Programme du Bauhaus - Cours d'Histoire de l'art Terminale L avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Programme du Bauhaus

Objectif
Evoquer le programme du Bauhaus, rédigé dès sa fondation en avril 1919 sous la forme d'une brochure de quatre pages, où sont annoncés les changements à venir.
Le programme du Bauhaus est une synthèse des idées de Walter Gropius sur la manière dont doivent être enseignés les arts, c'est-à-dire un juste rééquilibrage entre beaux-arts et arts appliqués en passant par le décloisonnement.
L'architecture est présentée comme la discipline englobant toutes les autres.

Lors de la fondation du Bauhaus en avril 1919, le programme prend la forme d'une brochure de quatre pages destinée à être distribuée au public. Gropius, cependant, craignant qu'il ne soit mal interprété, en suspend la distribution.
1. « La Cathédrale »
a. La page de titre de la brochure
La première page, qui fait office de page de titre, est illustrée d'une gravure sur bois de Lyonel Feininger, que Gropius a rencontré au Conseil de travail pour l'art de Berlin.

La gravure représente une cathédrale stylisée d'une manière qui renoue avec l'expressionnisme allemand : trois portails sont surmontés de trois tours, chacune couronnée d'une étoile à cinq branches.

b. Le symbolisme
• Le chiffre trois
Il n'est pas possible de dépasser le stade de l'hypothèse quant à la symbolique du chiffre trois : peut-être est-ce une évocation de la Sainte Trinité, ou plus prosaïquement les trois arts « nobles », architecture, peinture et sculpture, ou encore l'alliance de l'architecture, des beaux-arts et de l'artisanat.

• L'étoile à cinq branches
Quant à l'étoile à cinq branches, il est possible de la faire remonter au symbole que s'est choisi la révolution russe.

• La cathédrale
La cathédrale est en revanche une image bien connue, récurrente, à laquelle les artistes allemands reviennent régulièrement depuis que le poète Paul Scheerbart, relayé par l'architecte Bruno Taut, en a fait une référence absolue de toute création à venir.
La cathédrale gothique, dont les murs ont presque disparu pour laisser place au verre, est posée comme modèle ultime de la construction future.

Bruno Taut, membre influent du Conseil de travail pour l'art, a dès 1913, évoqué l'idée de réunir tous les artistes de disciplines différentes pour la construction d'une grande Architecture, d'après, là encore, ce qui se passait au Moyen Age sur les chantiers des cathédrales.

c. Le programme de Gropius
Cependant, dans son manifeste, en deuxième page du programme, Walter Gropius, s'il appelle bien à la réunion des artistes et des artisans par la fusion de leurs écoles respectives, renonce au passéisme d'un retour pur et simple au Moyen âge.

Gropius veut que sa « communauté de travail » soit tournée vers l'avenir et collabore à une « construction nouvelle » au service de l'homme.

Ces idées apparaissent déjà dans le projet de budget que Gropius soumet au gouvernement provisoire avant la fondation du Bauhaus, début 1919.
On y trouve cette idée que doivent s'entremêler toutes les disciplines qui touchent à la construction(le bau de Bauhaus) : « architecture, sculpture, peinture, décoration intérieure et arts appliqués, dans un contact soutenu avec les entreprises artisanales et les industries du pays ».

Il est donc dit très clairement, avant même que la nouvelle école ne soit créée, que celle-ci s'annonce être la résultante de l'union de l'Ecole d'art plastique et de la défunte Ecole des arts et métiers de Henry van de Velde.

2. Pédagogie
Les deux dernières pages du programme révèlent les orientations pédagogiques du Bauhaus. Il y est d'abord question de l'introduction d'une « section d'art de la construction » qui justifie l'appellation Bauhaus, du mode d'enseignement et enfin des modalités d'étude.
a. Un mode d'enseignement ouvert
Le mode d'enseignement est à son tour précisé. Ce dernier va se faire essentiellement dans les ateliers, afin de rompre avec l'académisme.

Au Bauhaus, il sera possible d'apprendre les métiers du bâtiment relevant de l'architecture, de la peinture, de la sculpture. De plus des formations complémentaires, hors des ateliers, sont accessibles :

- formation artistique en dessin et peinture ;
- formation scientifique en anatomie, physique, connaissance des matériaux et comptabilité.

Le statut des enseignants et des élèves est précisé. A l'instar de ceux exerçant dans les corporations d'artisans, les enseignants portent le titre de « maîtres », les élèves se voyant attribués trois grades successifs : apprenti, compagnon, maître novice.

b. Le Bauhaus, un lieu d'étude innovant
Le Bauhaus ne doit pas seulement être un lieu d'études, puisque :

- les élèves doivent aussi y apprendre la vie en communauté ;
- l'école est conçue comme une cellule sociale bien délimitée mais ouverte sur l'extérieur, en l'occurrence sur les entreprises artisanales et industrielles locales.
Un processus d'échange et de mise en concurrence est envisagé, le Bauhaus devant être lui-même, à terme, un lieu de production auprès duquel des contrats seront passés.
- Gropius n'oublie pas les récréations, indispensable intermède au travail : bals costumés, théâtre, concerts, récitals, qui auront effectivement une grande importance au Bauhaus, particulièrement sur un plan artistique.

Pour achever de se démarquer des autres écoles d'art, Gropius introduit deux innovations :
- la possibilité pour des architectes et artistes en exercice de venir se perfectionner au Bauhaus ;
- l'abolition de la nécessité d'être le titulaire d'un quelconque examen pour être admis à l'Ecole.
Seuls comptant l'évaluation des qualités du postulant par le Conseil des maîtres et le nombre de places disponibles.

Le programme du Bauhaus se situe donc en droite ligne des théories avancées depuis une vingtaine d'années en faveur d'une réforme de l'art dans le sens d'une fusion de ses différentes branches et/ou de sa plus grande intégration soit à l'artisanat, soit à l'industrie.
Il n'y a donc là rien de proprement nouveau, si ce n'est peut-être que Gropius sort du champs des théories et des paroles vaines pour entrer, enfin, dans celui de leur application.

L'essentiel

Le programme du Bauhaus est définitivement précisé en avril 1919 sous la forme d'une brochure de quatre pages.

Le dessin de couverture signé Lyonel Feininger représente la « Cathédrale de l'Avenir », concept cher au Conseil de travail pour l'art dont a fait partie Walter Gropius.

Le Bauhaus apparaît alors comme une concrétisation des idées de réformes en vogue à l'époque : constitution de « communautés de travail » réunissant artistes et artisans, unité retrouvée des arts, construction de l'avenir par le biais de l'architecture.

Le programme édicte les futures modalités des études au Bauhaus, recentrées sur le travail en atelier et mettant l'accent sur le nécessaire apprentissage de la vie en communauté, dans un esprit affirmé d'ouverture.
Gropius révèle ainsi très clairement son intention de fusionner l'Ecole d'art plastique, à la direction de laquelle il a été officiellement nommé, et l'Ecole des arts et métiers, fermée depuis le départ de son directeur Henry van de Velde en 1915.

Reste désormais à Gropius la mise en marche de sa création, en dépit des difficultés qui s'annoncent. La brochure n'est d'ailleurs pas distribuée au public, par peur d'un malentendu.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents