Après avoir bien lu la consigne et compris quelles transformations étaient à effectuer, on peut d'abord surligner en couleur tous les éléments à modifier pour être sûr de ne pas en oublier. Ensuite, on peut démarrer la réécriture au brouillon.

Les éléments auxquels il faut prêter attention sont :

  • la concordance des temps ;
  • les accords en genre (masculin, féminin) et en nombre (singulier, pluriel) ;
  • les pronoms et déterminants ;
  • les transformations liées au discours direct et discours indirect.

Une fois que l'on pense avoir fini, on vérifie que tous les éléments qui étaient à modifier (que l'on avait mis en couleur dans le texte) sont bien modifiés sur le brouillon.

Il faut penser à vérifier tous les mots du texte : si on demande par exemple de transformer les sujets d'un texte du masculin au féminin, certains adjectifs pourraient également être à modifier !

Lorsque l'on a tout vérifié sur son brouillon, on peut recopier avec soin le texte transformé sur sa copie.

L'exercice de la réécriture peut sembler difficile, mais c'est avant tout une question de bon sens : lorsque l'on a transformé tous ses éléments dans le texte, il est important de relire ce que l'on a écrit sur son brouillon pour vérifier que notre texte transformé a du sens.

5. Réussir la rédaction

La partie « rédaction » propose deux sujets.

Il n'y a qu'un seul sujet de rédaction à traiter : l'élève peut choisir le sujet de réflexion ou le sujet d'invention.
Quel que soit le sujet choisi, il est à traiter sur 2 pages au minimum (1 recto, 1 verso).

Pour les deux sujets, lire plusieurs fois l'énoncé permet de repérer les mots-clés de la consigne.
Les verbes et leurs compléments donnent souvent de bons indices sur ce qu'il faut faire.

Exemples :
• « Écrivez la suite du texte en prenant le point de vue de (...) » 
→ il faut écrire une suite qui soit cohérente avec le texte, en adoptant un point de vue particulier.
• « Expliquez ce que les œuvres d'art peuvent vous apporter dans la vie. » 
→ il faut rédiger plusieurs paragraphes argumentés et illustrés (« expliquez ») montrant en quoi le cinéma, la littérature, la peinture, etc. (« œuvres d'art ») enrichit notre vie : des exemples personnels sont attendus (« vous »).


Faire un alinéa (laisser un peu d'espace) avant le début de chaque paragraphe et sauter des lignes entre les grandes parties permet de rendre sa copie plus agréable à lire. Le correcteur appréciera !


Si l'on se sent perdu devant les deux sujets, le mieux est de se tourner vers celui qui nous inspire le plus pour ne pas perdre trop de temps à choisir. L'essentiel est ensuite de bien comprendre ce qui est attendu de nous dans le sujet choisi, quitte à passer 3-4 minutes à bien décortiquer la consigne sur notre brouillon.

a. Le sujet de réflexion

Le meilleur moyen de répondre au sujet de réflexion est de suivre un cadre.
Ce cadre comprend :

  • une introduction qui rappelle le sujet traité et annonce le plan que l'on va suivre, c'est-à-dire qui annonce le titre des deux parties ;
  • une 1re partie qui est « pour » ou « contre » le sujet ;
  • un paragraphe de transition qui résume la 1re partie et annonce la 2e partie ;
  • une 2e partie qui nuance la 1re partie ;
  • une conclusion qui résume sa réflexion et où l'on donne un avis personnel.


Pour bien organiser ces deux parties, on rédige pour chacune d'elle 2 ou 3 arguments illustrés par 2 ou 3 exemples. On organise ces arguments et ces exemples à l'aide de connecteurs argumentatifs (« d'abord », « ensuite », « par exemple », « mais », « aussi », « au contraire », etc.).
Les arguments et exemples peuvent être trouvés aussi bien dans vos connaissances que dans votre expérience personnelle.

  • Introduction
    • Rappel du sujet
    • Annonce des deux parties
  • 1re partie
    • Argument 1 + exemple 1
    • Argument 2 + exemple 2
    • Argument 3 + exemple 3
  • Phrase de transition entre les deux parties
  • 2e partie
    • Argument 1 + exemple 1
    • Argument 2 + exemple 2
    • Argument 3 + exemple 3
  • Conclusion
    • Résumé
    • Avis personnel
    • Phrase d'ouverture du sujet

 

b. Le sujet d'invention

Relire plusieurs fois l'énoncé permet de bien repérer les mots-clés de la consigne et d'identifier ce qui est demandé. Ainsi, on peut rapidement repérer le genre de texte à écrire : s'il faut écrire la suite du texte, une lettre, une scène de dialogues, un article de journal, etc.

Le sujet d'invention demande de faire appel à son imagination tout en structurant l'histoire que l'on invente. Il faut également veiller à respecter le contexte imposé.

Quel que soit le type de sujet d'invention, faire un plan de la situation d'énonciation est utile.
On répond alors aux questions :

  • Qui ? (narrateur et personnages)
  • Quoi ? (le sujet)
  • Pourquoi ? (que veut-on montrer ?)
  • Comment ? (quels moyens utiliser pour montrer ce que l'on veut montrer, quel enchainement d'actions, de paroles ou d'idées ?)


► Dans le cas d'un texte narratif à rédiger
On choisit les temps du récit (imparfait, passé simple, présent, futur) en respectant le choix du narrateur. On peut aussi insérer des dialogues, des descriptions ou une analyse des sentiments pour enrichir son récit.

► Dans le cas d'une lettre à rédiger
L'important est de respecter la mise en forme avec un émetteur, un destinataire, un lieu et une date, une formule d'appel et enfin une signature.

► Dans le cas d'un article de journal à rédiger
On peut donner un titre à son article et utiliser un nom de journal dans sa signature.

Exemple :
« Marie Fernand pour Le Monde » 

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent