Océan et espace : quelles spécificités ? - Maxicours

Océan et espace : quelles spécificités ?

Objectif

Connaitre les notions générales nécessaires à la compréhension des enjeux économiques et géopolitiques des mers et océans ainsi que de la conquête spatiale.

Points clés
  • Les espaces maritimes et l’espace extra-atmosphérique partagent une même complexité quant à la définition des frontières.
  • Les espaces maritimes sont définis selon la convention de Montego Bay de 1982 qui comprend notamment une définition de la haute mer.
  • L’espace extra-atmosphérique est encore peu réglementé, mais il est le siège d’enjeux géopolitiques forts.
1. Mers et océans : notions et chiffres clés
a. Chiffres et notions générales
Les eaux marines représentent 97,4 % de l’hydrosphère.

75 % de la surface de la Terre sont immergés sous les océans et les mers.

Les océans sont de vastes étendues d’eau salée comprises entre deux continents, en permanence brassée par des courants marins.

Il existe cinq océans :

  • l’océan Pacifique (le plus vaste : 180 millions de km², soit 300 fois la France) ;
  • l’océan Atlantique (100 millions de km²) ;
  • l’océan Indien (75 millions de km²) ;
  • l’océan Austral (ou Glacial Antarctique, 20 millions de km²) ;
  • l’océan Glacial Arctique (14 millions de km²).
Ces océans sont tous reliés. Certains géographes parlent ainsi d’un « océan mondial ». Le terme de « mer » est imprécis.

En effet, on appelle « mers » des étendues de nature différentes :

  • les mers intérieures (ou « fermées ») sont en réalité des lacs d’eau salée de grande dimension ;
Exemple
La mer Caspienne est une mer intérieure.
  • les mers bordières sont de simples golfes des continents ;
Exemple
La mer du Nord est une mer bordière.
  • les mers continentales sont davantage séparées des océans.
Exemple
La mer Méditerranée est une mer continentale.
b. Le droit de la mer : spécificités

La conférence de Montego Bay en 1982 débouche sur la convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM), entrée en vigueur en 1994.

Ce texte fondamental est ratifié à ce jour par 162 États en 2012 (à l’exception notable des États-Unis). Elle distingue différents espaces maritimes :

  • les eaux territoriales : 12 milles à partir de la côte au sein desquels l’État est souverain ;
  • la zone contiguë (24 milles) où s’effectuent divers contrôles (sanitaires, policiers) ;
  • la ZEE (Zone Économique Exclusive), d’une dimension maximale de 200 milles (= 370 km). Dans la ZEE, l’État dispose des droits exclusifs sur les eaux, les fonds marins et le sous-sol qu’il peut exploiter à sa guise. Cependant, il ne peut s’opposer « au libre passage inoffensif des navires » étrangers ;
  • la haute mer, au-delà de la ZEE, correspond à la zone internationale des fonds marins. Cette zone est considérée comme patrimoine commun de l’humanité et est totalement libre.

L’océan est donc un objet géographique particulier. Il existe des frontières dans l’océan, de natures diverses (libre passage ou non des navires étrangers, libre exploitation des sols, etc.).

La haute mer est un espace commun, sur lequel ne s’exerce en réalité aucune juridiction. Elle représente 64 % de l’océan mondial. Si la piraterie ou les crimes y sont en théorie interdits, une gouvernance mondiale sur ces espaces particuliers est particulièrement difficile à mettre en place.

2. L’espace : définitions et enjeux
a. Définitions
L'espace extra-atmosphérique désigne les zones de l'Univers situées au-delà des atmosphères. Il s’agit de l’étendue de densité quasi nulle qui sépare les astres. On parle aussi de « vide spatial ».
Remarque
L’exploration spatiale débute après-guerre dans le contexte de la Guerre froide :
  • lancement réussi de Spoutnik en 1957 ;
  • premiers pas de l’homme sur la Lune en 1969.
Un astre est un corps céleste visible par lui-même (le Soleil) ou rendu visible par la luminosité d’un autre (la Lune).
Exemple
La Terre, la Lune, les étoiles ou encore les astéroïdes sont des astres.
L’atmosphère est la couche gazeuse qui entoure certains astres.
Exemple
L'atmosphère terrestre est composée de diazote (78 %), de dioxygène (21 %) et d'autres gaz, dont l'argon et le dioxyde de carbone.

La limite entre espace et atmosphère est sujette à débat. En effet, l’espace est considéré par les traités internationaux comme libre d’être exploré et exploité par tous. La question est donc d’importance : si l’on considère que l’atmosphère prend fin à 90 km au-dessus du sol et qu’un satellite étranger passe à 85 km du sol d’un État, ce dernier pourrait le considérer comme un acte d’agression.

  • Dans les années 1900, le physicien hongrois Theodore von Kármán a déterminé une frontière à environ 80 km au-dessus du niveau de la mer.
  • De nos jours, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a fixé la ligne de Kármán a une « frontière imaginaire » qui se trouve à environ 100 km d’altitude. Ces 100 kilomètres sont également la limite prise en compte par la Fédération aéronautique internationale (FAI).
  • La NASA utilise en général la frontière à 80 km. L’Air Force décerne même le badge des ailes d’astronaute aux personnes qui sont allées au-delà de cette limite.

Si la limite est si difficile à établir, c’est aussi parce que l’atmosphère ne « disparait » pas : elle devient de plus en plus fine.

Exemple
Si l’on définissait l’espace comme « absence d’atmosphère », la Station Spatiale Internationale (390 km au-dessus du sol), ne serait pas dans l’espace.
b. Législation et gouvernance

L’espace reste une zone encore peu réglementée.
En 1967, a lieu la signature du traité sur les Principes régissant les activités des États en matière d’exploration et d’utilisation de l’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes (« traité de l’Espace »).

Ce cadre juridique a servi de base et a ensuite été développé :

  • 1968 : accord sur le retour et le sauvetage des astronautes et la restitution des objets lancés dans l’espace extra-atmosphérique ;
  • 1972 : convention sur la responsabilité internationale des États pour les dommages causés par des objets spatiaux ;
  • 1975 : convention sur l’immatriculation des objets lancés dans l’espace ;
  • 1979 : accord sur les activités des États-Unis sur la Lune et sur les autres corps célestes.

Bien entendu, la gouvernance de l’espace est une question de plus en plus pertinente compte tenu de l’occupation de l’espace par l’homme. Depuis l’envoi de Spoutnik en 1957, plus de 5 400 satellites ont été lancés, mais moins de 900 seraient encore actuellement actifs. Environ une trentaine d’États possèdent aujourd’hui des satellites.

Exemple
La suprématie américaine reste une réalité : les États-Unis consacrent 33 milliards d’euros à la conquête spatiale. L’Europe a un budget de 6 milliards. Loin derrière, on trouve la Chine (2 milliards), la Russie (1,5 milliards) et l’Inde (1 milliard).

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Fiches de cours les plus recherchées

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

La course à l'espace des années 1950 à l'arrivée de nouveaux acteurs

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Coopérer pour développer la recherche : la station spatiale internationale

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

La Chine à la conquête de l'espace, des mers et des océans

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Conflits armés du XXIe siècle

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Le Modèle de Clausewitz

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Faire la paix par les traités : les traités de Westphalie (1648)

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent